Mexique : entre désespoir et exaspération

La colère gronde au Mexique en raison de la violence meurtrière qui y règne, et sur laquelle la justice se refuse à enquêter. Il est cependant peu probable que l’État se décide à agir.

Le 24 avril, des milliers de manifestants ont défilé depuis la municipalité d’Ecatepec de Morelos jusqu’au monument de l’Ange de l’Indépendance à Mexico. Des gens de tous les milieux manifestaient sur des slogans qui exprimaient leur colère, avec toutefois une bonne dose d’humour. Sur sa pancarte, une femme revendiquait la « Revolución en la Plaza, en la Casa y en la Cama » (Révolution dans la rue, à la maison et au lit), tandis qu’une femme enceinte avait écrit sur son ventre : « Quiero nacer sin violencia » (Je veux naître sans violence). La foule scandait : « Ni sumisa, ni obediente. Soy libre, loca y valiente » (Ni soumise, ni docile. Je suis libre, folle et courageuse). Lire la suite

Islamophobie et orientalisme inversé – Europe et Moyen-Orient

RÉSISTANCES • Certains courants de la gauche radicale peinent à articuler la lutte contre l’islamophobie en Europe avec le soutien aux luttes du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord. Tandis que d’autres, traversés par le concept « orientaliste », promeuvent l’islam politique comme vecteur d’émancipation. Deux maux dont la gauche doit se défaire, selon Joseph Daher. Lire la suite

La dette comme instrument de la conquête coloniale de l’Égypte

Pièce jointe-5Je dédie cet article à la mémoire de Youssef Darwish (en arabe : يوسف درويش‎) 1910 – 2006, militant égyptien qui a combattu inlassablement pour la justice et l’internationalisme. Plusieurs fois mis en prison et torturé pour son engagement communiste et pour son combat pour les droits humains (il était juriste), il a poursuivi la lutte jusque la fin de ses jours1. En 2005, un peu avant sa mort, il avait pris contact avec le CADTM international car il souhaitait créer un CADTM égyptien.
Lire la suite

La question noire aux Etats-Unis

« Les êtres humains font leur propre histoire dans des conditions qu’ils n’ont pas librement déterminées », avait conclu Marx au terme d’une argumentation serrée pour à la fois démontrer que le déterminisme n’existe pas, que la décision individuelle structure notre vie, que le champ des possibles peut-être immense même s’il est limité par les structures de la société héritées du passé, par le mode de production. Lire la suite

Grand succès de la Fête du Vivre Ensemble à Marseille

Tous les media nationaux étaient venus rendre compte des difficultés de Nuit Debout dans les quartiers Nord de Marseille. Aucun n’était là pour décrire le succès spectaculaire du rassemblement festif contre le FN. Pourtant on sait maintenant que la réserve de résistance est là, massive, chaleureuse, quand les conditions sont données. Lire la suite

Sexe, politique, parole publique

Pour les femmes qui viennent de témoigner publiquement de leur expérience individuelle et collective du harcèlement sexuel, on a parlé « courage » par-delà la « honte », on a d’abord fait de la psychologie morale ; au sens noble du terme « vertu ». Manière de se cantonner à une vision sociale du « problème des femmes ». Heureusement, l’espace médiatique était prêt à entendre. Maintenant que des femmes, au plus haut de l’Etat (des ministres) valident leur démarche, l’affaire est enfin clairement politique, politique au sens de mise en espace public, de res publica. On le savait, mais c’est bien de le dire. L’affaire DSK est ainsi définitivement débarrassée de sa version privée et pathologique. Il s’agit bien de notre vie en commun. Du politique donc. Lire la suite

Le coin du polar (mai 2016)

Naples, un personnage mystérieux

9782264063557Maurizio de Giovanni est napolitain. Ce n’est pas un vain mot. Naples est là devant nous, ses rues sales et étranges, ses constructions, ses palais provenant de rois normands, ses places, ses populations. Maurizio joue avec elle. Dans « La méthode du crocodile », il a créé un deuxième personnage, Giuseppe Lojacono, un inspecteur venant de sa Sicile natale. C’est à travers que la ville se montre. Pour raconter des histoires, ces deux-là n’étaient pas suffisant. Il en fallait un troisième. Ed McBain est venu à son secours. Ses personnages principaux étaient New York et un commissariat où s’agitaient des inspecteurs avec comme tête de proue Carella. Pour Maurizio, ce sera Lojacono. Autour de lui des figures étranges, au passé sulfureux, aux destins difficiles et aux amours contrariées. Lire la suite