Comores, Mayotte, néo-colonialisme français : petit cours d’histoire (+ La liberté d’aller et venir entravée pour les habitant⋅es de Mayotte)

Un fait de société sanglant vient d’attirer les regards sur un « département français », Mayotte : un jeune homme a été assassiné à coups de machette [1]. Du coup, les tensions entre bandes sont devenues incontrôlables par les autorités locales, qui ont clamé leur crainte d’une « guerre civile ». Il est important de revenir sur la genèse de ces drames.

« Comores : groupe d’îles d’Afrique (…). Les quatre grandes îles qu’il comprend sont Mayotte, Anjouan, Mohéli et la Grande Comore ». Ainsi s’exprime Pierre Larousse auteur du Grand Dictionnaire universel du XIXème siècle [2]. Oui, on a bien lu : les Comores constituent un ensemble géographique ancien. Ajoutons : uni par l’appartenance ethnique, l’histoire et la religion (l’islam). Et, d’ailleurs, les Français, quand ils en prirent possession par étapes, à partir de 1843, le considérèrent comme tel, jusqu’au terme du processus colonial (indépendance de 1975). Toute puissance de l’Homme Blanc ! Il a même réussi à changer la géographie… quand ça l’arrange. La géographie et le vocabulaire. Ainsi, les Comoriens sont-ils devenus des Mahorais (les bons, habitants de Mayotte, ceux qui ont la chance d’habiter un département français) et des étranger-ère-s (les mauvais-es, ceux-celles habitant les autres îles, qui ont le culot de risquer leur vie pour échapper à la misère, qui viennent pondre leurs rejetons par milliers sur nos terres). Continuer à lire … « Comores, Mayotte, néo-colonialisme français : petit cours d’histoire (+ La liberté d’aller et venir entravée pour les habitant⋅es de Mayotte) »

Ben Gvir représente une sous-classe de colons exigeant tous les privilèges dérivés de la dépossession des Palestiniens

Le 1er novembre, alors que les sondages de sortie des urnes des élections israéliennes étaient publiés, j’ai changé de chaîne pour regarder Kan, chaîne de télévision d’Etat israélienne. Après avoir diffusé le discours de victoire d’Itamar Ben Gvir – son parti d’extrême droite, le Sionisme religieux, a remporté 14 sièges, ce qui en fait le troisième plus grand parti de la nouvelle Knesset – le panel du studio a commencé à discuter des raisons de son ascension spectaculaire. [Le nouveau gouvernement – qui devrait s’articuler autour de Netanyahou-Ben Gvir et Smotrich – n’est pas encore en place en date du 5 décembre].

Il y a encore quelques années, Ben Gvir, qui est à la tête de la faction Otzma Yehudit (Force juive, créé en 2012) du Sionisme religieux, était considéré comme un extrémiste marginal [1]. Mais aujourd’hui, il représente une partie importante de l’opinion publique juive israélienne et est prêt à occuper le poste de « ministre de la Sécurité nationale » d’Israël, avec un portefeuille élargi qui comprendra la responsabilité de la police des frontières – une unité militaire composée de 2000 soldats chargés de surveiller les Palestiniens dans les territoires occupés, de procéder à des arrestations et d’« évacuer » les avant-postes des colonies, qui était jusqu’à présent sous l’autorité de l’armée israélienne. Continuer à lire … « Ben Gvir représente une sous-classe de colons exigeant tous les privilèges dérivés de la dépossession des Palestiniens »

L’expérience d’une école féministe virtuelle aux Amériques

Regardez la vidéo sur l’École féministe Berta Cáceres de la Marche Mondiale des Femmes des Amériques

L’école féministe Berta Cáceres de la Marche Mondiale des Femmes des Amériques s’est tenue de mai à septembre 2022. Lors de réunions virtuelles bimensuelles, plus de quarante femmes de 22 pays de la région ont réfléchi ensemble aux systèmes d’oppression, à l’économie féministe et à la construction de mouvements. Nous partageons ci-dessous une vidéo avec les discours des activistes de la Marche Mondiale des Femmes qui ont pris part à l’École, soit en tant que participantes, soit en tant qu’animatrices. Continuer à lire … « L’expérience d’une école féministe virtuelle aux Amériques »

Internet ne doit ni être obligatoire ni fonctionner 24 h sur 24

articuler_les_justices_numerique_et_environnementale

« « Loin d’être « immatérielles », les technologies numériques ont un impact important et croissant sur l’environnement. Il faut des ressources naturelles pour les produire, de l’énergie pour les faire fonctionner, et les déchets électroniques constituent un problème croissant. Même en tenant compte des gains d’efficacité qui peuvent être tirés de ces technologies, il semble clair que ce qui est vrai pour la croissance économique, en général, l’est aussi pour la numérisation : on ne peut pas avoir une croissance infinie sur une planète finie. »

En introduction les auteurs et autrices discutent d’un point de vue progressiste sur les processus de numérisation, de durabilité et d’égalité alors que « nous sommes aujourd’hui confrontés à un processus de numérisation à la fois insoutenable sur le plan environnemental, et profondément inégalitaire sur le plan social », d’articulation de justice numérique et environnementale. Continuer à lire … « Internet ne doit ni être obligatoire ni fonctionner 24 h sur 24 »

La gauche américaine et l’Ukraine

Le peuple américain soutient largement l’Ukraine dans sa lutte pour sa souveraineté contre la Russie. Selon un récent sondage, deux tiers des Américain·es sont favorables à ce que l’Ukraine recouvre son territoire. Et 80% des démocrates soutiennent l’Ukraine, mais la plupart des républicains souhaitent que le conflit prenne fin rapidement, même si cela implique de céder des territoires à la Russie.

Le système politique, conservateur et antidémocratique, et la domination de longue date des partis capitalistes, démocrate et républicain, ce dernier s’étant récemment transformé en un parti de droite extrême, ont fait en sorte que la gauche est faible. Lors des élections, il n’y a pratiquement aucune opposition significative aux deux principaux partis.

Les démocrates et les républicains ne sont pas pour autant des partis disciplinés, ils sont déchirés par des factions, et certains démocrates se considèrent comme des progressistes ou des socialistes. Un tiers des électeurs s’identifient comme des indépendants qui peuvent voter soit républicain soit démocrate. Les partis de la gauche électorale – le Green Party, le Peace and Freedom Party (en Californie), le Socialist Workers Party et le Socialist Party – reçoivent un pourcentage infime du total des voix. Le Parti communiste n’a pas présenté de candidats depuis les années 1990. Continuer à lire … « La gauche américaine et l’Ukraine« 

Des citoyens israéliens et des groupes disent à l’UE : Définissez Israël comme État sponsor du terrorisme

Le 23 novembre, le Parlement Européen a décidé de reconnaître la Fédération de Russie comme État sponsor du terrorisme (2022/2896(RSP)). À la lecture du texte de la résolution, des citoyens israéliens et des groupes n’ont aucun doute sur le fait que pour des raisons similaires le Parlement Européen devrait aussi reconnaître l’État d’Israël comme État sponsor du terrorisme. Aussi ont-ils envoyé à la présidente du Parlement Européen, Roberta Metsola, une proposition de résolution dans laquelle ils ont procédé aux nécessaires ajustements concernant Israël et dans laquelle sont données toutes les raisons qu’ils pensent pertinentes pour approbation par le Parlement Européen. Continuer à lire … « Des citoyens israéliens et des groupes disent à l’UE : Définissez Israël comme État sponsor du terrorisme »

Des féministes protestent contre une vague d’antiféminisme qui déferle depuis peu sur la Corée du Sud

Les féministes de Corée du Sud prévoient de mener des manifestations nationales contre la violence sexiste ce week-end, les premières à avoir lieu simultanément dans plusieurs grandes villes depuis la pandémie.

Il s’agit d’une réponse à la vague antiféministe qui a déferlé sur la Corée du Sud, créant une guerre des sexes tendue où le discours sur les droits des femmes est devenu tabou et où des hommes affirment qu’ils sont désormais les victimes de discrimination sexuelle.

La pandémie avait mis un terme à la plupart des rassemblements publics, mais avec l’assouplissement des restrictions cette année, les féministes reviennent dans les rues en plus grand nombre. Continuer à lire … « Des féministes protestent contre une vague d’antiféminisme qui déferle depuis peu sur la Corée du Sud »

Avant-propos de Mariana Sanchez et Armand Creus au livre de Berger Gonzalo et Balló Tània : Les combattantes

Avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse

une-les-combattantes

« Je suis de la colonne Pasionaria, mais je préfère rester avec vous. Jamais ils n’ont voulu donner de fusils aux filles. On était bonnes pour la vaisselle et la lessive. […] J’ai entendu dire que dans votre colonne les miliciennes avaient les mêmes droits que les hommes, qu’elles ne s’occupaient ni de lessive ni de vaisselle. Je ne suis pas venue au front pour crever, un torchon à la main. J’ai assez récuré de marmites pour la révolution !
Elle a gagné, gagné par la grâce de son parler madrilène le droit de mourir pour la révolution, et les hommes ont applaudi en lui lançant un Ole tu madre ! »
Ma guerre d’Espagne à moi (1976), de Mika Etchebéhère, ­combattante argentine à la tête d’une colonne du Parti ouvrier d’unification marxiste (POUM).

La guerre d’Espagne a pris fin il y a plus de trois-quarts de siècle avec la victoire des troupes franquistes soutenues par les fascismes allemand et italien. Cette guerre civile révolutionnaire a marqué de son empreinte l’histoire du mouvement ouvrier français au-delà des générations. Les républicains espagnols, pourtant parqués dans des camps de concentration à leur arrivée dans le sud de la France, ont poursuivi leur combat dans la Résistance, ils ont été déportés, à Mauthausen notamment, et sont entrés avec la Nueve libérer Paris. Continuer à lire … « Avant-propos de Mariana Sanchez et Armand Creus au livre de Berger Gonzalo et Balló Tània : Les combattantes »

Un instrument et le monde ouvert du solo (5)

Essayer de faire partager des émotions ressenties lors des (ré)écoutes. Le monde ouvert du solo mais pas de la solitude
Déambulations dans quelques œuvres et interprétations, en profane…
Une invitation à écouter et partager ces versions ou d’autres que vous ne manquerez pas de signaler…
Continuer à lire … « Un instrument et le monde ouvert du solo (5)« 

Manifeste pour la défense de l’organisation internationale des femmes syndicalistes et pour le soutien aux travailleuses palestiniennes

b534f7a8d906ee1243b1_1170x530_0_0_1_1

Les syndicats soussignés dénoncent depuis des années que la violence à l’égard des femmes est un phénomène structurel et qui se manifeste dans toutes les sphères de la vie, sur le lieu de travail, dans la rue, dans les écoles, à la maison et souvent aussi dans le cadre de la lutte syndicale. De multiples formes de violence marginalisent les femmes dans le monde entier à travers différents mécanismes.

Les féminicides, l’écart salarial, la répartition inégale des soins, de l’emploi et des richesses, et la précarité à laquelle sont confrontées les travailleuses s’inscrivent tous dans une logique de pouvoir mondialisé. Un phénomène directement lié à la pérennisation de ce capitalisme patriarcal, raciste, colonialiste et écocidaire que nous combattons chaque jour depuis le syndicalisme de classe et des peuples opprimés. Continuer à lire … « Manifeste pour la défense de l’organisation internationale des femmes syndicalistes et pour le soutien aux travailleuses palestiniennes »

Iran : « Le point sur des grèves et la dénonciation de l’attaque militaire contre les Kurdes » (+ autres textes)

  • Yassamine Mather : « Le point sur des grèves et la dénonciation de l’attaque militaire contre les Kurdes »
  • Déclaration commune des élues et des élus de l’Assemblée nationale du Québec à propos de la situation des femmes en Iran
  • Robi Morder : Iran, à l’origine de « la journée de l’étudiant » : d’un 7 décembre (« Shanzdahom-e Azar ») à l’autre

Continuer à lire … « Iran : « Le point sur des grèves et la dénonciation de l’attaque militaire contre les Kurdes » (+ autres textes) »

Ievguenia Bosch : Une bolchevique au cœur de la tragédie ukrainienne 

Parfois, les pérégrinations ukrainiennes donnent des résultats inattendus. Comme lorsque, en essayant de localiser sur la carte les bases de l’actuelle « guérilla navale » ukrainienne à l’embouchure du Dniepr, nous sommes tombés sur la petite ville d’Otchakiv. Laquelle, selon Wikipedia, n’a vu naître sur son sol qu’une seule célébrité : la révolutionnaire bolchevique Ievguenia Bosch.
En cherchant à en savoir plus, nous sommes allés de surprise en surprise. Fille, selon Wikipedia, d’un immigré luxembourgeois, Bosch était bien plus qu’une dirigeante bolchevique : elle a été le premier chef de gouvernement (premier ministre) de l’ Ukraine indépendante (soviétique) ! Et si nous ne nous trompons pas, la première femme Premier ministre de l’histoire de l’humanité !
Continuer à lire … « Ievguenia Bosch : Une bolchevique au cœur de la tragédie ukrainienne « 

Signez la pétition au Sénat pour la taxation des superprofits !

Avec ses partenaires de l’Alliance écologique et sociale (ex-PJC), Attac a déposé une pétition au Sénat afin de remettre le débat sur la taxation des superprofits à l’agenda du Parlement. À partir de 100 000 signatures recueillies, le Sénat devra examiner notre texte. Soyons nombreuses et nombreux à signer !

En déclenchant le 49.3 lors du vote du budget à l’Assemblée nationale, le gouvernement souhaitait enterrer tout débat sur la taxation des superprofits. La taxe au rabais qu’il souhaite mettre en œuvre rapporterait 200 millions d’euros par an en France, là où une taxation ambitieuse pourrait rapporter jusqu’à 20 milliards d’euros selon nos calculs

La pétition déposée par l’Alliance écologique et sociale offre une possibilité, avec le soutien des citoyens et des citoyennes, de mettre à l’agenda parlementaire une véritable taxe sur les superprofits.

arton8525-6a459-02f9b Continuer à lire … « Signez la pétition au Sénat pour la taxation des superprofits ! »

Le mouvement de grève dans le Royal Mail. Une grève contre une restructuration radicale du système postal

Selon le Guardian du 2 décembre 2022, les membres du Syndicat des travailleurs de la communication (CWU-Communication Workers Union), qui représente plus de 115 000 postiers, ont déjà mené 12 jours de grève dans le cadre d’un conflit de plus en plus âpre et prolongé avec la direction de la firme privatisée Royal Mail sur les salaires et les conditions de travail. D’autres arrêts de travail sont prévus les 9, 11, 14, 15, 23 et 24 décembre. La semaine dernière, le syndicat a rejeté un accord salarial qui, selon le PDG de Royal Mail, Simon Thompson, était sa dernière offre. Vendredi 2 décembre, l’autorité de régulation postale a déclaré que Royal Mail ne pouvait pas continuer à blâmer la pandémie de Covid-19 pour ne pas avoir effectué les livraisons à temps, car ses performances sont « bien en deçà de ce qu’elles devraient être ». (Réd. A l’Encontre)

*****

Les travailleurs de Royal Mail ont entamé mercredi 30 novembre, une deuxième grève de deux jours, après que les patrons ont durci leur position face aux syndicats.

La grève intervient à un moment charnière de la longue bataille des travailleurs et travailleuses de la poste pour défendre l’avenir de leurs emplois et de leurs salaires. Le PDG de Royal Mail, Simon Thompson, a insisté en début de semaine sur le fait que son plan – visant à supprimer 10 000 emplois et à transformer le service en une messagerie de type gig economy – était sa « meilleure et dernière offre ».

Il a affirmé que si les dirigeants du syndicat CWU n’y adhéraient pas, il annoncerait encore plus de suppressions d’emplois. Et il réduirait l’augmentation salariale déjà maigre d’à peine 7% sur 18 mois, ce qui représente déjà une énorme baisse de salaire en termes réels [le taux d’inflation officielle était de 11,1% fin octobre ; pour ce qui a trait aux biens essentiels – énergie, alimentation, etc. (CPIH) – le taux est supérieur à 15%]. Continuer à lire … « Le mouvement de grève dans le Royal Mail. Une grève contre une restructuration radicale du système postal »

L’affaire Julien Lacroix : #Metoo, pour en finir avec le mythe des monstres

Un agresseur, c’est souvent un proche. C’est un ami, un conjoint, un parent, un professeur, un collègue de travail, une connaissance. Au Québec, plus de 95% des auteurs d’agression sexuelle connaissent leurs victimes. Les deux tiers des infractions sexuelles sont commis dans une résidence privée et 78% des victimes d’agressions à caractère sexuel sont des femmes et des filles.

Un agresseur a rarement les traits d’un monstre sorti tout droit de l’enfer. De toute façon, on ne laisse pas entrer les monstres chez soi. On ne fait pas confiance aux monstres. On déteste les montres.
Et pourtant, le mythe persiste. Celui des victimes qui mentent aussi.
Continuer à lire … « L’affaire Julien Lacroix : #Metoo, pour en finir avec le mythe des monstres »

Soutien aux insurgé·es contre l’agression russe

ukraine-insurgee-800_tbn

Discourir sans prendre en compte son propre point de vue situé est une mauvaise habitude de bien des militants des gauches, y compris dans ses franges les plus radicales. Cela conduit à construire des analyses biaisées que cela soit sur les rapports ou les conflits à l’international, les rapports sociaux de sexe ou les processus de racialisation par exemple.

Ne pas s’interroger sur les prismes employés facilite la construction de points de vue très abstraits. Certain·es inventent une géopolitique où les gouvernements des « petits » Etats ne seraient que des pions dans une sorte de partie de jeu de dames ou d’échec entre gouvernements des grandes puissances. Iels nient l’action propre des populations et semblent, en particulier, oublier les Ukrainien·nes bombardé·es, massacré·es, violées, déporté·es, réfugié·es et aussi résistant·es… Iels oublient aussi le nom du seul l’agresseur : les armées de la Russie de Vladimir Poutine.

Et pourtant les ukrainiens et les ukrainiennes résistent à l’agression militaire russe, résistent aussi pour certain·es aux politiques néolibérales à l’intérieur de leur pays. Dit autrement : les ukrainien.e.s sont des acteurs et actrices, des sujets politiques. Il en est de même des opposant·es à la guerre en Biélorussie et en Russie.

Et si certain·es leur dénient jusqu’à leur droit à l’existence, d’autres par leurs bavardages semblent être plus solidaires des Ukrainien·nes mort·es que des Ukrainien·nes qui résistent. C’est pourtant le présent et l’avenir des populations ukrainiennes qui devraient être au centre des politiques posées par le crime d’agression… Continuer à lire … « Soutien aux insurgé·es contre l’agression russe »

Ukraine : le groupe féministe de Lviv Bilkis harcelé par les fascistes

Depuis plusieurs jours, le groupe féministe de Lviv a lancé une campagne contre la marque de liqueur La Cerise ivre qui affiche sur les étiquettes de ses bouteilles une femme dénudée.

318348042_857796402327122_5310030691736641687_n

Le groupe féministe explique ainsi sa campagne : « « Hier (samedi 26 novembre), nous avons organisé un rassemblement près d’un des établissements de П’яна вишня (Cerise ivre) [1]. Nous étions avec des affiches « Arrêtez de sexualiser les femmes », « Le corps féminin n’est pas votre publicité », « Boycottez les sexistes », et une activiste a peint un homme dans le style que П’яна вишня voit les femmes, c’est-à-dire nu et avec une cerise. Nos revendications sont inchangées : non à la représentation appelant à la violence et non à la sexualisation des femmes. Malheureusement nous ne sommes pas entendus. Alors aujourd’hui nous continuons notre combat et manifestons encore devant le même établissement de 15 heures à 17 heures, rejoignez-nous ! »

Bilkis organise le week-end des rassemblements devant l’un des magasins de la Cerise ivre à Lviv. Mais dans la semaine qui a suivi l’un de ces rassemblements, le groupe fasciste Katarsis a lancé des menaces contre Bilkis en vue de sa mobilisation des 3 et 4 décembre 2002 et Bilkis a immédiatement réagi :

« Cependant, nous devons vous alerter : l’autre jour, nous avons reçu un message de Katarsis. Nous pensons qu’il s’agit d’un appel à l’intimidation. Par conséquent, nous tenons à vous avertir qu’il peut y avoir des provocations ou des attaques pendant et après la mobilisation. Et nous savons que les militants de Katarsis ou d’associations similaires peuvent attaquer des militantes après l’action. Pour nous, ces intimidations ne sont pas une raison pour ne pas avoir d’actions, car c’est exactement ce qu’ils essaient d’obtenir. Mais nous ne voulons pas vous mettre en danger, alors honnêtement nous vous avertissons de la situation. » Continuer à lire … « Ukraine : le groupe féministe de Lviv Bilkis harcelé par les fascistes »

Chine : solidarité avec la révolte qui ébranle la dictature

Un mois à peine après la fin du vingtième congrès du Parti communiste chinois destiné à mettre en scène le « triomphe » de Xi Jin Ping, la population chinoise se révolte et conteste le régime dictatorial. 

Ce sont des scènes inouïes ; des manifestants crient « Xi Jin Ping démission, à bas le Parti Communiste, Démocratie Liberté », brandissent des feuilles A4 sans texte, symbole de censure, chantent l’Internationale.

Le point de départ de la vague de manifestations est la politique dite « Zéro Covid » imposée par le régime et ses conséquences délétères. Des quartiers entiers sont confinés pendant des semaines, sans pouvoir se rendre au travail ni se ravitailler. Les salariés de l’immense usine Foxconn ont eux aussi été confinés au sein même de l’entreprise et des centaines d’entre eux se sont échappés de l’usine. Or le « Zéro Covid » est lié au faible taux de vaccination, notamment des personnes âgées ainsi qu’à l’utilisation du vaccin chinois Sinovac sans technologie ARN messager. Sinovac est beaucoup moins efficace dans des schémas vaccinaux incomplets (deux injections) mais le pouvoir refuse d’importer des vaccins à ARN. Continuer à lire … « Chine : solidarité avec la révolte qui ébranle la dictature »

L’Ugict Cgt lance une enquête en ligne sur les violences

L’Union générale des ingénieurs cadres et techniciens (UGICT) de la CGT lance un « générateur » d’enquête en ligne sur les violences sexistes, sexuelles et LGBTphobes au travail. 

Ce vendredi 25 novembre, à l’occasion de la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, l’Ugict-CGT dévoile un chiffre inédit (*) sur les violences sexistes et sexuelles sur le lieu de travail, et inaugure un générateur de questionnaires en ligne pour que les syndicats puissent lancer des enquêtes anonymes à grande échelle dans les entreprises et administrations.

052250dc50138371fd04f19c188f0143_L.jpg

Générateur d’enquête en ligne sur les violences sexistes, sexuelles et lgbtphobes au travail

visuelweb-enquete-vsst-2048x1448

Sommaire
Explications
Pourquoi une enquête ?
Mode d’emploi
Demandez votre propre enquête
Connectez-vous
Diffusez votre enquête
Analysez les retours
Communiquez les résultats
Construisez vos propres revendications
Menez campagne 
Négociez
Gagnez des droits
Faites le savoir
Voir aussi 
Continuer à lire … « L’Ugict Cgt lance une enquête en ligne sur les violences »

Solidarité Ukraine : l’étrange changement de position de Gilbert Achcar

Quelques jours après l’invasion russe, Gilbert Achcar avait publié un « Mémorandum sur une position anti-impérialiste radicale concernant la guerre en Ukraine » [1] qui avait contribué de façon positive à clarifier les idées à gauche, dans le mouvement de solidarité avec la résistance de l’Ukraine en voie de formation. Le 30 novembre, Gilbert Achcar a publié un autre mémorandum « Pour une position antiguerre démocratique face à l’invasion de l’Ukraine » [2]. La métamorphose de la « position anti-impérialiste radicale » en « position antiguerre démocratique » n’est pas seulement textuelle. Comme souvent, le changement sémantique est l’indice d’un changement politique. Continuer à lire … « Solidarité Ukraine : l’étrange changement de position de Gilbert Achcar »