Journée internationale des luttes paysannes 2017 : Droits des paysans, droits universels !


Appel à la mobilisation de la Via Campesina

Vers une Déclaration des Nations unies sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales !

(Harare, Mars 2017) Le mouvement paysan international La Via Campesina appelle ses membres et ses alliés à se mobiliser le 17 avril, Journée internationale des luttes paysannes1. Cette année, nous souhaitons que le monde entier sache que les paysans, les paysannes et les autres personnes travaillant dans les zones rurales œuvrent sans relâche pour leurs droits. L’initiative pour les droits des paysans, lancée par La Via Campesina il y a 17 ans, est maintenant à un stade avancé pour être reconnue par les Nations unies comme une Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales. Cette déclaration, si elle est approuvée, créera un instrument juridique international pour protéger les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales, et attirer l’attention sur les menaces et les discriminations dont ils sont victimes. Lire la suite

La femme invisible, ou l’identité de genre à l’ère du libéralisme

À parcourir les médias libéraux ces derniers mois, on croirait que quiconque a le moindre problème avec la présence d’une personne transgenre dans sa salle de bain est nécessairement un fondamentaliste intolérant issu du Deep South américain. Cette perception résulte non seulement de vastes simplifications excessives, mais c’est une fausse représentation délibérée de faits vérifiables. Si la loi HB2 (adoptée en Caroline du Nord au début de mars) est un instrument haineux et discriminatoire qui sert d’écran de fumée pour effacer d’autres droits économiques, il reste que la position subséquente du ministère américain de la Justice est tout aussi erronée. Si nous ne savions pas déjà que les femmes constituent des citoyens de troisième classe, nous devrions certainement le comprendre maintenant. Lire la suite

Un cauchemar pour les droits humains est en train de se produire sous nos yeux

Dans son introduction, introduction-de-louvrage-de-michelle-alexander-la-couleur-de-la-justice/, publiée avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse, Michelle Alexander souligne, entre autres, les « nouvelles tactiques ont été utilisées pour atteindre les mêmes objectifs, ceux que s’étaient déjà fixés les Pères fondateurs. Pour ces derniers, il était fondamental de refuser la citoyenneté aux Africains-Américains, alors que se constituait l’Union originelle. Deux siècles plus tard, l’Amérique n’est toujours pas une démocratie égalitaire », le pourcentage extraordinaire d’hommes noirs aux États-Unis légalement privés du droit de vote, les discriminations légalisées à l’embauche, au logement, à l’éducation, aux prestations sociales, au droit à être juré… « Nous n’avons pas mis fin aux castes raciales, nous les avons simplement remodelées ». Je ne vais pas ici discuter de la notion de caste (« Dans ce livre, j’utilise le terme de caste raciale de la façon dont il est communément utilisé pour désigner un groupe racial stigmatisé confiné dans une position inférieure par les lois et les coutumes. Jim Crow et l’esclavage étaient des systèmes de castes. Tout comme l’actuel système d’incarcération de masse. ») qui me semble inadéquate, ni du vocabulaire choisi par l’auteure – je signale que pour ma part je préfère parler de rapports sociaux et de leur imbrication. Lire la suite

Déclaration pour une Cité sans frontières

En soutien et en solidarité avec les migrantEs vivant au Canada, victimes de discriminations de toute sorte, PAJU – Palestiniens et Juifs Unis se porte signataire de la Déclaration suivante.

[Nous invitons les organisations et les groupes à discuter cette déclaration collective et à la signer. Si votre organisation veut signer cette déclaration, ou a besoin plus de renseignements (incluant une présentation par les membres de Solidarité sans frontières) écrivez-nous. Si vous souhaitez vous impliquer plus directement dans la campagne Cité sans frontières, contactez-nous : : solidaritesansfrontieres@gmail.com ! Vous pouvez télécharger la déclaration ICI.]

Lire la suite

Diffamation envers Denis Baupin ? Nous aussi, nous voulons être mis.es en examen

Cette tribune est publiée le 27 mars 2017 par Libération (voir en ligne)

Denis Baupin a porté plainte en diffamation et envisage de le faire pour dénonciation calomnieuse contre ses accusatrices et EELV. Et ce alors même que le Parquet a jugé utile de préciser que, « les faits dénoncés, au terme de déclarations mesurées, constantes et corroborées (…) sont pour certains d’entre eux susceptibles d’être qualifiés pénalement ».

Nous savons que nombreux sont les hommes mis en cause pour des faits de violences sexuelles ou de harcèlement qui choisissent une défense en attaque contre leurs victimes plutôt qu’une posture plus humble de reconnaissance et de respect de celles-ci. Pourtant c’est la reconnaissance des actes commis qui fera avancer durablement la cause de l’égalité entre les femmes et les hommes. Lire la suite

Maltraitance et abandon d’enfant

(Foyer des Parents Scélérats – 10, rue Solférino – Paris 7° — 25 Mars 2017)

Médée, tuant un de ses fils

Maltraitance et abandon d’enfants. Iront-ils jusqu’à l’infanticide ?

Depuis deux millénaires et probablement plus, au travers de toutes les civilisations, les sociétés humaines ont connu ces trois fléaux : la maltraitancel’abandon d’enfantsl’infanticide. Lire la suite

Que sont les lendemains des empires devenus ?

Le livre de Katherine Fleming concerne l’histoire des communautés juives ayant vécu dans ce qui est aujourd’hui l’état grec. Etat récent puisqu’à sa création (1833) il ne comprend ni la Crète, ni les iles ioniennes, ni le Dodécanèse ni les provinces au nord d’une ligne Arta-Volos et qu’il est, et restera longtemps, sous la tutelle des « grandes puissances » (déjà !) et n’atteindra ses limites actuelles qu’en 1947. L’intérêt du livre réside dans sa volonté de ne pas se limiter à ce qui fait l’exceptionnalisme de la situation grecque, l’existence de Thessalonique (à l’époque ville ottomane) la « Jérusalem des Balkans », où la communauté juive était majoritaire tant sur le plan démographique que sur le plan « culturel », mais d’insister sur la diversité des situations : « Romaniotes » installés en Grèce avant la christianisation de celle-ci, grécophones, jouant un rôle économique important dans des villes comme Ioannina (Epire) ou Corfou et « Séfarades » expulsés d’Espagne en 1492 dominants à Thessalonique. Lire la suite