Trio : batterie, contrebasse et piano (20)

« Le » trio par excellence. Volontairement j’ai indiqué les instruments par ordre alphabétique. Une diversité surprenante, des inventions et des (dés)équilibres toujours renouvelés, des surprises encore, malgré les effets de mode de certains. Continuer à lire … « Trio : batterie, contrebasse et piano (20) »

Témoignage de harcèlement de rue et violences verbales lesbophobes

Bonjour à toutes,
Si je prends la plume aujourd’hui, c’est pour vous relater l’agression lesbophobe que j’ai subie hier soir, à Lyon, en attendant le tramway, avec ma compagne. Il pourrait s’agir d’une histoire banale, vécue par de nombreuses lesbiennes en France, mais je souhaitais néanmoins vous la partager, afin que chacune puisse de nouveau se rendre compte de l’ampleur de la violence que l’on peut subir quand on est une femme lesbienne.
Continuer à lire … « Témoignage de harcèlement de rue et violences verbales lesbophobes« 

Iran. Mécontentement généralisé des classes laborieuses et des démuni·e·s

« Quand l’Argent-Dieu remplace le Dieu-divin »

Le 17 juin, lors d’un discours aux membres du corps judiciaire, Ali Khamenei, le dictateur de la République islamique a déclaré : « Le Dieu des années 1980 est toujours le même Dieu qu’aujourd’hui. » Après ce discours, l’attaque contre les contestataires et activistes de tous bords a pris une ampleur considérable: contre les syndicalistes, les enseignant·e·s, les artistes, les écrivain·e·s, les femmes, les étudiant·e·s et les défenseurs/euses des droits humains. Ladite phrase d’Ali Khamenei fait allusion au massacre de dizaines de milliers d’opposant·e·s au régime, y compris de milliers de prisonniers politiques durant la décennie 1980. Il se peut que le Dieu du Régime n’ait pas changé après quarante ans et qu’il soit aussi sanglant qu’autrefois, mais une chose est sûre et certaine : le peuple qui lui obéissait a totalement changé. Et l’Argent-dieu, qui a remplacé le Dieu des années 1980, le dépasse en cruauté. Continuer à lire … « Iran. Mécontentement généralisé des classes laborieuses et des démuni·e·s« 

ABCDaire nécessairement partiel (21)

Essayer de faire partager des émotions ressenties lors des (ré)écoutes. En ABCDaire nécessairement partiel et incomplet.
Déambulations dans quelques œuvres et interprétations, en profane…
Une invitation à écouter et partager ces versions ou d’autres que vous ne manquerez pas de signaler…
Continuer à lire … « ABCDaire nécessairement partiel (21) »

Journée mondiale des réfugié·es : rien à célébrer…

Carte blanche collective publiée sur lesoir.be le 20 juin 2022 à l’occasion de la Journée mondiale des réfugié·es

Il faut saluer la politique protectrice mise en place par l’Union européenne et la Belgique pour l’accueil des réfugié·es ukrainien·nes ces derniers mois. Mais les milliers d’autres personnes exilées qui demandent chaque année une protection à la Belgique ne sont pas toutes accueillies de cette façon. Elles font face à de nombreux obstacles, voire à des violations de leurs droits fondamentaux. En ce jour, il faut donc malheureusement rappeler que l’accueil et la protection sont des droits fondamentaux universels qui doivent être respectés. Continuer à lire … « Journée mondiale des réfugié·es : rien à célébrer… »

[48] Solidarité avec la résistance des ukrainien·nes. Retrait immédiat et sans condition des troupes russes [48] 

  • Jean-Marc Adolphe : Olenivka : les assassins enquêtent sur le crime
  • Jean-Marc Adolphe : Dans l’« enfer absolu » d’Olenivka
  • « Il nous faut reconstruire en Ukraine un syndicat étudiant de gauche ».
  • Entretien avec Katya et Maximn étudiants ukrainiens
  • Sotsialniy Rukh (Mouvement social) : dépliant traduit en Ukrainien, en allemand, en chinois
  • Ukraine : Les mineurs n’ont pas laissé entrer le nouveau directeur dans la mine n°9
  • Déporter des enfants ukrainiens et les « russifier », c’est amputer l’avenir de l’Ukraine
  • Le 162e épisode (sous-titré en français) de Masyanya intitulé Sankt-Mariabourg
  • Guerre en Ukraine : « La ligne de front ressemble à la surface de la Lune »
  • PORTFOLIO. Oleksy Kustovsky (KUSTO)
  • Mobilisations au Japon
  • Solidarité internationale galloise
  • Liens avec d’autres textes

Continuer à lire … « [48] Solidarité avec la résistance des ukrainien·nes. Retrait immédiat et sans condition des troupes russes [48] « 

Mohammed Harbi : Aux côtés de Rushdie (plus texte de Salman Rushdie)

La campagne que les islamistes de tous bords ont mené contre Salman Rushdie, les menaces qu’ils font peser sur sa vie constituent un nouvel épisode de l’assujettissement forcé des intellectuels, et au-delà d’eux, de la société au pouvoir sacerdotal.

1990-Les-Cahiers-darticle-31-223x300.png

Informel dans ses manifestations, ce pouvoir est plus contraignant et arbitraire que celui, institutionnalisé, des Églises chrétiennes. Le minimiser en invoquant l’absence d’un clergé en islam, c’est occulter des faits lourds de conséquences : a) l’individu est en permanence sommé de se nier pour s’agréger au collectif ; b) la communauté est le lieu de l’unanimité d’où la contradiction est évacuée. Ce n’est donc pas un mystère, si du point de vue du niveau de conscience, les sociétés musulmanes sont d’une créativité inférieure à celle des individus qui les composent. Continuer à lire … « Mohammed Harbi : Aux côtés de Rushdie (plus texte de Salman Rushdie)« 

Haïti : La gangstérisation de l’état se poursuit 

Il y a un an, le 7 juillet 2021, était assassiné le président haïtien, Jovenel Moïse. Plutôt qu’un tournant, cet assassinat a marqué une accélération du processus d’effondrement des institutions publiques. Depuis, la situation n’a cessé d’empirer. Avec la complicité de la communauté internationale.

Dans la nuit du 6 au 7 juillet 2021, le président d’Haïti, Jovenel Moïse, était assassiné. Très vite, une quarantaine de suspects, dont dix-huit mercenaires (ex-militaires) colombiens, étaient incarcérés. Depuis, plus rien. L’enquête est au point mort (les États-Unis ont, de leur côté, réalisé plusieurs interpellations), et on en est au cinquième juge en charge du dossier ; ceux qui ne se désistent pas, sont démis ou mis en cause pour corruption.

Cet assassinat ne fut ni le déclencheur ni le tournant de la descente aux enfers du pays. En 2018, un mouvement social inédit, protestant contre la vie chère et le scandale Petrocaribe – le détournement de centaines de millions d’euros par la classe politique et le monde des affaires – fut frappé de plein fouet par le premier d’une série de massacres de grande ampleur. Les 13 et 14 novembre 2018, dans le quartier populaire de La Saline, 71 personnes furent assassinées, avec la complicité de l’État. La classe dominante était prête à aller plus loin encore pour ne pas perdre ses privilèges. Continuer à lire … « Haïti : La gangstérisation de l’état se poursuit « 

Paroles féministes (Bilkis)

Entretien avec Bilkis, propos recueillis par Patrick Le Tréhondat

Tout d’abord, parlons de la situation avant le 24 février. Pouvez-vous nous dire comment Bilkis s’est formé. Vous vous présentez comme un « groupe d’activistes intersectionnel trans-inclusif avec un agenda anticapitaliste ». Comment articulez-vous ces dimensions politiques et sociales ?
Bilkis a été créé il y a deux ans et demi par deux de nos membres à Kharkiv. L’activité a commencé par la tenue de conférences, l’organisation de manifestations de rue pour l’action internationale des seize jours d’actions actives contre la violence basée sur le genre, l’écriture de textes sur les thèmes de la violence basée sur le genre, les droits des femmes et des personnes homosexuelles, le concept de consentement et bien d’autres sujets, la publication d’histoires de femmes et de personnes homosexuelles qui ont souffert de la violence basée sur le genre et partagé leurs histoires, afin de rendre visible un sujet souvent réduit au silence. Il y a un an, nous avons élargi notre groupe et d’autres participantes nous ont rejointes, avec lesquelles nous avons également organisé des actions jusqu’à seize jours d’actions actives contre la violence sexiste : il s’agissait de la tenue de rassemblements et d’interventions dans la rue avec affichage, distribution de tracts, publication d’histoires personnelles que des femmes et des personnes homosexuelles ayant survécu à la violence ont également accepté de partager.
Continuer à lire … « Paroles féministes (Bilkis) »

Djibouti : « On aurait préféré ne plus être utile »

Active depuis 1991, l’Association pour le respect des Droits de l’Homme à Djibouti (ARDHD) a aujourd’hui à son actif 30 ans de combats pour soutenir des djiboutiens prisonniers politiques incarcérés sans jugement, des opposants menacés, torturés, des représentants syndicaux bafoués, licenciés, expulsés, des femmes violées par les militaires dont les plaintes ne sont jamais reçues. Continuer à lire … « Djibouti : « On aurait préféré ne plus être utile » »

Galerie d’affiches pour le droit à l’avortement

Découvrez la galerie virtuelle créée en partenariat entre Capire et le Forum des peuples

direitoaoaborto-3

Foulards verts, affiches et œuvres d’art sur les murs, battements de tambour et slogans contre le patriarcat, pour la liberté et l’autonomie. Voilà quelques expressions des luttes des femmes pour le droit à l’avortement partout dans le monde. La situation des femmes qui avortent est très différente d’un endroit à l’autre : il y a des pays qui ont légalisé cette pratique et disposent de politiques publiques en faveur d’un avortement sûr et gratuit   il y a des pays qui ne légalisent l’avortement que dans certaines situations ; et des pays qui l’interdisent complètement et, par conséquent, criminalisent les femmes. Dans de nombreux endroits, les femmes qui avortent et les femmes qui soutiennent celles qui avortent sont confrontées au silence, au risque et au secret. C’est pourquoi le mouvement féministe porte ce combat à plusieurs niveaux, à la fois en empêchant les reculs juridiques et en exigeant des avancées qui font de l’avortement un droit, car il est fondamental pour l’autonomie sur nos vies, nos corps et nos sexualités.  Continuer à lire … « Galerie d’affiches pour le droit à l’avortement »

« Après l’invasion de l’Ukraine par la Russie »

La guerre d’agression impérialiste de la Russie contre l’Ukraine est l’événement géopolitique le plus important depuis l’effondrement de l’Union soviétique. Elle ouvre une nouvelle ère de l’impérialisme, marquée par l’intensification des rivalités, par des traits d’une démondialisation, par l’intensification des conflits entre blocs commerciaux et entre les alliances géopolitiques, par la militarisation accrue et les guerres par procuration entre les grandes puissances en vue de la détention de sphères d’influence avec leurs répercussions sur des nations opprimées.

La guerre exacerbe toutes les crises du capitalisme mondialisé : marasme économique, inflation, changement climatique et migrations. Elle en a ajouté de nouvelles, dont la plus importante est le nouvel endettement des pays du Sud, ainsi que la famine dans les pays devant faire face, entre autres, à la perte de livraison de céréales ukrainiennes et à une flambée spectaculaire et spéculative des prix des biens alimentaires. L’austérité, la misère et la faim frappent les pays les plus pauvres du monde.

Toutes ces crises en cascade vont approfondir les fractures entre les Etats à l’échelle internationale. Elles aggraveront également la polarisation politique déjà profonde au sein des pays, et déclencheront des soulèvements réactionnaires et/ou progressistes issus des profondeurs sociales. A son tour, l’establishment capitaliste de chaque Etat se tournera vers des méthodes autoritaires pour faire respecter l’ordre existant. Continuer à lire … « « Après l’invasion de l’Ukraine par la Russie » »

Guerre israélienne contre les populations palestiniennes à Gaza (aout 2022)

  • Edo Konrad : Quel était le but de cette guerre à Gaza ?
  • Amira Hass : « Les habitants de Gaza en ont assez des guerres et des destructions inutiles, et le Hamas les écoute »
  • Gaza face aux attaques meurtrières de l’État d’apartheid israélien. La résistance continue
  • Israël bombarde Gaza : Lettre à la Ministre des Affaires Etrangères
  • La Via Campesina condamne la nouvelle attaque d’Israël sur Gaza

Quel était le but de cette guerre à Gaza ?

Trois jours après le lancement [le vendredi 5 août 2022] par Israël de sa dernière opération militaire à Gaza, on ne sait toujours pas à quoi tout cela a servi.

Avec l’annonce d’un cessez-le-feu négocié par l’Egypte dans la nuit de dimanche à lundi, les analystes israéliens se sont empressés de considérer la campagne « harmonieuse»  du Premier ministre intérimaire Yair Lapid [en fonction depuis le 1er juillet 2022] et du ministre de la Défense Benny Gantz comme un succès. Après avoir violemment arrêté Bassam al-Saadi, un haut dirigeant de la branche du mouvement Jihad islamique en Cisjordanie occupée, l’armée israélienne a verrouillé les communautés frontalières autour de Gaza pendant près d’une demi-semaine en prévision d’une attaque de représailles présumée. Elle a finalement commencé à lancer des frappes aériennes dans la bande de Gaza, auxquelles les militants [du Jihad islamique et d’autres fractions] ont répondu par des volées de tirs de roquettes [interceptés à quelque 97% par le système de défense israélien « Dôme de fer », selon Reuters]. Ces escalades se sont soldées par la mort de 44 Palestiniens, dont 15 enfants, et par plus de 350 blessés. Continuer à lire … « Guerre israélienne contre les populations palestiniennes à Gaza (aout 2022) »

Solidarité suite à l’arrestation de Walden Bello

Walden Bello, auteur de renommée mondiale, militant pour la justice économique, ancien professeur de l’Université des Philippines et ancien membre de la Chambre des représentants des Philippines pour le parti Akbayan (Parti d’action des citoyens), a été arrêté à Quezon City le lundi 8 août pour « diffamation cybernétique ». Ces accusations ont été déposées par un ancien collaborateur de la vice-présidente sortante Sara Duterte. La diffamation est un délit pénal aux Philippines, et non un délit civil, et le délit de cyberdiffamation, récemment introduit, est passible d’une peine pouvant aller jusqu’à huit ans de prison. Continuer à lire … « Solidarité suite à l’arrestation de Walden Bello »

En Irak, les femmes construisent leur résistance au quotidien

Depuis le début du 20ème siècle et jusqu’à aujourd’hui, le monde arabe a été exposé à de nombreuses guerres, conflits armés et colonialisme direct et indirect. Ces guerres ont laissé dans tous nos pays les pires ravages humains, moraux et psychologiques, auxquels doivent faire face toutes les classes de la société, en particulier les femmes. Les femmes doivent jouer deux rôles à la maison : élever et s’occuper des enfants et pallier l’absence des pères, qui sont sur les champs de bataille, sont retenus en captivité, sont tombés en martyr ou sont en prison. Les femmes travaillent en dehors du foyer et sont confrontées aux problèmes de la discrimination sexuelle.

Les femmes sont également confrontées au sort de la défense de leur patrie. Nous les voyons aux côtés des hommes sur les champs de bataille, luttant farouchement pour protéger leur terre, y compris celles qui sont soumises à la détention, l’emprisonnement, la torture et la privation de leurs droits humains les plus fondamentaux. Les luttes des femmes palestiniennes sont emblématiques en ce sens. Elles souffrent de l’occupation sioniste et de la dépossession de leurs terres depuis plus de 70 ans. Depuis des générations, les femmes palestiniennes ont sacrifié et offert leurs biens les plus précieux pour obtenir leur indépendance et récupérer leurs terres usurpées par les sionistes. Elles sont traitées par l’occupation avec les méthodes de torture les plus effroyables dans les prisons lorsqu’elles sont détenues, et même dans leur vie quotidienne. La discrimination, la séparation, la marginalisation et les traitements inhumains sont commis à leur encontre, et elles luttent et redoublent d’efforts pour vivre une vie juste. Continuer à lire … « En Irak, les femmes construisent leur résistance au quotidien »

Jazz en dialogues (4)

Quelques enregistrements pour sortir des « sentiers battus » et errer dans les sonorités d’un instrument doublement présent. Parfois, en usage par delà les traditions. Des moments d’échanges ou de construction ensemble. Pour plonger dans des musiques qui ne s’épuisent pas dans une première écoute. Au hasard de ré-écoutes récentes.
Voir précédentes notes :
Jazz en dialogues et Jazz en dialogues (2)jazz-en-dialogues-3/ Continuer à lire … « Jazz en dialogues (4) »

Soudan, les chartes de la scène politique

Près de huit mois après le coup d’État militaire au Soudan, les manifestations pacifiques continuent d’avoir lieu selon les programmes hebdomadaires publiés par les Comités de Résistance. De nouvelles formes et de nouveaux outils de résistance ont émergé, alors même que plus de 90 manifestants ont été tués par les forces de l’État et que des dizaines d’autres sont tombés sous les attaques de milices à travers le pays. Le nombre de grèves et de barricades a augmenté dans tout le pays depuis janvier 2022. Cela a impliqué de nombreux syndicats, et a eu pour effet de bloquer des axes routiers majeurs. Continuer à lire … « Soudan, les chartes de la scène politique »

Je suis un socialiste ukrainien. Voici pourquoi je résiste à l’invasion russe 

En tant que socialiste et internationaliste, j’abhorre la guerre. Mais les prémisses mêmes du droit à l’auto-détermination justifient la résistance des Ukrainiens à l’invasion brutale de notre pays par Vladimir Poutine.

Je vous écris depuis l’Ukraine, où je sers dans les forces de la défense territoriale. Il y a un an, je n’aurais pas pu imaginer me trouver dans cette situation. Comme des millions d’Ukrainiens, ma vie a été bouleversée par le chaos de la guerre.

Au cours des quatre derniers mois, j’ai eu l’occasion de rencontrer des personnes que je n’aurais guère rencontrées dans d’autres circonstances. Certaines d’entre elles n’avaient jamais songé à prendre les armes avant le 24 février, mais l’invasion russe les a contraintes à tout laisser tomber pour protéger leur famille.

Nous critiquons souvent les actions du gouvernement ukrainien et la façon dont la défense est organisée. Mais cela ne remet pas en cause la nécessité de la résistance et la compréhension des raisons pour lesquelles nous nous battons. Continuer à lire … « Je suis un socialiste ukrainien. Voici pourquoi je résiste à l’invasion russe « 

Les Israéliens refusent d’être hantés par les fantômes des massacres passés. Qu’est-ce que cela signifie pour l’avenir ?

Faire une bombe à partir d’une taupinière. Pas la bombe que nous aurions dû souhaiter, mais une bombe bien plus dangereuse – la publication des transcriptions de Kafr Qasem n’a même pas fait sourciller. Les médias, à l’exception de Haaretz, ont à peine commenté, le public a baillé, l’affaire est morte. Cela se produit à chaque fois : les organisations de soldats remuent ciel et terre, les militaires censurent les interdictions et ensuite, on n’entend qu’un bâillement. Le bâillement est toujours la bonne partie : la maison d’édition du passé sombre, suscite pour beaucoup des sentiments de fierté et de soutien, ou des déclarations tristement ridicules sur le manque d’autres choix. La guerre, vous savez. Continuer à lire … « Les Israéliens refusent d’être hantés par les fantômes des massacres passés. Qu’est-ce que cela signifie pour l’avenir ? »

Prostitution, de la misogynie à la haine de soi

« Je l’ai mérité, je ne suis qu’une pute » !
Pute, cette insulte de la langue française s’applique par extension à toute personne supposée se vendre pour un avantage ou de l’argent. Ainsi les représentations sur la prostitution et les personnes prostituées prospèrent depuis des siècles : des personnes vénales, femmes surtout, qui gagnent de l’argent en vendant leurs charmes ou leur corps, des séductrices, des courtisanes, des tentatrices, des « marie couche toi là », des paresseuses, des abuseuses des besoins sexuels irrépressibles des hommes, « des filles de joie » qui ont inspiré ou qui ont fasciné beaucoup d’écrivains et d’artistes peintres des 19
ème et 20ème siècles, dans les nuits de promiscuité en cabarets, dans les nuits de bohème ou dans les milieux où se pavanaient les courtisanes, affichant par leurs atours et hôtels particuliers, la richesse de leur souteneur et qui, parfois, mouraient dramatiquement de tuberculose ou de syphilis. On retient souvent de ces œuvres, la rutilance des couleurs, les lourdes tentures rouges des maisons closes, les alcools et les verres, les fracs des hommes guindés dans leur col rigide, leur regard égrillard qui trie et jauge, et la nudité des corps offerts. Approchons-nous et regardons de plus près pour observer aussi les chairs blafardes et tristes, les regards perdus ou éteints, les maquillages outranciers qui peuvent cacher quelques marques de violence, les yeux cerclés de noir [1]. Essayons de comprendre ce que sont vraiment et le système prostitutionnel, et la culpabilité, la honte et la haine qui habitent les victimes de cette activité, peut-être une des plus anciennes du monde parce que produit d’un système tout aussi ancien, celui de la domination masculine. Continuer à lire … « Prostitution, de la misogynie à la haine de soi »