Quand la gauche syndicale se dotait d’outils pour avancer…


Dans les années 1970/1980, deux courants syndicaux s’attachent à faire vivre un syndicalisme de luttes, anticapitaliste, unitaire : celui qui constitue « l’opposition » dans la CFDT (majoritaire dans nombre de syndicats, dans des Unions Départementales et Régionales, dans quelques fédérations) et un autre, dans lequel se retrouve le premier cité, qui rassemble sur des bases similaires, des collectifs syndicaux, des membres de diverses organisations syndicales. Pour dépasser le stade des constats et des intentions, ils se dotent d’outils ; le présent texte retrace les grandes lignes de ces aventures. Lire la suite

POUR LA PAIX, CONTRE LA GUERRE : Appel à 24 heures d’action solidaire féministe autour du Monde

Le samedi 3 juin, de 12.00 à 13.00h, rejoins-nous dans une action solidaire pour la paix à travers le monde. Tu peux manifester, écrire un message… ou tout simplement prendre une photo ou faire une vidéo et la mettre dans notre site facebook : https://www.facebook.com/marchemondialedesfemmes/

Et nous l’envoyer sur notre courrier électronique : info@marchemondiale.org

Lire la suite

Contre les poncifs du roman national et les légendes contre-révolutionnaires

Pour Jean Paul

Dans leur préface, « Les récits rances et l’histoire de plein air », William Blanc, Aurore Chéry, Christophe Naudin parlent des « malins trompeurs », de ceux qui transforment l’histoire en outil d’exclusion « sous l’apparence d’un beau récit national »

Elle et ils expliquent le sens de leur livre, « Il opère un travail critique, aussi approfondi qu’astucieux, pour démonter faussetés, impostures et approximations volontaires, pour faire saillir des intentions à peine masquées, pour situer dans de longues séries des textes qui prétendent à l’actualité ». Lire la suite

Édito du n°1 du Zine féministe « Hors je(u) »

Nous sentons bien que si « jeu » il y a, trop souvent « je » n’y ai pas ma place, si ce n’est sur le banc de touche. La plupart du temps, nous sommes les spectatrices d’un match auquel nous ne pouvons pas participer, et quand nous le faisons, nous risquons d’être utilisées comme ballon. Cantonnées à des places d’observatrices passives par nos patrons, nos mecs ou nos darons, nous apprenons rapidement à ne pas nous faire remarquer, à disparaître, jusqu’à en nourrir de la frustration ou de la rage. Le quotidien pèse lourd, nous façonne profondément, et quand nous parvenons à nous en extraire, cela nous fait l’effet d’instants rares et volés. Il nous est donc apparu nécessaire de constituer notre propre équipe, de délimiter ou d’inventer nos propres terrains de jeu. De nous rencontrer à plusieurs « je » dans l’intention de dessiner un « nous ». De nous mettre hors-jeu sans attendre que l’arbitre nous siffle et nous donne un carton rouge. Lire la suite

Depuis le Venezuela : sept clés pour comprendre la crise actuelle

Il est impossible de comprendre la crise que connait aujourd’hui le Venezuela sans analyser l’ensemble des facteurs que nous vivons « de l’intérieur », et que les principaux medias n’expliquent pas.

Nous présentons ici sept clés de la crise actuelle et insistons sur l’impossibilité qu’il y a à comprendre ce qui se passe au Venezuela si l’on ne tient pas compte de l’intervention étrangère et du fait que le concept de « dictature », inopérant pour expliquer le cas du Venezuela, n’est pas une spécificité régionale de ce pays. Nous pensons quant à nous que le contrat social, les institutions et les cadres de l’économie formelle sont en train d’exploser et que le futur et les politiques de notre pays sont déterminés par la force et un certain nombre de mécanismes informels, exceptionnels et souterrains. Nous pensons que les deux blocs partisans qui se disputent le pouvoir partagent le même horizon néolibéral et que nous assistons à une crise historique du capitalisme rentier vénézuélien. Les communautés, les organisations populaires et les mouvements sociaux font face à une désagrégation progressive du tissu social.

La façon dont est traitée la question du Venezuela dans les grands medias internationaux est certainement unique au monde, faite de déformations, manichéisme, slogans, manipulations et omissions. Lire la suite

Ignorance quand tu nous tiens

 

Cette semaine, je me suis retrouvée à regarder à la télé un film très récent intitulé « John Wick ». C’est l’histoire d’un homme sans histoire, mais seul car dans le deuil récent de sa femme tant aimée, qui se met à tuer à coups d’armes de poing tout ce qui bouge autour du voleur de sa Mustang et assassin de son chien. Les balles fleurissent tout au long du film et, dans un moment furtif, on voit le fauteur de trouble insulter un de ses collègues maffieux qui n’a de cesse de tripoter les joysticks de sa tablette numérique. Il joue avec passion à dézinguer des individus. Plus il en tue, plus il gagne. Étonnamment, à aucun moment, je ne me suis ennuyée, le rythme, la chorégraphie étant très léchées. J’ai en revanche été impressionnée par la mise en scène de toutes ces morts violentes, banalisées, justifiées par la seule peine du héros, de surcroît interprété par Keanu Reeves, l’icône du gentil messie depuis « Matrix ». « Wick », le nom du personnage, induit l’idée de mèche/méchanceté, voire de haine, et cela se lit inlassablement sur son visage. Alors les liens de causes à effets se sont immédiatement opérés dans ma tête. Dérapages télévisuels, numériques (web, réseaux sociaux, jeux), policiers, politiques/électoraux, alimentent effectivement notre quotidien depuis un bon moment. Disons plus de vingt ans. Lire la suite

La virtuosité humaniste d’Oscar Peterson

Oscar Peterson, le piano dans toute sa plénitude, dans toute sa rigueur qui sait parcourir les 88 touches à la vitesse d’un champion olympique de 100 mètres. Oscar, un « Dieu » bis. « Dieu » premier – pour le piano -, Art Tatum, fut ainsi qualifié par « Fats » Waller un soir où Tatum entrait dans un club où officiait Fats. Une anecdote peut-être apocryphe qui dit bien le respect et plus encore de tous ces grands artistes envers la virtuosité tatumienne. Même le plus grand ne pouvait rivaliser. Lire la suite