Pourquoi nous, juifs et humanistes, condamnons sans appel les agissements de la police israélienne aux obsèques de Shireen Abu Akleh

La violence perpétrée contre le cortège accompagnant la journaliste américano-palestinienne vers sa dernière demeure est contraire aux valeurs du judaïsme.

Tous les signataires de ce texte sont humanistes – et juifs. Juif, chacun l’est bien sûr à sa façon. Mais en la circonstance, croyant ou pas, pratiquant ou pas, sioniste ou pas, ayant ou non développé des relations fortes avec Israël, les différences comptent peu. Le point commun de tous les signataires de ce texte est qu’ils donnent à leur attachement au judaïsme une portée éthique. Et même si certains ne sont pas habitués à le faire, c’est bien en tant que juifs qu’ils s’expriment ici publiquement. Continuer à lire … « Pourquoi nous, juifs et humanistes, condamnons sans appel les agissements de la police israélienne aux obsèques de Shireen Abu Akleh »

Une arme de guerre ? Quelques réflexions sur la violence sexuelle pendant la guerre russe en Ukraine

Nous nous sommes rencontrés pour la première fois lors de la conférence de 2015 « Contre notre volonté – Quarante ans après : explorer le champ de la violence sexuelle dans les conflits armés » à Hambourg, en Allemagne [1], et nous sommes restés en contact depuis. Nous travaillons tous les deux sur la violence sexuelle pendant la Seconde Guerre mondiale et nous collaborons avec d’autres chercheurs et professionnels d’ONG au sein du « Groupe international de recherche ‘Violence sexuelle dans les conflits armés’ ». Peu après le début de l’invasion russe à grande échelle de l’Ukraine le 24 février 2022, Marta a décidé de protéger son fils et de fuir le pays. Lorsqu’elle est arrivée à Hambourg le 12 mars, nous avons immédiatement commencé à parler de violences sexuelles : contre les réfugiés ukrainiens dans les régions frontalières et dans les pays où ils ont trouvé un abri temporaire, mais aussi dans la zone de guerre en Ukraine. À l’époque, il n’y avait que peu d’indications indiquant cette forme de violence en Ukraine. Mais au cours des dernières semaines, le sujet est devenu de plus en plus visible. Nous croyons qu’il est important et nécessaire que la violence sexuelle reçoive cette attention. Dans le même temps, cependant, nous sommes inquiets de la façon dont cette violence est représentée. Qui en parle et qui reste silencieux ? Quels aspects sont mis en avant et que reste-t-il dans l’obscurité ? Afin de partager certaines de nos observations et préoccupations, nous avons décidé de documenter certaines de nos conversations sous forme écrite. Le résultat est un instantané momentané dans un développement en cours. Néanmoins, nous espérons contribuer à une meilleure compréhension. L’échange suivant a eu lieu le 20 avril 2022. Continuer à lire … « Une arme de guerre ? Quelques réflexions sur la violence sexuelle pendant la guerre russe en Ukraine »

Après l’abolition de l’esclavage… l’esclavage toujours

Lundi 1er mars 1880. Discours du ministre de la Marine et des Colonies, l’amiral Jauréguiberry, au Sénat. « Des possessions, en nombre assez considérable, sont venues augmenter celles que nous avions déjà. (…) Dans toutes ces annexions, on s’est formellement engagé à respecter (…) les traditions de toutes ces tribus et, dans ces traditions, figure au premier rang, ce qu’on appelle l’esclavage, mais qui n’est, pour parler plus exactement, qu’une espèce de servage héréditaire. Les individus qui font partie de cette classe de la population constituent toute la domesticité, tous les ouvriers, laboureurs compris. » De « vifs applaudissements », venus de « tous les bancs » de la haute assemblée, saluent ces propos. Précieuse indication. Elle révèle une adhésion enthousiaste des sénateurs à la politique coloniale qui vient d’être défendue et à ses conséquences particulières : le maintien l’esclavage domestique. Continuer à lire … « Après l’abolition de l’esclavage… l’esclavage toujours »

Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice

C’est aux termes d’une décision inique et sexiste que la Cour d’assises du Val de Marne, statuant en appel, vient d’affirmer qu’une femme en état d’ébriété manifeste pouvait valablement consentir à plusieurs rapports sexuels avec plusieurs officiers de police dans les locaux du célèbre 36 quai des Orfèvres. 

Cet arrêt est une immense gifle portée à Emily Spanton, à qui nous adressons tout notre soutien, mais aussi à toutes les femmes, 51% de la population, toutes victimes directes ou indirectes de violences masculines sexistes et sexuelles.  Continuer à lire … « Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice »

[36] Solidarité avec la résistance des ukrainien·nes. Retrait immédiat et sans condition des troupes russes [36] 

  • Identité nationale ukrainienne et perspectives de cohabitation pacifique entre les peuples. Un entretien de David Broder avec Marko Bojcun
  • Russie : Cynisme idéologique. Entretien de Francisco Claramunt avec Ilya Boudraitskis
  • Michel Goya : Point de situation des opérations en Ukraine 15 mai 2022
  • Bélarus : ACTION URGENTE pour libérer les syndicalistes emprisonné es
  • Biélorussie : les militants syndicaux Fedynich et Beresnev ont été transférés au centre de détention provisoire de la rue Volodarskogo
  • Syndicalistes ukrainiens morts au combat
  • La dirigeante du syndicat indépendant biélorusse Naftan, Olga Britikova, libérée
  • Sandrine Goldschmidt : Guerre en Ukraine : la prostitution, une menace pour les réfugiées ?
  • Svetlana Stevenson : Le jargon du Kremlin
  • Liens avec autres textes

Identité nationale ukrainienne et perspectives de cohabitation pacifique entre les peuples Continuer à lire … « [36] Solidarité avec la résistance des ukrainien·nes. Retrait immédiat et sans condition des troupes russes [36] « 

Mensonge, fraude et sacrilège

Pourquoi Poutine fait-il de tous les morts soviétiques de la Deuxième Guerre mondiale… des « Russes » ?

Le 9 mai est passé, et comme c’est la constante depuis deux décennies, tant les ennemis que les amis de M. Poutine ont répété à l’unisson que le 9 mai de chaque année, la Russie se souvient et honore les 20 ou 25 millions de ses morts pendant la Seconde Guerre mondiale. On dirait même que ces dernières années, et plus encore cette année en raison de la guerre de M. Poutine contre l’Ukraine, ces millions de morts russes ont été commémorés avec encore plus de force afin de souligner – apparemment – l’absence des Ukrainiens du martyrologe. Continuer à lire … « Mensonge, fraude et sacrilège »

Le droit de légitime défense : entre l’Ukraine et la Palestine 

Les pays occidentaux se sont tous opposés à l’invasion russe en Ukraine et reconnaissent le droit à la légitime défense des ukrainien·nes. Or ce même droit n’est pas reconnu quand il s’agit des Palestiniens vis-à-vis de l’occupation israélienne.

Depuis que les forces russes ont envahi l’Ukraine le 24 février, les combats se poursuivent toujours à proximité de la capitale ukrainienne dans le but d’en prendre le contrôle et d’obtenir un changement de régime, selon les médias et les responsables occidentaux. Les pays de l’Occident ont largement pris position contre l’invasion russe de l’Ukraine, en mettant en place une série de sanctions économiques sans précédent contre la Russie. En plus d’envoyer du matériel militaire et des armes pour soutenir l’armée ukrainienne, la Grande-Bretagne a également soutenu le président ukrainien, lequel a appelé tous les volontaires à venir combattre aux côtés de ses forces armées pour défendre l’Ukraine. Continuer à lire … « Le droit de légitime défense : entre l’Ukraine et la Palestine « 

Préambule du livre de Fabienne Messica : Ce que le feminisme n’est pas

Avec l’aimable autorisation de l’autrice

9782493270122-475x500-2

Critiquer d’abord : telle fut la grande affaire de l’après-guerre, celle du constructivisme, celle du structuralisme. On critiquait le progrès, on critiquait la raison, on critiquait les droits de l’homme, le colonialisme, l’impérialisme. Ce ne fut que tardivement et encore, avec des pincettes, qu’advint la critique des régimes et de l’idéologie communistes. Quant à la critique de, la domination masculine et du patriarcat, elle fut le fait de mouvements féministes longtemps ignorés par les milieux académiques et par les mouvements à gauche d’obédiences diverses, marxistes, libertaires, tiers-mondistes, écologistes.

Mais après ce travail puissant de la pensée, que faire ? Comment monter en radicalité dans la critique, comment monter en puissance ? Il semble que ce soit l’affaire du moment, celui où la critique qui se veut émancipatrice se retourne contre elle-même. Le moment de la critique de la critique portée par l’antiracisme, le féminisme et, plus généralement, les luttes d’émancipation. Continuer à lire … « Préambule du livre de Fabienne Messica : Ce que le feminisme n’est pas »

ABCDaire nécessairement partiel (19)

Essayer de faire partager des émotions ressenties lors des (ré)écoutes. En ABCDaire nécessairement partiel et incomplet.
Déambulations dans quelques œuvres et interprétations, en profane…
Une invitation à écouter et partager ces versions ou d’autres que vous ne manquerez pas de signaler… Continuer à lire … « ABCDaire nécessairement partiel (19) »

Syrie : Reconstruire un projet de libération

Face à un régime qui tente de se normaliser sur la scène internationale, les forces progressistes affaiblies par 11 ans de guerre doivent s’appuyer sur des modèles de luttes internationalistes.

Plus de 11 ans après le début du soulèvement populaire qui s’est transformé en une guerre sanglante impliquant de multiples acteurs régionaux et internationaux, le régime syrien contrôle aujourd’hui près de 70 % du territoire syrien. 
Dans le même temps, le processus de normalisation du régime syrien progresse à travers le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord. Le voyage de Bachar el-Assad aux Émirats arabes unis (EAU) en mars 2022 en fait partie. C’était sa première visite dans un pays de la région depuis l’éclatement du soulèvement en 2011. 
Continuer à lire … « Syrie : Reconstruire un projet de libération »

Liberté, émancipation, autonomie. Avoir le courage, prendre le risque d’imaginer, de penser, d’agir… (+ Non à Frontex : les femmes contre la surveillance des frontières européennes)

Bien qu’il soit un peu long, ne plie pas au code des médias, cet essai n’est pas réservé à des spécialistes. La réflexion critique, la délibération, la prise de distance, l’imagination concernent tout le monde. Avec Frontex, la question politique d’une Europe constituante revient au devant de la scène par la petite porte. Comme les réfugiés, les industries, les déchets, etc., le capitalisme expansionniste trouve ses limites, la guerre n’est plus externalisable. Elle revient en boomerang. Elle est partout. Dans un monde fini, il n’y a plus de dehors. L’expansion et l’externalisation ne sont plus possibles sans graves conséquences : un processus de destruction des humains, de la nature, de la planète est une réalité. La révolution – laquelle, où, quand ? Comment la nommer ? – est à la porte.
Ce qui est en jeu dans la participation de la Suisse à Frontex et dans les négociations en cours entre la Suisse et l’UE échappe encore à l’imagination, à la conscience politique brouillée par des mensonges. « C’est cher payé, mais Frontex nous protège », dit-on. « Schengen sécurise les affaires », pense-t-on. « Nous agissons pour vous, faites-nous confiance », déclare-t-on.
Il est possible de rester à la surface des choses, de subir l’utilitarisme brutal et les intérêts à courte vue. Le mensonge, la haine, le pillage, la violence à nos risques et périls. L’écho que rencontre une action de minoritaires courageux suffit à montrer que s’interroger sur Frontex implique, dans la suite de la votation suisse du 15 mai 2022, de reprendre l’initiative sur l’Europe en se gardant de l’utilitarisme du marché, de l’injonction à obéir, de la sûreté guerrière qui remplace la sécurité, la protection, en luttant pour une
hospitalité politique constituante pour l’Europe et la planète.
A première vue, l’illusion de l’efficacité du tout économique, autoritaire, sécuritaire, la force policière militarisée, la suspension de la loi et des droits du aveuglent font douter de l’Etat de droit quand, la frontière entre le légal et l’illégal s’efface et devient discours de légitimité, parle à notre impuissance, nos doutes, nos colères. Ces illusions et la brutalisation des sociétés européennes, la cruauté et la banalisation de la violence, tentent d’enterrer la curiosité pour le monde (par la peur), et la liberté. De figer le pouvoir d’agir, de penser.
Nous sommes mis au défi d’ouvrir les yeux et les oreilles. De ne plus dénier le sac- cage, la violence sans limites. De nous réapproprier une autonomie d’agir et de penser. D’entendre, écouter ce que disent autour de nous les travailleurs, les chômeurs, les précaires, les pauvres, les gilets jaunes, quand ils dénoncent leurs conditions de vie, les exilés en fuite, les solidaires, condamnés pour « délit de clandestinité » et « délit de solidarité », les femmes, les jeunes du climat, etc..
Continuer à lire … « Liberté, émancipation, autonomie. Avoir le courage, prendre le risque d’imaginer, de penser, d’agir… (+ Non à Frontex : les femmes contre la surveillance des frontières européennes) »

Changement climatique : cinq catastrophes naturelles qui demandent une action d’urgence

Les risques climatiques sont des phénomènes naturels faisant partie de cycles saisonniers. Il y a toujours eu des ouragans, des sécheresses, des incendies, des inondations et des vents violents. Cependant nous assistons désormais à des destructions et des dévastations d’une ampleur nouvelle et terrifiante.

L’année 2019 a connu des catastrophes climatiques dévastatrices dans plusieurs régions du monde comme le cyclone Idai, des vagues de chaleur meurtrières en Inde, au Pakistan et en Europe, ainsi que des inondations en Asie du Sud-Est. Des millions de personnes, du Mozambique au Bangladesh, ont déjà perdu leur habitation, leurs moyens de subsistance et des proches en raison de ces phénomènes météorologiques devenus de plus en plus dangereux et fréquents. Continuer à lire … « Changement climatique : cinq catastrophes naturelles qui demandent une action d’urgence »

Shireen Abu Aqleh, journaliste palestinienne assassinée par Israël : des sanctions s’imposent (+ autres textes)

Ce matin, mercredi 11 mai, à Jénine, Israël a franchi un pas supplémentaire dans la violation permanente du droit et dans les crimes de guerre : Shireen Abu Aqleh, journaliste américano-palestinienne de 51 ans a été assassinée par l’armée israélienne d’une balle en pleine tête.

Un nombre important de soldats de l’armée d’occupation avaient pris d’assaut la ville de Jénine et bouclé une maison pour arrêter un jeune Palestinien. Des confrontations avec des dizaines de jeunes palestiniens s’en sont suivies. Shireen Abu Aqleh qui portait un gilet pare-balle barré du mot « PRESS » a été touchée par une balle réelle à la tête. Elle est décédée. Continuer à lire … « Shireen Abu Aqleh, journaliste palestinienne assassinée par Israël : des sanctions s’imposent (+ autres textes) »

Le droit à l’avortement sur la sellette aux Etats-Unis

Le 2 mai, lorsque le site d’information Politico a publié une ébauche de la décision à venir de la Cour suprême des Etats-Unis, qui annule l’arrêt Roe v Wade de 1973, qui a légalisé l’avortement, une récrimination collective s’est fait entendre dans tout le pays. Même pour ceux et celles d’entre nous qui ont assisté à l’érosion constante du droit à l’avortement depuis plus de quatre décennies et qui savaient que l’annulation de Roe était probable, le choc à la lecture du projet de décision a néanmoins été ressenti comme un coup de poing à l’estomac.

Le principe clé de l’arrêt Roe v Wade permettait le droit à l’avortement légal pour n’importe quelle raison jusqu’à la « viabilité du fœtus », à environ 24 semaines de grossesse, lorsque le fœtus est capable de survivre en dehors de l’utérus. Le projet de décision sur Dobbs v. Jackson Women’s Health Organization, rédigé par le juge ultra-conservateur Samuel Alito, confirme une loi du Mississippi de 2018 qui interdit les avortements après 15 semaines de grossesse – bien avant la viabilité du fœtus – et ne prévoit pas d’exceptions en cas de viol ou d’inceste. Continuer à lire … « Le droit à l’avortement sur la sellette aux Etats-Unis »

Communiqué de ICAHD sur Masafer Yatta (+ textes de Hagai El-Ad, de Amira Hass, de David Shulman)

  • Communiqué de ICAHD sur Masafer Yatta
  • Hagai El-Ad : Une autre phase de la Nakba palestinienne, avec l’approbation de la Justice israélienne
  • Amira Hass : Les juges de la Haute Cour savent qu’Israël ne fera pas l’objet de sanctions au sujet des expulsions de Masafer Yatta
  • David Shulman : Message urgent des collines du sud d’Hébron
  • Manifestation d’urgence – Arrêtez les déplacements forcés à Masafer Yatta (zone de tir 918).


ICAHD

Communiqué de ICAHD sur Masafer Yatta

Le Comité Israélien Contre les Démolitions de Maisons (Icahd) condamne la décision de la cour suprême israélienne ouvrant droit au transfert forcé de palestiniens de leurs maisons et de leurs terres dans la région cisjordanienne de Masafer Yatta Continuer à lire … « Communiqué de ICAHD sur Masafer Yatta (+ textes de Hagai El-Ad, de Amira Hass, de David Shulman) »

L’avortement est un droit et doit le rester !

La menace au droit à l’avortement qui plane aux États-Unis ces jours-ci ne nous surprend pas, pourtant elle doit vivement et collectivement nous alarmer. Si la Cour suprême américaine venait à invalider l’arrêt « Roe versus Wade » en juin prochain, texte qui constitue le fondement du droit à l’avortement américain, il s’agirait d’un retour en arrière de 50 ans ! Chaque État pourra alors choisir sa propre législation et ce sont 26 États conservateurs qui sont prêts à interdire complètement l’avortement. Continuer à lire … « L’avortement est un droit et doit le rester ! »

Où étiez-vous il y a huit ans ? Et pourquoi pas dix-huit ?

Histoire de l’ingérence russe en Ukraine depuis 2004
Où étiez-vous il y a huit ans ? C’est la question que brandit la propagande russe, pointant du doigt les bombardements et les tirs d’obus dans les régions de Donetsk et de Louhansk en Ukraine. Le conflit armé y a débuté en 2014 et ne s’est guère arrêté depuis. Mais c’est une question qu’il vaut mieux adresser au Kremlin lui-même. « Histoires importantes » nous rappelle comment, il y a non pas huit mais dix-huit ans à peine, le Kremlin a commencé à s’ingérer dans la politique ukrainienne, puis a déclenché une guerre civile en Ukraine.
Continuer à lire … « Où étiez-vous il y a huit ans ? Et pourquoi pas dix-huit ? »

La pandémie de COVID-19 n’est pas terminée : quelle stratégie pour aujourd’hui et pour demain ?

La pandémie de COVID-19 semble terminée : politiques et médias n’en parlent plus. La campagne présidentielle aurait pu être l’occasion de faire un bilan. Mais pas un mot, rien ou presque, à tel point que l’on pouvait avoir le sentiment étrange que la crise sanitaire n’avait jamais eu lieu. Après avoir vécu pendant deux ans à travers le prisme du COVID-19, ne plus en parler serait une façon non seulement de tourner la page, mais de l’arracher du livre.

Après chaque vague épidémique, on avait déjà observé un phénomène similaire de déni de la situation pandémique. Mais cette fois-ci, l’occultation prend un tour massif.  Continuer à lire … « La pandémie de COVID-19 n’est pas terminée : quelle stratégie pour aujourd’hui et pour demain ? »

Ukraine : le corps des femmes comme champ de bataille

front feministe

La guerre permet l’expression la plus désinhibée de la violence masculine. L’oppression viriliste et destructrice du patriarcat s’y déploie sans frein. Les femmes et les enfants, qui en temps dit « de paix » subissent des violences machistes individuelles, sont alors traité·es globalement comme des objets, des marchandises, des déchets.
Depuis des années, des opposantes féministes aux dictatures, telles les FEMEN ukrainiennes, avaient donné l’alerte. Elles voyaient juste…
Décidée par un Vladimir Poutine obsessionnel de la virilité, l’invasion de l’Ukraine le 24 février 2022 se poursuit par une guerre de conquête. Comme en Tchétchénie ou en Syrie, l’armée russe massacre des civil·es. Elle pilonne des villes et bombarde des lieux abritant des femmes et des enfants vulnérables, des maternités, des hôpitaux.
Des millions de personnes ont fui les zones d’Ukraine bombardées : 90% sont des femmes et des enfants. La moitié de celles qui ont quitté le pays ont moins de 18 ans.
Continuer à lire … « Ukraine : le corps des femmes comme champ de bataille »

Préface de Guillaume Fondu au livre de Isaak I. Roubine : Essai sur la théorie marxienne de l’argent

Avec l’aimable autorisation des éditions Syllepse

une-essai-sur-la-theorie-de-l-argent

L’ouvrage présenté ici est la traduction des Essais sur la théorie marxienne de l’argent. Rédigé par I. I. Roubine entre 1923 et 1928, dans le prolongement de ses Essais sur la théorie marxienne de la valeur, et demeuré à l’état de manuscrit, il n’a fait l’objet d’une première publication en langue originale (russe) qu’en 2011. À l’image d’une grande partie du patrimoine intellectuel marxiste soviétique des années 1920, il a été occulté dès les années 1930 par le pouvoir stalinien. Les quelques pages qui suivent ont vocation à présenter le contexte de la rédaction de ces Essais et les enjeux dont ils pouvaient être porteurs. On laissera ici de côté la question de l’explicitation précise de leur contenu. Le texte nous paraît suffisamment clair par lui-même. Enfin, nous avons jugé inutile et inapproprié de commenter, dans une préface, la potentielle actualité des Essais et leur inscription dans les débats marxistes et marxologiques contemporains. On espère simplement que cette publication sera l’occasion de poursuivre ces débats. Continuer à lire … « Préface de Guillaume Fondu au livre de Isaak I. Roubine : Essai sur la théorie marxienne de l’argent »