Enquête nationale sur la bisexualité 2015

rapport_bisexualite_2015Cette enquête nationale sur la bisexualité est née d’un constat commun à nos quatre associations (SOS homophobie, Act Up-Paris, Bi’Cause et le MAG Jeunes LGBT) : les per- sonnes bisexuelles sont invisibilisées dans la société, parfois même dans les milieux LGBT, et les violences spécifiques qu’ils et elles subissent sont méconnues. Leur orientation sexuelle est souvent vue comme un effet de mode, un état intermédiaire sur lequel il n’est pas nécessaire de s’attarder. Il en résulte une difficulté à définir précisément la biphobie : en quoi se différencie-t-elle de l’homophobie ? Quels sont les préjugés qui entourent encore la bisexualité en 2015 ? Ces questions sont d’autant plus difficiles à démêler que peu d’écrits existent sur le vécu bisexuel, que les témoignages de biphobie sur le réseau d’écoute de SOS homophobie sont rares (seulement 27 signalements en 2014) et que la question est peu, si ce n’est pas du tout, traitée dans les médias. Il nous a alors semblé urgent d’avoir des données pour comprendre, analyser et dénoncer.

Au printemps 2012, nous avons élaboré ce questionnaire d’enquête. Nous avons choisi d’axer les questions sur la perception des comportements réels ou supposés des personnes bisexuelles et sur leur visibilité dans la société. Il nous semblait encore prématuré, en l’absence d’une définition plus précise, de réaliser une enquête uniquement sur la biphobie. L’angle, plus large, permet d’évaluer les stéréotypes et préjugés attachés au simple terme de « bisexualité » (« double ») et ce, avant même qu’il ne devienne une réalité tangible pour les enquêté-e-s. Nous avons volontairement choisi de demander l’orientation sexuelle des répondant-e-s. En effet, la bisexualité semble catalyser de nombreuses craintes tant du côté des hétérosexuel-le-s que des gays et lesbiennes, et nous voulions savoir si elles étaient similaires pour les deux. De même, le genre nous paraissait être une donnée importante pour l’analyse des résultats : si la bisexualité masculine est souvent mal perçue, celle féminine ne fait-elle pas partie intégrante de l’imaginaire pornographique hétérosexuel ?

Enfin, nous espérions qu’au-delà de pouvoir recueillir des données inédites sur la perception de la bisexualité, cette enquête permette de visibiliser cette orientation sexuelle et par là-même de pousser les gens à s’interroger sur la conception binaire de l’orientation sexuelle et du genre dans la société.

Télécharger le Document : rapport_bisexualite_2015

La banalité du désespoir

arton8199Le plus étonnant dans le recueil de nouvelles de Christos Ikonomou réside dans le fait que certaines furent écrites avant même que n’éclate la « crise grecque ». Une préscience que révèle parfois la littérature… Lire la suite

La machine à remonter le temps Concerts à domicile (3)

FA5635Pour ce dernier concert, il est possible d’inviter très largement, d’ouvrir le bal, de laisser les invité-es siffler, se déhancher au son de cette musique « soul ».

Le lieu est différent. Au « Caméléon », un de ces clubs mythiques de Paris qui restera en activité longtemps mais pas assez pour la génération d’aujourd’hui puisse le visiter sinon à travers les souvenirs de ceux et de celles qui y ont participé. Bernard de Bosson, pianiste amateur dans les années 1960 – futur PDG des disques Warner – le décrit dans les notes de pochette signées Michel Brillé. Lire la suite

L’altermondialisme et les forums sociaux mondiaux

L’altermondialisme ne se résume pas au Forums Sociaux Mondiaux, même si ceux ci y ont occupé une place importante. Le mouvement altermondialiste est un mouvement historique d’émancipation qui prolonge et renouvelle les mouvements historiques précédents, le mouvement ouvrier, le mouvement paysan, la décolonisation, … Il se forme à la fin des années 1970, en réponse à la montée du néolibéralisme qui est une phase de la mondialisation capitaliste. Lire la suite

Regarder avec l’attention de la connaissance

9782707188601

La sociologie. « En rendant visibles les régularités collectives ou les habitudes dont les individus ne sont pas toujours conscients, en mettant en lumière des structures, des mécanismes ou des processus sociaux qui sont rarement le produit de la volonté des individus tout en les traversant en permanence de manière intime, elle a infligé à l’humanité une quatrième blessure narcissique »

Dans son introduction, Bernard Lahire souligne, entre autres, que « l’individu n’est pas une entité close sur elle même », la réalité des dissymétries ou des inégalités, les rapports de domination et d’exploitation, les exercices de pouvoirs ou les processus de stigmatisation… Il parle de ceux qui ont intérêt à faire passer les vessies pour des lanternes « des rapports de forces et des inégalités historiques pour des états de fait naturels, et des situations de domination pour des réalités librement consenties ». Lire la suite

La machine à remonter le temps. Concerts à domicile (2), suite…

FA5645Bien reposé et remis de votre concert avec le fantôme d’Horace Silver, il est possible de passer à une autre forme de jazz. Contemporaine et apparemment à l’opposé. Un triple CD du Modern Jazz Quartet (MJQ pour tous les intimes) recèle forcément des trésors. Lire la suite

Souveraineté alimentaire et commerce

Déclaration de La Via Campesina sur le commerce, les marchés et le développement à la CNUCED 2016, Nairobi, Kenya.

« La souveraineté alimentaire est le droit des peuples à une alimentation saine, dans le respect des cultures, produite à l’aide de méthodes durables et respectueuses de l’environnement, ainsi que leur droit à définir leurs propres systèmes alimentaires et agricoles. La souveraineté alimentaire met au cœur des systèmes de production et des politiques les aspirations et les besoins de ceux qui produisent, distribuent et consomment les aliments en lieu et place des exigences des marchés et des transnationales. » – Déclaration de Nyéléni sur la souveraineté alimentaire (Mali, 2007) Lire la suite