Incertitudes inscrites dans les organisations sociales

Dans la plupart des pays, les statistiques indiquent un différentiel de naissances (sex-ratio) : 51,2% de garçons et 48,8% de filles dans les pays riches, un écart encore plus significatif en Chine avec 55% de garçons pour seulement 45% de filles.

Sauf très rares exceptions, ce sex-ratio semble avoir été déséquilibré depuis qu’il est mesuré (trois siècles). Pourtant, les données ne sont ni fixes dans le temps ni dans l’espace. Sans oublier qu’elles ne peuvent mesurer le sexe des enfants conçu-e-s, le constat n’est pas réductible à un ordre biologique mais bien aux incertitudes inscrites dans les organisations sociales. Comment alors penser le hasard de la naissance, la socialisation périnatale, les normes sociales et la domination sexuée ?

Que mesure réellement ce sex-ratio à la naissance et qu’est ce qu’il nous dit sur nos sociétés ?

Le travail d’Eric Brian et de Marie Jaisson est plus que remarquable depuis l’introduction « la contradiction entre la possibilité de saisir les différences des proportions des deux sexes à la naissance d’une aire géographique à une autre et l’idée récurrente que ces proportions devraient être constantes » jusqu’à la conclusion « C’est au contraire en prenant acte de la relativité historique et sociale des conceptions profanes et savantes à l’égard des enfants à naitre, puis en dégageant une approche qui prend une pleine mesure de l’incertitude à laquelle les uns comme les autres font face, qu’on se donne le moyen de soumettre à des épreuves empiriques les faits sociaux propres aux périodes antérieures à la naissance. » sans oublier le titre choisi « Le sexisme de la première heure ».

Cet ouvrage nous invite à aller voir derrière des évidences, des réalités chiffrées, du soit disant bon sens et autres fariboles qui nous entrainent trop souvent vers des pensées faibles et des intelligences défaillantes.

Eric Brian et Marie Jaisson : Le sexisme de la première heure, hasard et sociologie

Raison d’agir éditions, Paris 2007, 376 pages, 17 euros

Didier Epsztajn

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s