Mémoires d’une syndicaliste féministe

Membre du bureau confédéral de la CGT, directrice d’Antoinette (magazine de la CGT en direction des femmes), Madeleine Colin fut de tous les combats du dernier demi-siècle.

Son autobiographie nous donne à lire une part peu connue du combat féministe, celui qui s’inscrit au cœur d’un syndicalisme dominé par les hommes et longtemps sous la tutelle du PCF.

L’auteure nous livre, avec une belle plume, les prises de conscience, les questionnements, les remises en cause dans ses combats, dans les combats partagés avec d’autres hommes et femmes.

Elle s’attarde, à juste titre sur le sabotage de l’expérience exceptionnelle que fut Antoinette sur l’hôtel du sectarisme, de la bureaucratie et du déni de l’expression des femmes dans la subversion des rapports de domination.

Il faut lire et méditer ce que furent les difficultés d’être et de militer, même au sein de luttes syndicales et politiques, dans un monde machiste, bureaucratique et de surcroit longtemps dominé par le stalinisme.

A la fin de l’ouvrage, Madeleine Colin évoque aussi l’intime, ses rencontres amoureuses et amitiés partagées. Elle livre les difficultés, les doutes, d’une femme plongée, mais non noyée, dans son siècle et les pesanteurs de la vie.

Cette part du combat d’émancipation féministe, au sein de la CGT, se doit d’être connue par l’ensemble du mouvement féministe et plus largement des mouvements d’émancipation.

Madeleine COLIN : Traces d’une vie dans la mouvance du siècle

Syllepse, Paris 2007, 205 pages 15 euros

 Didier Epsztajn

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s