Le néolibéralisme à l’œuvre, le cas de l’éducation

Quel avenir pour l’école, de la maternelle à l’Université ? Pourquoi les gouvernements s’orientent-ils vers l’autonomie, à commencer par celle des Universités ? De quoi est-il question lorsqu’on évoque le « processus de Bologne » ou « la stratégie de Lisbonne » ? Isabelle Bruno, Pierre Clément et Christian Laval apportent des explications nécessaires pour comprendre la contre révolution en cours. Elle s’attaque aux valeurs du service public d’éducation pour mettre en place des critères – à ce niveau le rôle de l’Europe est fondamental – reposant sur la réalisation de la compétitivité de l’économie. Elle vise à détruire ce droit universel. Notre combat se doit de changer d’échelle si nous voulons mettre en échec cette stratégie. C’est le message de ce livre.

Isabelle Bruno, Pierre Clément et Christian Laval : La grande mutation. Néolibéralisme et éducation en Europe »

Syllepse/Institut de recherches de la FSU, 135 p.

Nicolas Béniès

Auteur : entreleslignesentrelesmots

notes de lecture

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :