Une école sociologique française

La sociologie des mouvements sociaux se situe, suivant les auteurs, à l’intersection de la science politique, de la sociologie et de l’histoire et nous vient des Etats-Unis. L’école française aurait des traits distinctifs en lien mouvements des « sans » et des mobilisations altermondialistes. Ce livre essaie de faire le point de ces « nouveautés », à partir notamment de l’œuvre de Charles Tilly, en faisant la part belle à la sociologie critique et refusant le positivisme. Ils débordent sur la place des émotions dans le militantisme – même si le sujet a déjà été traité dans le passé – et les logiques de l’engagement qui permettent d’appréhender les formes actuelles de mobilisation et de construction des structures politiques, associatives et syndicales. A méditer pour penser nos mouvements.

Sous la direction d’ Olivier Fillieule, Eric Agrikoliansky, Isabelle Sommier : Penser les mouvements sociaux. Conflits sociaux et contestation dans les sociétés contemporaines

La Découverte/Recherches, Paris 2010,  328 p.

Nicolas Béniès

Auteur : entreleslignesentrelesmots

notes de lecture

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :