Et pour finir, tu y étais arrivée, sur l’autre rive

« Je suppose que pour toi aussi ça s’est passé de cette manière, la première fois que tu es arrivée ici. Un homme t’attendait, avec ton nom sur une feuille blanche, juste après la zone franche de retrait des bagages, et scrutait les visages un par un afin de deviner lequel associer à sa pancarte. »

Lorenzo sera accueilli par Christian à Bucarest. Il vient à l’enterrement de Lula sa mère. Celle-ci avait laissé derrière elle, en Italie ce fils et son père adoptif. Pour une industrie de matériel à faire maigrir les gros, ou pour l’amour ou peut-être l’espérance.

Le voyage dans cet ailleurs étrange, sera aussi une confrontation aux souvenirs, aux histoires, aux promesses non tenues.

Dès la première page, la qualité de l’écriture, cet alignement de petits chapitres, vous font basculer dans cet entre-deux-mondes, les espérances et cette Europe qui ne fait plus rêver.

 Andréa Bajani : Si tu retiens les fautes

Traduit de l’italien par Vincent Raynaud

Editions Gallimard, Paris 2009, 191 pages, 17,90 euros

Didier Epsztajn

Auteur : entreleslignesentrelesmots

notes de lecture

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :