Haiele, plus qu’un prénom

Un île italienne dans les années cinquante. Entre enfance et adolescence, un garçon va connaître ce passage, souvent mal décrit, vers l’âge adulte. « Mes questions avaient grandi et prenait l’insistance d’une demande de comptes. »

Mais là où de multiples romanciers se seraient servi d’une première histoire de sexe, Erri De Luca décrit une rencontre avec une jeune fille. « La morsure de la murène avait laissé un dessin de trous, une lettre claire sur ma peau foncée. Elle avait mis sa main juste là et c’était le geste le plus intime qu’une femme avait eu pour moi. Elle touchait la surface d’une douleur, une prise nette capable de la raviver comme de l’adoucir. »

Rencontre aussi avec le passé, le non-dit, à peine murmuré, au début, en yiddish pour un prénom, un prénom derrière le prénom de Caia.

Un bouleversant petit livre sur le basculement du temps « Nous qui sommes devenus des adultes après ce temps-là, nous sommes le fruit d’une île plus que d’une terre ferme. »

Erri De Luca : Tu, mio

Traduit de l’italien par Danielle Valin

Réédition Folio, Paris 2011, 141 pages

Didier Epsztajn

Auteur : entreleslignesentrelesmots

notes de lecture

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :