Comment réussir sa crise européenne (recette)

1- Prenez un groupe de pays hautement développés (l’Europe), instaurez un grand marché intérieur permettant la libre circulation des biens, des capitaux (Acte unique 1986). N’y ajoutez surtout pas de close de convergence sociale, et vous obtenez…
= un début de zone de libre échange

2- Dans la même période, instaurez un peu partout une déréglementation des marchés financiers (en France, Livre blanc sur la réforme du financement de l’économie, 1986). A l’inverse soyez très fermes sur quelques règles en vue d’une intégration monétaire (Traité de Maastricht, 1992), entre autres : déficit budgétaire inférieur à 3% du PIB, endettement public inférieur à 60% du PIB, afin bien sûr de maîtriser l’inflation et par conséquent les taux d’intérêt sur emprunt et le coût du capital.

3- A cette étape, établissez une monnaie unique (1999-2000) afin de parachever la zone de libre échange qui par nature évidemment n’est munie ni d’un budget européen, ni d’une politique économique d’ensemble. Au contraire, laissez chaque « adhérent » continuer à jouer sa propre carte compétitive.

4- Appuyez-vous sur le dogme d’une « concurrence libre et non faussée » (Traité de Lisbonne, 2007). N’ouvrez surtout pas de processus de convergence sociale et encore moins en matière de fiscalité sur les bénéfices. Laissez chaque pays jouer à fond sa propre partition compétitive afin que les taux d’imposition des entreprises et le coût du travail jouent du coude et se poussent mutuellement vers le bas. Faites en sorte que l’Union devienne une vaste de zone de délocalisations internes et limitez toute politique de développement des territoires qui ne soit pas dictée seulement par les besoins du marché.

5- Elargissez l’Union (2003 et 2007) à des pays n’ayant pas au départ la même productivité du travail en faisant jouer à la monnaie unique le rôle d’un cheval de Troie disciplinaire. Essayez d’en profiter pour déréguler un peu plus le marché du travail (directive Bolkestein sur les services, 2005). Et vous obtenez…
= une zone de libre échange élargie sur une intégration monétaire bancale

6- Puis laissez le leader allemand s’engager dans une politique de déflation salariale pour accroître ses parts de marché à l’exportation. Vous creusez alors l’écart entre les excédents allemands et les déficits de la majorité des autres pays. Les taux de croissance des pays de la zone euro ont alors tendance à diverger.

7- La crise financière (à laquelle vous avez largement contribué) accélère le processus de fractionnement. D’un côté, l’Allemagne, les Pays-Bas et l’Autriche bénéficient d’importants excédents commerciaux et leurs déficits publics restent modérés. De l’autre, les fameux « PIGS » (Portugal, Italie, Grèce, Espagne) affichent de forts déficits commerciaux et publics. Dans les pays intermédiaires la situation se dégrade à son tour faute de croissance et de revenus fiscaux.

= Juste avant de servir le plat aux populations, vous continuez comme avant : pas de budget commun, pas de convergence sociale, le tout nappé d’une bonne dose de sauce recuite de « concurrence libre et non faussée ».

Claude Jacquin

Publicités

Une réponse à “Comment réussir sa crise européenne (recette)

  1. Excellent !!! la recette est un peu cynique (c’est le moins que l’on puisse dire) mais d’une telle évidence. j’écoutais hier soir (le 12/0/11) les candidats socialistes exposer leur recette dans le cadre du second tour des primaires. J’étais ulcéré de constater que les deux clowns n’ont pas fait la moindre allusion au fait qu’il faudrait sortir du traité de Lisbonne. leur programme paraît ambitieux mais sans arme pour y parvenir puisque Martine AUBRY avoue de bout des lèvres qu’elle a réunifié sont parti autour du fameux oui au traité de Lisbonne mais ne le remet pas en question. Quant à François HOLLANDE, sont discours ne fait pas de différence avec celui de sa rivale. Ceux ne sont que des sociaux démocrates dont je ne vois pas bien comment ils s’y prendront pour écraser le néolibéralisme d’une façon radicale. Je suis bien déçu par la façon avec laquelle M AUBRY à dénigré le programme que défendait Arnaud MONTEBOURG ! c’est ce dernier qui a raison et j’espère que nous le retrouverons en 2017 si d’ici là le pire n’est pas arrivé.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s