Le libéralisme force l’entrée de l’école Maternelle

Sous couvert de lutte contre l’échec scolaire et l’illettrisme, l’association “Agir pour l’école”, créée en décembre 2010 par Claude Bébéar, président d’honneur d’Axa, et présidée par Françoise Colloc’h (DG retraité du groupe AXA) propose une méthode d’accompagnement de l’apprentissage du langage, clé en main, dans les crèches et les écoles maternelles. Objectif: réduire de moitié l’échec scolaire.

La ville de Lille vient de l’adopter dans ses crèches et une circonscription Lilloise de l’Education Nationale, dans ses classes de Grande Section de Maternelle.

D’un côté, on met à disposition gratuitement le matériel à utiliser (progression, classeurs, fiches ou étiquettes), de l’autre, l’Education Nationale charge trois Professeurs des Ecoles d’expliquer ou d’épauler les enseignants priés d’appliquer la méthode. Cette aide permettra parfois de travailler par petits groupes de niveau, une préconisation de l’association pour respecter le rythme de chacun. Une directrice a été formée à Lyon pour coordonner l’expérience.

La méthode PARLER (Parler Apprendre Réfléchir Lire Ensemble pour Réussir) est issue des recherches d’un groupe de travail grenoblois dirigé par Michel Zorman. Testée dès 2005, la méthode se vante d’augmenter les performances de l’élève et d’éviter à 20% d’entre eux l’échec scolaire. Il est à noter que l’expérience menée en liaison avec l’IA de l’Isère, le Conseil Régional Rhône Alpes, et la communauté d’agglomération de Grenoble (Métro) ne se limitait pas au 2h et demi par jour de sollicitation sur le temps scolaire, mais sollicitait aussi la participation de la collectivité territoriale finançant des actions complémentaires hors temps scolaire sur une période de trois ans.

Appliquée à Lille par l’association, en relation avec l’IEN, il n’y aura pas d’autre intervention que celle prévue au sein de l’école. Et le nombre d’intervenants supplémentaires se réduira à un seul l’an prochain (suppression de postes oblige).

Cette méthode comprend une progression jour par jour en phonologie, en code alphabétique, en compréhension et en écriture. Elle ne fait pas l’unanimité: quelques enseignants s’émeuvent du côté conditionnement ou automatisation. Ils constatent qu’il n’est plus fait appel à l’intelligence et que le rythme imposé oblige à délaisser des matières telles que les arts plastiques, le sport, la musique ou la lecture d’albums, c’est au choix…

D’autres ne se reconnaissent que dans la progression phonologique et délaissent l’autre partie du matériel qui paraît parfois peu intéressante… Bonne ou mauvaise, les enseignants sont de toute façon priés de suivre cette méthode et de faire remonter ce qui leur déplaît.
Les enseignants sont souvent des jeunes qui rentrent dans le métier.

Par ailleurs, la méthode PARLER BAMBIN expérimentée dans certaines crèches lilloise n’est pas non plus exempte de critiques. On lui reproche le plus souvent de transformer précocement l’enfant en élève mettant en doute sa capacité à être acteur de son propre développement.

Au niveau de l’école maternelle, les membres de l’association sont chargés de recueillir les réactions, de réfuter les objections et de convaincre du bien fondé de la méthode. Ils se comportent en véritables commerciaux, et minimisent les défauts de la méthode exprimés par les enseignants en mettant en avant l’impératif de la lutte contre l’illettrisme , qui serait par ailleurs “responsable du chômage!” – allez faire un tour sur le site de l’association- . Ces jeunes démarcheurs s’appuient sur les données statistiques de l’expérience grenobloise et ne connaissent évidemment rien à l’enseignement. Bref, une sorte de véritable lobby qui se met en place au sein de l’Education Nationale. Il faut lire le contenu du site de cette association pour comprendre le mépris qu’ils ont pour les enseignants et leur travail. Ils sont décidés à apprendre aux enseignants leur métier.

De son côté Michel Zorman indique qu’il n’a jamais travaillé avec l’association “Agir pour l’Ecole”…

Mais qu’en est-il de cette association? Elle a pour partenaire Axa, Total, le Ministère de l’Education Nationale, de la Jeunesse et des Associations, ainsi que l’Institut Montaigne (créé en 2000 par Claude Bébéar, Président d’honneur d’Axa), elle a été crée récemment après la publication d’un rapport de 140 pages, par l’Institut Montaigne, sur l’échec scolaire,

L’Institut y présente ses solutions, d’inspiration libérale, l’école publique étant désignée, de par son fonctionnement, responsable de l’échec scolaire…

L’Institut Montaigne regroupe de nombreux experts dans de nombreux domaines (chefs d’entreprise, universitaires, hauts fonctionnaires,…), il se donne des atours scientifiques afin de mieux imposer ses propres solutions, il est soutenu par de nombreuses grandes entreprises françaises. Il s’exprime sur tous les sujets et influence les politiques gouvernementales. En ce qui concerne l’Education Nationale, au nom de la lutte contre l’échec scolaire, “handicap majeur menaçant la cohésion sociale et la compétitivité de notre pays”, on retrouve certaines préconisations qui ont fait l’objet de réformes ou de tentatives de réforme ces derniers temps. Par exemple, entre autres, Grande Section de Maternelle dans le cycle 2, renforcement de la hiérarchie, pilotage des enseignants par les directeurs d’EPEP, formation en dehors du temps de classe, amélioration de la politique salariale en début de carrière et progression plus lente pour la suite. Une véritable source d’inspiration largement suivie par le Ministère…

L’Institut préconise également de s’appuyer sur des expériences telles que celle de PARLER, de renforcer le partenariat avec des associations et de permettre à des cadres d’entreprise de devenir enseignants… On s’aperçoit que l’expérimentation menée à Lille préfigure de nouvelles orientations, d’ailleurs Laurent Wauquiez en a lancé l’expérimentation en Haute-Loire.

De son côté, Michel Zorman se démarque de cette expérimentation. S’il reconnaît avoir travaillé un temps avec l’Institut Montaigne, il dénonce une exploitation dévoyée de ses recherches à des fins politiques, par l’UMP, dans l’urgence avant la prochaine échéance électorale. Son travail serait réduit à une “méthode qui marche” face aux autres. Pour lui, il n’y a pas de “méthode Zorman”. Ce qui se passe actuellement est contraire aux intérêts de l’élève. Il dénonce également une “conception réductrice des pratiques professionnelle”, par l’institut Montaigne et l’association “Agir pour l’Ecole”, et ajoute en parlant de ceux qui pilotent le projet PARLER qu’ “ils croient qu’on peut faire évoluer et modifier les pratiques professionnelles sans impliquer ni avoir l’adhésion des professionnels. Les parents d’élève, les enseignants et les politiques sont prévenus.

Peut-être que l’expérimentation imposée en septembre ne passera pas l’été. Peut-être que si.

Peut-être servira-t-elle de point d’appui pour une nouvelle politique de l’école. En ce cas, on ne pourra que regretter, au vue des critiques exprimées ci-dessus, une perte de sens des objectifs de l’école maternelle.

De plus, nous pouvons ajouter qu’aucune méthode n’est miraculeuse. Les problèmes que rencontrent l’école sont multiples, on aimerait mais l’école n’a pas encore trouvé la potion magique qui permettrait aux enfants d’oublier ce qu’ils vivent et d’où ils viennent. L’école est loin d’être une bulle. Les problèmes de la société l’assaille sans cesse. On peut le regretter mais les enseignants ne sont pas des magiciens, ils font avec ce qu’ils ont.

On soulignera pour finir deux contradictions majeures chez ces bien-pensants : cette méthode préconise le travail en petits groupes, et ceux qui voudraient l’imposer ferment des classes et surchargent celles qui restent. Les enseignants sont mauvais… mais ils n’ont plus de formation ! Et bien voilà, avec tout cela on pourra encore dire que les enseignants sont encore plus mauvais qu’avant… et le privé pointera son nez.

Pierre-Yves Pira , Zabou Téliga

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s