Mais mon cœur est ailleurs

Un conte ou une simple histoire de père désertant le foyer.

Loin en France et pourtant la réalité est juste là, à coté, il faut juste prendre le train.

Le déséquilibre, la discordance d’histoire entre femme et homme, entre adulte et adolescente.

Une ambiance à horizon réduit, une atmosphère d’enfermement.

L’éveil des sens et le français, la littérature française.

Il est si facile de s’évader en laissant les autres là…

Antonio Skarmeta : Un père lointain

Traduit de l’espagnol (Chili) par Alice Seelow

Editions Grasset, Paris 2010, 131 pages, 10 euros

Didier Epsztajn

Auteur : entreleslignesentrelesmots

notes de lecture

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :