Trente bougies pour Silence

Pour ses trente ans, Silence, la plus ancienne revue écologiste « généraliste » diffusée régulièrement de nos jours, a consacré son numéro 400, richement illustré (192 photos, dessins, logos…), à « L’écologie en 600 dates » (1), de la naissance de l’agriculture biologique, il y a environ cent vingt siècles, à notre ère.

Les soixante-deux auteur(-e)s remémorent catastrophes et drames : la première marée noire d’ampleur suite au naufrage, le 18 mars 1967, du «Torrey Canyon» (2) entre les îles Scilly dans la Manche et la côte britannique; l’accident de niveau 5 intervenu le 28 mars 1979 dans la centrale nucléaire de Three Mile Island près d’Harrisburg en Pennsylvanie; celui de Tchernobyl, le 26 avril 1986 ; l’explosion, le 3 décembre 1984, dans l’usine chimique d’Union Carbide (3) à Bhopal en Inde (3500 décès sur le coup, 30 000 des suites des expositions à l’isocyanate de méthyle) ; l’attentat contre le « Rainbow Warrior », le bateau-phare de Greenpeace, le 10 juillet 1985, dans le port d’Auckland en Nouvelle-Zélande (le photographe portugais Fernando Pereira y périt) ou encore le trépas de Vital Michalon, le 31 juillet 1977, lors du rassemblement contre la construction du surgénérateur « Superphénix » sur le site de Creys-Malville dans l’Isère.

En septembre 1791, Olympe de Gouges lança sa « Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne ». En 1866, le biologiste allemand Ernst Haeckel forgea le concept « d’écologie », désignant, selon lui, « la science des conditions d’existence ». Le célèbre soleil rouge souriant sur fond jaune, l’emblème du mouvement antinucléaire, conçu par Anne Lund et Soren Lisberg, darda ses premiers rayons, le 1er mai 1975 à Aarhus (Danemark). En juin 1924, l’anthroposophe autrichien Rudolf Steiner jeta les bases de ce qui portera plus tard l’appellation « d’agriculture et de viticulture bio-dynamiques ». Prairial, la première coopérative de distribution et de vente de denrées alimentaires issues d’une production biologique, fut créée le 3 décembre 1971.

Parmi la multitude de livres mentionnés, le très subversif « Discours de la servitude volontaire » (4), concocté en 1548 par un garçon de dix-huit ans, Étienne de la Boétie, « Silent spring » de Rachel Carson (1962), une alerte très argumentée sur les dangers des pesticides qui entraîna en 1972 l’interdiction du DDT aux Etats-Unis, ainsi que « Limits to growth » (5) de Donella Meadows, Dennis Meadows et Jorgen Randers à la demande du Club de Rome, en mars 1972. Le Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat publia son premier rapport d’évaluation en octobre 1990, suite à l’Aperçu général, adopté le 30 août précédent, à Sundsvall (Suède).

Le numéro 1 de Silence, tiré à 700 exemplaires, sortit le 4 octobre 1982, avec notamment un dossier sur la biomasse. Le titre se réfère à la bande dessinée éponyme de Didier Comès et en contre-pied avec La gueule ouverte (6). Ses rédacteur(-trice)s placèrent le mensuel sous l’égide de l’écologie, des alternatives et de la non-violence. En accentuant l’évocation d’expériences et de projets résolument innovants, ils(elles) confortent leur engagement militant en faveur d’une écologie radicale et sociale, très éloignée des positions plutôt conformistes des Verts. Bannissant les notions de hiérarchie rigide, ils(elles) privilégient une approche « horizontale », alors que les partis et la plupart des mouvements, tenus par des leaders, s’articulent autour d’un programme figé et de structures ne laissant guère d’espaces à la créativité, à la diversité d’opinions. Réfutant toute prétention à l’objectivité, cette vertu faisandée dont se parent les grands médias, ils(elles) espèrent tisser des liens entre celles et ceux qui aspirent à vivre autrement en se muant en des insoumis(-ses) conscient(-e)s que le bonheur se trouve parfois à portée de main, que la «crise» est celle des places boursières, et non celle des sentiments.

René Hamm

(1) Édition d’avril 2012, 84 pages, 9 €, avec en sus, un encart de 16 pages d’actualités. Le dossier spécial figure aussi dans un ouvrage à l’enseigne du Passager clandestin, Congé-sur-Orne (Sarthe), février 2012, 88 pages, 12€. Commandes auprès de Silence: 9, rue Dumenge 69317 Lyon Cedex 04.

(2) Tanker immatriculé au Libéria qui sillonna les océans avec 119 000 tonnes de brent pour le compte de la British Petroleum.

(3) Filiale, depuis le 6 février 2001, de Dow Chemical, un des sponsors des Jeux olympiques de Londres (27 juillet-12 août 2012).

(4) Son ami Michel de Montaigne publia le manuscrit à titre posthume, en 1576.

(5) « Les limites à la croissance (dans un monde fini) », la traduction française, paraîtra le 10 mai chez Rue de l’Échiquier, 408 pages, 25 euros.

(6) Initiée par le regretté Pierre Fournier (en vente de novembre 1972 jusqu’au 29 mai 1980, après plusieurs changements de formule).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s