Contre les éducateurs du peuple et les pédagogues de marché

Médiacritique(s) a un an, toutes ses dents, et le sourire puisque, même si le financement global de notre association reste insuffisant à terme, le budget de son magazine est à peu près équilibré. Grâce en soit rendue à nos abonnés… Ce demi-succès financier, qui consiste à ne pas perdre d’argent, nous convient. Car c’est un autre type d’objectif que nous poursuivons. Offrir un nouveau support, autre sinon meilleur, à nos positions, nos analyses et nos propositions. Permettre de tisser des liens avec nos lecteurs et lectrices. Et, plus généralement, faire de ce magazine, de sa fabrication à sa diffusion, un point de rencontre et d’échanges entre les adhérents (et les sympathisants) d’une même association.

 

Au sommaire

Entre autres merveilles, dans ce numéro, nous avons choisi de rendre un hommage appuyé aux éducateurs du peuple, galvanisés par la crise. Les haut-gradés du journalisme, flanqués de leurs compères en expertise, se prétendent pédagogues. Mais leur pédagogie à sens unique se distingue fort peu de la simple propagande. Le chœur des économistes orthodoxes entonne les hymnes à l’austérité. Omniprésents dans les médias, ils espèrent de surcroît capturer les dissidents dans des simulacres de débat. Nombre d’entre eux, à l’instar de Christian de Boissieu (du moins jusqu’à une date récente pour celui-là), se prévalent de leurs titres de chercheurs pour s’engager… dans le secteur privé, sans que cela émeuve les journalistes qui les invitent.

Les pédagogues de marché s’appuient sur un prêt-à-penser et à masquer qui mine les rédactions mais ravit leurs chefferies, qui dissimulent sous les hardes d’un pseudo-réalisme un cynisme plus ou moins prononcé. Les salariés de PSA ne lisent pas Laurent Joffrin  ? Nous l’avons fait pour eux. Le peuple grec ne connaît pas les médias français  ? Mais ce que ces médias disent et taisent concerne le peuple grec… et le peuple français.

« Pédagogie » encore… Le Venezuela sous Chavez ressemblerait à la Corée du Nord. Pour s’en convaincre, il faut regarder la chaîne publique des parlementaires français, LCP  ! Et entendre Franz-Olivier Giesbert officialiser cette comparaison. Pédagogie enfin, avec Éric Brunet, modèle de mélange des genres et de confusion des fonctions.

Etc…

Outre les articles indiqués dans le sommaire, j’ai particulièrement apprécié « Cette presse quotidienne qu’on dit gratuite » et « Des déconnomistes hétérodoxes répondent aux économistes très orthodoxes ».

Une nouvelle fois, une juste mise des médias dominants sous l’œil de la critique. Nécessaire.

Médiacritique(s) N°5 octobre – décembre2012

Le magazine trimestriel de l’association Acrimed

32 pages, 4 euros

Didier Epsztajn

Auteur : entreleslignesentrelesmots

notes de lecture

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :