Des liens qui libèrent 

2Si comme nous rappelle Franck Gaudichaud « la région n’a pas pour autant connu d’expérience révolutionnaire au sens d’une rupture avec les structures sociales du capitalisme périphérique », les nombreuses mobilisations, les expérimentations sociales, y compris dans leurs versants institutionnels, les affrontements partiels avec la logique marchande du capital secouent l’ensemble du sous-continent. S’il est « indispensable de prendre en compte la temporalité propre de la région (bien qu’intégrée à un tout mondial) et ses formations sociales spécifiques », dont ce que l’auteur nomme « Amérique indo-afro-latine », les formes de « poder popular », les expériences en cours « esquissent la cartographie, morcelée, d’autres mondes possibles ». Nous devrions les étudier comme des processus naissants « des entrailles même des conditions matérielles et subjectives du capitalisme latino-américain, de sa violence, de son exclusion, dans lesquels ils sont immergés ». Loin des simplifications, « nous sommes face à un sujet émancipateur pluriel et complexe ».

Franck Gaudichaud discute aussi du pouvoir, du « changer le monde en transformant le pouvoir et… la société », des gauches gagnant le gouvernement, « sans que le peuple ne gagne pour autant le pouvoir, ni que cela ne signifie un processus de rupture » en citant Éric Toussaint. Si la question n’est pas la réalisation immédiate d’un autre monde possible, il s’agit cependant bien « de son commencement, condition essentielle pour toute avancée future ». Et de ce point de vue, les questions du pouvoir, des pouvoirs sont incontournables.

« Ce petit livre collectif est une invitation au voyage, au débat le plus large et à penser d’autres possibles pour demain. Une invitation au  »principe espérance » et à l’optimisme que défendait le philosophe Ernst Bloch, par delà les catastrophes et la barbarie qui guettent ».

Avant d’aller plus avant, je voudrai soulever un problème de terminologie, présente, entre autres, dans l’article d’Hervé Do Alto, mais qui parcoure bien des débats actuels. Il s’agit du concept d’ethnicisation. Je ne discuterai pas de la qualité ou des défauts du terme lui même, ni de celui d’ethnicité, mais des faibles contextualisations sur le sujet.

La communauté majoritaire se considère comme neutre (masculine) et universelle, sans couleur (blanche), sans « ethnicité ». Les dominé-e-s revolté-e-s se reconstruisent comme humain-e-s plus « complet-e-s », reformulent les caractérisations majoritaires, les stigmatisations, les effets de visibilité/invisibilité. De ce point de vue, « l’ethnicisation » des populations, de combats sociaux, « la remise en cause de la subalternité de groupes sociaux », sont aussi le dévoilement du faux universel de la communauté majoritaire, de l’ethnicité majoritaire. Il n’y a pas d’ethnicité sans relation aux d’autres ethnicités.

Sommaire :

Franck Gaudichaud : Pouvoirs populaires latino-américains. Pistes stratégiques et expériences récentes

Pauline Rosen-Cros : Quand le Mexique s’insurge encore

Hervé Do Alto : Indianisme et ethnicisation en Bolivie : vers une démocratie postcoloniale ?

Mila Ivanovic : Venezuela : démocratie participative en temps de « révolution »

Flora Bajard, Julien Terrié : Brésil : la Commune du 17 avril

Mathieu Le Quang : Équateur : écosocialisme et « bien vivre »

Anna Bednik : Quand l’agroécologie tisse « des liens qui libèrent » : une expérience colombienne

Sébastien Brulez : Contrôle ouvrier et autogestion : le complexe industriel Sidor au Venezuela

Nils Solari : Argentine : entreprises récupérées et innovation sociale et nouvelle approche de la richesse

Richard Neuville : Uruguay : quatre décennies de luttes des « sans terres urbains »

Jules Falquet : Les femmes contre la violence masculine, néolibérale et guerrière au Mexique

Je n’évoque que quelques éléments traités, sans précision des pays, dans ce riche petit livre : l’Assemblée populaire des peuples de Oaxaca et la production pour le bien commun ; la place des indigènes en Bolivie « consubstantiel à la naissance de cet État ; l’etnicisation comme légitimation de la présence dans des espaces desquels les indiens occupaient une place marginale ; le rôle des paysan-ne-s ; les pratiques de participation et les conseils communaux ; l’acampamento urbain comme « projet d’émancipation de chacun.e en tant que sujet, mais aussi le devenir collectif » ; la mise en œuvre conjointe du droit au logement et du droit du travail ; l’écosocialisme et le « bien vivre » ; les biens communs mondiaux ; l’agroécologie et la recréation des « systèmes de vie » (« elle est vécue  »comme un tout », comme un  »système de vie », une façon de penser les écosystèmes et de penser en écosystèmes ») ; le contrôle ouvrier et l’autogestion ; la récupération d’entreprises ; les structurations sous forme de coopératives ; l’innovation sociale ; la rotation des postes d’animation ; les nouvelles approches de la richesse ; les coopératives de logement et le concept de propriété collective, etc.

Toutes ces expériences (re)créent et font vivre des liens « Des liens qui les constituent et qui leur donnent la force de construire. Des liens qui libèrent ».

En décalé avec les présentations des expériences d’auto-organisation, de réappropriation des biens, de réorganisations des relations sociales, mais paradoxalement faisant ressortir des carences de présentation en terme de genre, l’article de Jules Falquet sur les féminicides et la violence masculine au Mexique, n’en reste pas moins nécessaire. Car si les violences touchent l’ensemble des dominé-e-s, celles subies par les femmes le sont aussi et surtout parce qu’elles sont femmes. La dénonciation des violences sexuelles n’est pas un à coté des questions sociales, « la violence imposée par/pour la mondialisation néolibérale est essentiellement une violence masculine, raciste et classiste, qui indirectement et directement, frappe principalement les femmes, surtout les plus appauvries et racisées ». La lutte contre l’impunité « du continuum des violences physiques, sexuelles et économiques » est une des conditions de la possibilité même de reconstruction d’une hégémonie alternative pour l’émancipation de toutes et tous.

Des expériences d’émancipation en construction, à faire connaître très largement.

Sur les Amériques Latines :

Sous la direction de Franck Gaudichaud : Le volcan latino-américain. Gauches, mouvements sociaux et néolibéralisme en Amérique latine : Actualité du socialisme du XXIe siècle

Patrick Guillaudat et Pierre Mouterde : Hugo Chavez et la révolution bolivarienne. Promesses et défis d’un processus de changement social, note de lecture : Entre ombres et lumières, une révolution en marche ?

Et plus généralement les ouvrages chroniqués sur la page : Caraïbes, Amérique centrale et du sud | Entre les lignes entre les mots

Autres ouvrages de Jules Falquet

De gré ou de force. Les femmes dans la mondialisation : L’inexistance d’un neutre universel

Sous la direction de Jules Falquet, Helena Hirata, Danièle Kergoat, Brahim Labari, Nicky Le Feuvre, Fatou Sow : Le sexe de la mondialisation. Genre, classe, race et nouvelle division du travail : Le genre est un organisateur clé de la mondialisation néolibérale

Rappel de précédentes livraisons :

Pistes pour un anticapitalisme vert Opérer une révolution culturelle dont l’anticapitalisme à besoin

Féminisme au pluriel En naturalisant un problème, on le nie

Pour le droit à l’emploi : Défendre des droits ou se battre pour de nouveaux droits, selon une problématique de statut salarial

Les Cahiers de l’émancipation : Amériques Latines : Émancipations en construction

Coordonné par Frank Gaudichaud

Editions Syllepse Editions Syllepse – Amérique latine : émancipations en construction / France Amérique Latine, Paris 2013, 136 pages, 8 euros

Didier Epsztajn

—————————————–

Introduction à lire sur le site de ContreTemps : Bonnes feuilles de « Amériques latines. Emancipations en construction » (coordonné par Franck Gaudichaud) | Contretemps

Voir aussi la lecture de Catherine Samary sur le site de l’Association pour l’autogestion : Amériques latines : émancipation en construction | Association pour l’Autogestion

—————————————-

Présentation du livre

Le Grand Café Français à Aubenas

Vendredi 18 janvier 2013 à 18 h 30

Conférence-débat autour du livre « Amérique latine :

Emancipations en construction »

Coll. Cahiers de l’émancipation, Editions Syllepse

En présence de Franck Gaudichaud (Coordonnateur de l’ouvrage)

Maître de conférences en études latino-américaines à l’université de Grenoble, collaborateur du Monde diplomatique et co-président de France Amérique latine (FAL).

et de Richard Neuville (co-auteur)

Militant altermondialiste et membre du comité directeur de FAL

– Les expériences du « laboratoire Sud-américain »

– Une plongée dans des sociétés en ébullition

– Logement, autogestion, révoltes indigènes, médias alternatifs…

– L’invention de nouvelles sociétés en Argentine, Bolivie, Brésil, Colombie, Equateur, Mexique, Uruguay, Venezuela.

 Avec le soutien de SOLAL (Solidarité Amérique latine Ardèche)

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s