Entre la liberté et l’esclavage il n’y a pas de compromis

Cette nouvelle collection « Pensées d’hier pour demain » se propose d’offrir au public, jeune en particulier, de courts recueils de textes de divers-e-s actrices/acteurs qui, hier, furent au cœur de la lutte des peuples pour l’émancipation et dont, aujourd’hui, la pensée s’impose toujours comme de la plus grande actualité.

9Georges Nzongola-Ntalaja, en introduction, rappelle l’histoire de Patrice Lumumba, les combats pour la décolonisation du Congo, l’assassinat du leader africain, le soutien occidental au régime néo-colonial de Kinshasa, les sécessions du Katanga du Sud Kasaï. L’auteur souligne « l’importance historique » de l’assassinat de Patrice Lumumba « dans les stratégies occidentales contre les révolutions anti-impérialistes de la deuxième moitié du 20e siècle dans des pays aussi divers que l’Iran de Mohammed Mossadegh, l’Egypte nassérienne, le Cuba castriste, le Congo de Lumumba et le Burkina Faso de Thomas Sankara ».

Les textes republiés sont très marqués par le vocabulaire des années 1960, il convient de les ré-contextualiser.

Quelques citations :

  • « Les barrières territoriales doivent aussi être supprimées dans le sens d’un libre circulation des Africains à l’intérieur des États africains »

  • « L’Afrique ne sera vraiment libre et indépendante tant qu’une partie quelconque de ce continent restera sous la domination étrangère »

  • « Nous avons connu les ironies, les insultes, les coups que nous devions subir matin, midi et soir, parce que nous étions des nègres »

  • « Notre volonté d’indépendance rapide sans période intermédiaire, sans compromis, nous l’avons imposée avec d’autant plus de force que nous avions davantage été niés, dépersonnalisés »

  • « Cette année est la nôtre , vous en êtes les témoins et les acteurs. Cette année est celle de notre victoire inconditionnelle. C’est celle de l’Algérie ensanglantée, héroïque, l’Algérie martyre au combat exemplaire qui nous rappelle que l’on ne compose pas avec l’ennemi. C’est celle de l’Angola bâillonnée, celle de l’Afrique du sud esclave, du Ruanda-Urundi prisonnier, du Kenya bafoué »

  • « Nous savons tous, le monde sait, que l’Algérie n’est pas française, que l’Angola n’est pas portugais, que le Kenya n’est pas anglais, que le Ruanda-Urundi n’est pas belge. Nous savons que l’Afrique n’est ni française, ni britannique, ni américaine, ni russe, mais Africaine »

Quelques textes pour nous rappeler le rôle de Patrice Lumumba dans la décolonisation de l’Afrique, alors qu’aujourd’hui les armées françaises jouent toujours les gardiens de l’ordre néo-colonial et que des entreprises, comme Bolloré, Total, Neslé, etc. dominent toujours les économies, que le FMI impose ses plans d’ajustement structurel et qu’il existe toujours, dans le monde, des colonies françaises, anglaises ou néerlandaises…

Des textes aussi pour reprendre les débats sur des apports et des limites des révolutions « anti-coloniales »… et pour reposer la question des réparations ( voir sur ce sujet : Association Sortir du colonialisme : De l’esclavage aux réparations, les textes clés d’hier et d’aujourd’hui, Le colonialisme et l’impérialisme ne sont pas quittes avec nous)

Patrice Lumumba : Recueil de textes introduit par Georges Nzongola-Ntalaja

CETIM, Pensées d’hier pour demain, Genève 2013, 96 pages, 8,50 euros

Didier Epsztajn

Auteur : entreleslignesentrelesmots

notes de lecture

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :