Sortir des ténèbres ensoleillées de l’enfance

10Un cimetière le plus souvent comme décor, Emilio et sa mémoire amplifiée enregistrant des listes, une liste de prénom ; un détecteur de blagues, le silence sur son prénom…

Adolfo, gardien, embrassant les visiteuses, changeant les dates des tombes pour que les mort-e-s ne soient pas délaissé-e-s…

Euridice, masseuse, ses fleurs pour la tombe de son jeune fils,…

L’éveil des sens, les baisers, la joie, l’absurde, le sombre derrière les sourires, une invitation à l’errance poétique….

Derrière la rêverie, le temps intrigant de cette enfance que nous avons perdu…

Fabio Morabito : Emilio, les blague et la mort

Traduit de l’espagnol (Mexique) par Marianne Millon

Ibériques – José Corti, Paris 2010, 200 pages, 20 euros

Didier Epsztajn

Auteur : entreleslignesentrelesmots

notes de lecture

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :