Duo piano saxo/clarinette/trombone (3)

Parmi les duos possibles, je garde un attachement pour la formule piano saxophone, clarinette ou trombone.

Particulièrement ouverte aux dialogues, aux décalages, aux inventions, cette alliance sonore réserve de multiples surprises. Au hasard de ré-écoutes récentes. Voir précédentes notes : Duo piano saxo/clarinette/trombone et Duo piano saxo/clarinette/trombone (2)

cd1Chaleur du timbre du saxophone alto d’Omri Ziegle, piano souvent percussif d’Yves Theiler, derrière les mélodies, des arrangements plus abstraits, des espaces d’ombres. La musique se complexifie, bouillonne. Les deux musiciens tressent une poésie sonore expressive. Loin de la sécurité, ils s’engagent avec énergie sur des routes où se croisent les leçons du blues et les apports des échanges plus modernes. La voix d’Omri Ziegle participe efficacement aux colorations vives de l’espace sonore.

Cd Omri Ziegle – Yves Theiler : inside innocence, enregistré en 2012, Intakt

cd2« Loft sonate » en cinq mouvements

Un dialogue inspiré entre Simon Nabatov au piano et Nils Wogram au trombone. Ici, ni surenchère, ni virtuosité gratuite. Une écoute mutuelle, une musique inventive et un disque qui devrait enchanter les curieuses et les curieux.

Cd Simon Nabatov & Nils Wogram : Jazz limbo, enregistré en mars 2007, Leo Records

Une clarinette basse, un piano, et un peu plus

cd3Elodie Pasquier (clarinette basse, clarinette sib) et Gregoire Gensse (piano et divers objets) nous présentent un duo percutant, entre frémissement de la clarinette, mélodie sucrée-salée, unisson ou dissonances, rythme enivrant du piano, roulement de sifflet et bruits, entre lyrisme de la clarinette et expression duale des mains sur le piano. Une musique urgente, tendre aussi, un emballement des sonorités. A découvrir.

Cd Ortie, Laborie 2013

cd4Blue Monk en deux prises au début et en fin de disque, la première version suivie par une pièce hommage A cause de Monk. Mais Mal Waldron au piano ne copie Thelonius Monk, il semble y puiser une inspiration qui lui permet des errances sur ces propres chemins. Ici un duo avec Marion Brown au saxophone alto, les airs proposés ont bien les subtils parfum de l’amour et du regret. Les musiciens réinventent ces douceurs et ces aigreurs avec des tons bien personnels.

Cd Mal Waldron / Marion Brown : Songs of love and regret, enregistré en novembre 195, Free Lance

Didier Epsztajn

Auteur : entreleslignesentrelesmots

notes de lecture

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :