Ce n’est pas en restant couché que tu vas trouver des choses à faire pour te lever

18

Le rythme de la scène et le rythme du récit ne peuvent coïncider. L’intelligibilité du temps y est différente.

Ahmed Madani présente adroitement son récit, les dialogues du petit-fils et du grand-père, les apartés-monologues. Il forme un paysage, dont la profondeur plonge dans le passé. Jusque dans cet ignoble contingent français dans la guerre d’Algérie.

Gus et son rythme d’adolescent, ses nourritures, ses instruments électroniques, ses rejets des parents, ses haines…

« je hais la campagne

je hais les arbres

je hais les fleurs

je hais l’herbe

je hais les oiseaux

tout me fait chier ici »

Pierre et les poids des ans, de la vie régulière de la campagne, les soupes et les poissons, l’habitude de la solitude…

« La solitude tout seul c’est très dur

mais à deux »

Les dire et les silences, les inventions et les mensonges.

Les rapprochements et les acceptations. Les pas de l’un vers l’autre. Se lever tôt, débroussailler à la faux, les autres mots.

Le noir d’un creux, d’un vide, d’un non-dit, la terreur d’hier, « tu ne sais pas ce que c’est que d’avoir un membre fantôme entre les jambes »

La vieillesse, les absences, les peurs nouvelles, la mémoire de l’amour…

Et le resurgissement du passé ignoble.

« mais tu fermes ta gueule

tout le monde ferme sa gueule

l’armée on l’appelle la grande muette »

Les reproches au père du plus jeune :

« tu m’as abandonné

tu ne me vois plus tu ne m’entends plus

tu ne veux pas savoir qui je suis

tu ne veux pas savoir ce que je vis

tu ne veux pas savoir ce que je pense

tu bosses tu bosses tu bosses »

La révolte adolescente. Incommunicabilité. Les échanges de deux êtres construits comme hommes. Et pourtant l’espoir comme accomplissement de la mémoire. Lakhar.

Poser un drapeau sur sa tombe. Reconnaître et apprendre.

Ahmed Madani : Je marche dans la nuit par un mauvais chemin

Actes Sud – Papiers, Arles 2014, 54 pages, 12 euros

Didier Epsztajn

Auteur : entreleslignesentrelesmots

notes de lecture

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :