Dossier : Mère isolée rime avec précarité

4Avant-propos :  Un Ministère pour la moitié du ciel 

Les élections de mai seront décisives. Fédérales, régionales et européennes : autant d’occasions d’exprimer, à différents niveaux de pouvoir et de compétences, nos revendications. Ces prochains mois, vous allez entendre parler de nos 14 priorités pour 2014 !

Depuis près d’un an, la Caravelle des Droits des Femmes sillonne la Wallonie, et bientôt Bruxelles, à votre rencontre. Nourries de vos expériences quotidiennes et inspirées par une vision collective de nos droits, vous avez contribué, à travers les ateliers, les discussions et les animations, à l’élaboration d’une Charte des Droits des Femmes. Nous avons toutes, comme vous l’avez proclamé lors du passage de la Caravelle, « le droit d’avoir des droits » : en tant que citoyennes, en tant que femmes, en tant que victimes d’inégalités structurelles persistantes. Nos droits sont-ils respectés dans notre pays ? Votre réponse est : souvent, non. Sont-ils défendus avec fermeté par nos élus ? Votre réponse est encore : souvent, non.

Les femmes ne sont pas une minorité ; elles sont la moitié de l’humanité, « la moitié du ciel », comme l’illustre un proverbe chinois. Et pourtant, au niveau fédéral, c’est le Ministère de l’Égalité des chances qui a la responsabilité des dossiers liés aux inégalités femmes/hommes. Les enjeux concernant la moitié de la population deviennent invisibles sous un label extensible. Ils sont noyés. Un seul et unique Ministère des Droits des Femmes pourrait regrouper et faire concrètement avancer les dossiers importants qui traînent depuis des années, comme les créances alimentaires, les violences, l’individualisation des droits en sécurité sociale, le sexisme au quotidien…

Le détricotage de nos droits peut être patient et opiniâtre, se faire discret dans un coin d’ombre anonyme où les urgences, entassées les unes sur les autres, cherchent de l’oxygène. Il peut aussi être rapide, brutal et accablant – comme en Espagne ou en Suisse, où les femmes sont menacées de revenir à l’époque, pas si éloignée, des avortements clandestins. Elles pensaient que le droit de disposer de leur corps était gagné, indiscutable ? C’était sans compter sur l’acharnement des conservateurs et des caciques religieux, trop désireux d’imposer un contrôle social et moral aux femmes et de nous déposséder de nos corps pour exercer leur idéologie. Vigilance donc ! Ici et chez nos voisines, les droits des femmes sont en équilibre sur une corde ; beaucoup tentent de les faire tomber.

Ainsi, pour les droits que nous avons acquis et que nous devons défendre, et pour ceux que nous revendiquons, nous voulons un Ministère des Droits des Femmes. À bon entendeur, salut !

Sabine Panet

Parmi les textes publiés, je signale :

Un journal de nos amies belges à faire connaître

axelle 166, février 2014 http://www.axellemag.be/fr/

Didier Epsztajn

Auteur : entreleslignesentrelesmots

notes de lecture

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :