Éliminer la criminalisation de la personne prostituée élève son statut ; criminaliser le prostitueur réduit ses privilèges

F1A7128E-214A-4963-A8A4-9E01B39C5BBAIssu d’un discours prononcé en janvier 2005 en Inde et complété au fils des présentations, le texte est complété de nombreuses notes de bas de page (ce qui ne facilite pas la lecture, mais permettra aux unes et aux autres de travailler sur ces sources) et d’une abondante bibliographie.

Je n’évoque que quelques points, en renvoyant à d’autres notes de lecture et textes, rappelés à la fin de cette note.

« De nos jours, il n’y a pas plus de prise de position favorable au trafic du sexe qu’il n’y a de prise de position publique pour l’esclavage. Le seul enjeu est de définir les termes de telle sorte que rien de ce que l ‘on veut soutenir ne soit compris dans la définition. Il est également très difficile de trouver des partisanEs déclaréEs de l’inégalité bien que la définition juridique de l’inégalité soit façonnée par des pratiques que le pouvoir entend pérenniser.

Cela n’est pas le cas de la prostitution. Certaines personnes sont pour la prostitution ; elles la soutiennent. Plus nombreuses sont celles qui considèrent politiquement correct de la tolérer et de ne rien faire d’efficace à son endroit. La plupart présument que, même si elle n’est pas réellement souhaitable, la prostitution est nécessaire, inévitable et sans dommage ».

Catharine A. MacKinnon argumente autour des politiques menées dans de multiples États (Pays-Bas, Allemagne, Nouvelle-Zélande, État de Victoria en Australie, comtés du Nevada aux États-Unis, Canada, Suède, Islande, Norvège, Afrique du Sud, Corée du Sud, Inde, etc.). Elle analyse, entre autres, les industries du sexe, la notion de « agency », l’opprobre sociale pesant sur les personnes prostituées et non sur leurs exploiteurs, l’inégalité des sexes.

L’auteure indique les liens entre position sur le système prostitutionnel et approche juridique. Pour les un-e-s la volonté de décriminaliser toutes et tous les acteurs/actrices de l’industrie du sexe, dont les proxénètes. Pour celles et ceux, dont l’objectif est l’abolition de la prostitution, au regard des bilans des politiques menées dans divers États : « la criminalisation des acheteurs – la demande – ainsi que des vendeurs (proxénètes et trafiquants), tout en décriminalisant les personnes prostituées – les vendues – et tout en leur dispensant l’aide et les formations, dont elles disent avoir besoin »

Catharine A. MacKinnon souligne les rapports entre pauvreté et prostitution, entre groupes raciaux désavantagés ou castes considérées comme inférieures et prostitution, la structure de classe de la prostitution, les violences (les personnes prostituées sont « sujettes à plus de violence qu’aucun autre groupe de femmes »), la surmortalité des personnes prostituées, le jeune age d’entrée dans la prostitution, les liens entre agressions subies (dont les viols collectifs et actes de torture) dans le plus jeune age et entrée dans la prostitution, la dissociation de soi, « la douleur du trauma constamment réinfligé », l’utilisation de drogue…

A la prostitution présentée comme acte sexuel, elle répond que « la rétribution du sexe, c’est le sexe ».

Il ne saurait y avoir de symétrie entre les un-e-s et les autres. « Les différences entre les prostituées, les acheteurs et vendeurs sont que les unes servent, les autres se servent, les unes sont achetées, les autres les achètent ou les vendent, les unes sont stigmatisées, les autres demeurent respectables, les unes sont des criminelles, les autres soit ne le sont pas, soit la loi n’est pratiquement jamais appliquée contre eux ».

Elle rappelle, ce fait toujours invisibilisé par les uns, les « prostitueurs sont presque exclusivement des hommes ». Cela a bien quelque chose a voir avec les rapports de domination, les rapports sociaux de sexe, même si l’auteure n’emploie pas le terme.

Un petit livre qui insiste sur certaines dimension du système prostitueur et sur des pistes alternatives et crédibles au proxénétisme institué. « Toute loi ou politique adéquate pour promouvoir les droits humains des prostituées comporte trois parties : décriminaliser et aider les personnes dans la prostitution, criminaliser résolument leurs acheteurs et criminaliser de façon tangible les tiers qui profitent de la prostitution d’autrui ».

(merci à Martin de me l’avoir signalée)

Quelques livres sur le sujet :

Osez le Féminisme : 10 bonnes raisons d’être abolitionniste : On ne naît pas client/prostitueur, on le devient…

Julie Trinquart : La décorporalisation dans la pratique prostitutionnelle : un obstacle aux soins : La violence de base d’un acte sexuel non désiré

Joël Martine : Prostitution: le consentement dissymétrique : Acheter le consentement à un rapport sexuel non désiré est un abus de position dominante

Patric Jean : Pas « client ». Plaidoyer masculin pour abolir la prostitution : Chaque homme est impliqué par la place qu’il occupe dans la structure où il est confortablement installé

Kajsa Ekis Ekman L’être et la marchandise. Prostitution, maternité de substitution et dissociation de soi :  La transgression fétichiste des frontières se différencie de la dissolution révolutionnaire des mêmes frontières

Victor Malarek : Les prostitueurs ; Sexe à vendre… Les hommes qui achètent du sexe Pas des clients, des prostitueurs

Lilian Mathieu : La condition prostituée : Limites de la sociologie

sans oublier Alternatives Sud : Prostitution la mondialisation incarnée (Centre tricontinental et Éditions Syllepse 2005) ou Richard Poulin : La mondialisation des industries du sexe (Imago 2005)

Quelques textes aussi :

Sylviane Dahan : La postmodernité proxénète : La postmodernité proxénète

Christine Le Doaré : Au fait, que dit la loi d’abolition de la prostitution ?Au fait, que dit la loi d’abolition de la prostitution ?

Jennifer Lempert : Un mal qui ronge la société : Un mal qui ronge la société

Claudine Legardinier Prostitution : les « clients » tremblent pour leurs petits privilèges : Prostitution : les « clients » tremblent pour leurs petits privilèges

Christine Le Doaré : Des papillons au ventre ! : Des papillons au ventre !

Lluís Rabell : Une affaire d’hommesUne affaire d’hommes

Joël Martine : Prostitution: le consentement dissymétrique Prostitution: le consentement dissymétrique

Dones d’Enllaç : Syndicalisme et prostitution. Quelques questions embarrassantes : Syndicalisme et prostitution. Quelques questions embarrassantes 

Sylviane Dahan : De l’abolition de l’esclavage à l’abolition de la prostitution : De l’abolition de l’esclavage à l’abolition de la prostitution

Sandrine Ricci, Lyne Kurtzman et Marie-Andrée de Roy : Synthèse du rapport « La traite des femmes à des fins d’exploitation sexuelle : entre le déni et l’invisibilité »Aucun-e être humain ne devrait être «marchandisé-e»

Sylviane Dahan : Catalogne : loi et ordre (des proxénètes) : Catalogne : loi et ordre (des proxénètes)

Catharine A. MacKinnon : Traite, prostitution, inégalité

M éditeur, Mont-Royal (Québec) 2014, 127 pages

Didier Epsztajn

Auteur : entreleslignesentrelesmots

notes de lecture

Une réflexion sur « Éliminer la criminalisation de la personne prostituée élève son statut ; criminaliser le prostitueur réduit ses privilèges »

  1.  » De nos jours, il n’y a pas plus de prise de position favorable au trafic du sexe »

    J’en suis même pas tout à fait sûre…. J’ai déjà entendu des gens essayant de nier qu’il existe du trafic humain et prétendant qu’il était raciste d’évoquer la réalité de la traite…. Maintenant on parle de « travailleuses du sexe migrantes ayant choisi un parcours de migration »…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :