Comment le chat s’est laissé domestiquer

(De notre envoyé spécial à travers les âges Jean Casanova – Leipzig – Land de Saxe – Allemagne – 3014 de l’Ere Conventionnelle).

Chers lecteurs, nous voilà de retour à L’institut Max-Planck de Leipzig, à l’invitation du Pr Godesberg, directeur du Département d’Anthropologie Évolutionnaire. Souvenez-vous, nous vous rendions compte il y a un mois, de ses travaux concernant la transformation, survenant au tournant des années 2000, de Homo Socialistus en Homo Vallsensis, transformation dont avaient été retrouvés les marqueurs anthropologiques au cours de fouilles sous-marines, dans la cité engloutie de London, au nord-est de l’actuelle Mer du Nord, avec cette énigmatique inscription « My government is pro-business… ». Le mécanisme évoqué au départ, celui d’une hybridation avec une autre espèce Homo, Homo Umpesis, n’a pas été retenu. Cette dernière espèce s’étant orientée, à la faveur du partage de niches écologiques identiques, vers un compagnonnage hybridant avec Homo Marinus, autre espèce sauvage. Les recherches en cours à ce sujet se poursuivent encore et ne doivent donc pas faire l’objet de conclusions hâtives, nous a indiqué le Pr Godesberg.

Pour en revenir à la transformation d’Homo Socialistus en Homo Vallsensis, la clarté n’était toujours pas faite sur son pourquoi et son comment, et bien des aspects en restaient encore mystérieux. Ce mystère est en train d’être percé grâce au Pr Godesberg et à son équipe qui ont décidé de faire parler le génome de Homo Vallsensis en le séquençant. L’étude menée de front par l’Institut Max Planck et l’Université de Washington de Saint-Louis (USA) vient de paraître dans les comptes-rendus de l’ Académie Américaine des Sciences et ouvre une piste pour expliquer ce processus mutationel.

Les chercheurs ont comparé le génome d’individus Homo Vallsensis avec celui d’individus Homo Socialistus et y ont découvert un certain nombre de mutations, relativement complexes, mais que le Pr Godesberg, à l’attention des profanes que nous sommes, a simplifié en une analogie que chacun d’entre nous est à même de saisir : les mutations d’HS à HV sont en gros comparables à celles observées chez les félidés, lorsque l’on observe l’évolution du Chat sauvage au Chat domestique. Ou, nous indique en souriant le Pr, comment nous passons de Felis Silvestris petit prédateur farouche, à Felis Catus paisible et ronronnant. Pour les chercheurs, les mutations génétiques en cause expliqueraient la docilité et la recherche de récompenses de ce petit félidé vivant maintenant dans la proximité de l’homme.

Pour rester dans cette comparaison, reste à découvrir, et l’on serait sur le point d’aboutir, à quel contact Homo Vallsensis aurait acquis ces nouvelles particularités génétiques, celles expliquant sa docilité reconnaissante à la chose patronale et son agressivité vis-à-vis des souris laborieuses, la métaphore utilisée étant du Pr Godesberg lui-même.

L’exhumation récente de plusieurs fragments squelettiques, authentifiés comme provenant de HV, sur le site de Matignonum, dans l’ancien Bassin Parisien, ont déjà permis de découvrir le mode alimentaire de ce mutant et ses probables terrains de chasse : caviar, saumon fumé, chutney de mangues, foie gras et autres produits d’épicerie fine. Alimentation qui, d’après les anthropologues, ne pouvait être obtenue qu’au contact domestique (le fameux donnant-donnant ou gagnant-gagnant de cette lointaine époque marchande), contact domestique des puissants oligarques et ploutocrates de l’époque, alors que l’Homo Socialistus de la même période dépérissait à la fréquentation d’austères banquets républicains allant en se raréfiant. Plaisanterie finale du Pr Godesberg : découvrez ce que Homo mange et vous en apprendrez beaucoup sur ses pratiques

Jean Casanova, 16 novembre 2014 

Auteur : entreleslignesentrelesmots

notes de lecture

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :