Au début il n’y avait rien… A la fin non plus

LaSolutionEsquimauAWDe l’étrangeté d’un personnage, une femme avec un œil de verre, à l’inquiétante situation d’enlèvement. Dans des Etats-Unis à la fois réels et imaginaires, Marcus Malte construit un étonnant récit. L’auteur dit et masque, comme par exemple les prénoms du titre. Une double entreprise de séduction, celle des lectrices et des lecteurs, celle plausible de cette femme envers un sujet que l’on découvrira plus tard.

Se coiffer, se tenir, sont des stratagèmes, « minerve » ou « cyclope », choisir ses vêtements… mais aussi le double d’une stratégie « On dit que Minerve est la déesse de la sagesse et de la fureur guerrière. De la stratégie et de l’intelligence. Tout à la fois ».

Une voiture, un parking, un piège…

L’autre « Amérique », celle des carcasses industrielles, des lieux désaffectés. L’auteur dit les effets de la crise et masque le lien avec son histoire, pour le moment. Dialogues entre celle qui séquestre et celui qui subit, qui ne sait faire le point, la raison de cet inimaginable. Le noir orifice du Smith & Weston.

Il ne sait pas, ne peut pas savoir, ne veut pas savoir.

Et pourtant, la mort dans la chambre d’à coté, la mort des parents. « Vous les avez tués… »

Maison, immobilier, « A la fin tout sera recouvert. Tout sera d’un blanc immaculé ».

Immobilier, accès à la propriété, prêt…

Elle se nomme Fannie, il s’appelle Freddie. Les noms, le spectre des crédits hypothécaires, le réel démasqué, la répétition…

La demande en mariage, les maisons vides, le cri.

Une « chute » brutale, lumineuse.

Tout est dit. Et avec talent.

Les mêmes qualités se retrouvent dans le second récit. L’auteur y ajoute une imprécision, une indécision, un questionnement, « Après, je ne me souviens pas »

Un remarquable petit livre. Une littérature du désordre. Ironie glaciale de l’ordre déraisonnable.

Marcus Malte : Fannie et Freddie

suivi de Ceux qui construisent les bateaux ne les prennent pas

Zulma, Paris 2014, 160 pages, 15,50 euros

Didier Epsztajn

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s