L’existence d’un métayer est une galerie de miroirs de menus choix entre deux maux

9782267026917FSAdam Haslett présente l’ouvrage « la charge d’un poète contre l’injustice économique et sociale » et l’auteur. Un reportage non publié, « Qui peut dire combien de reportages subversifs sur la Grande dépression furent enterrés, ou même jamais envisagées, sous le règne des prérogatives financières dans la presse respectable », la situation de métayers blancs (« mais il existe toujours des fermiers noirs bien plus pauvres et dont le traitement est plus abject encore… » ; James Agee expliquera ce choix), les détails de « la vie quotidienne de ceux qui se trouvent en bas de l’échelle sociale ». Trois familles…

Adam Haslett souligne que l’auteur associe les vies décrites au système responsable de leurs conditions et propose d’« analyser la politique en regardant ce qu’elle produit concrètement »

Le métayage de coton. « Le monde est notre maison ». James Agee parle de « ce goutte-à-goutte régulier de détails quotidiens qui oblitère les vies mêmes de ceux qui sont relativement « bien »traités ». Le métayage et son contrat, la formation et les conséquences de la dette, l’inscription citoyenne (le cens et cette terrible phrase « Aucune femme n’a jamais ne serait-ce que songé à voter ») et les institutions gouvernementales étrangères ou hostiles, les trois familles, la pauvreté et l’indifférence, « La pauvreté est la cause de leur indifférence ; leur indifférence les enfonces plus profond encore dans la pauvreté »…

L’analphabétisme, les mots, les enfants, les terres, les odeurs, le dépouillement de la maison, l’eau, le corps, la propreté, les animaux…

La nourriture, celle des femmes « qui doit faire autant mais aussi porter des enfants pendant un quart ou la moitié de sa vie adulte », le travail au champ et le travail domestique, les aliments, « les constantes à la mi-journée sont le pain de maïs, les pois et la mélasse », le saindoux, les vêtements…

Le travail. « Peu de métayers s’intéressent vraiment ou on envie de s’intéresser au coton qu’ils cultivent : ils ne le cultivent que pouvoir louer des terres et une maison », le temps et les travaux, les saisons, la cueillette, « la cueillette a lieu chaque jour de pas d’heure à pas d’heure », le travail et la chaleur, le poids des charges, les douleurs, les enfants… « le ciel descend ; l’air devient comme du verre sombre ; le sol durcit ; l’argile se gèle en alvéoles ; les odeurs de porc et de fumée de bois dans tout le pays se font plus franches ; et l’hiver est là »…

L’éducation, lire, écrire, compter, « peu d’enfants de métayers vont au delà du primaire », les « loisirs », les offices religieux…

La suprématie blanche, les samedis, « du vrai petit bois pour tous les crimes allant de la séduction des Négresses au lynchage »…

En annexe, James Agee rappelle qu’un métayer sur trois est un Noir, un homme « que le travailleur blanc naît en détestant et meurt en détestant ». L’auteur parle aussi des propriétaires terriens, de la structure du Sud, « Et si la vérité est plus intéressante et plus complexe, mais aussi plus précieuse que le mensonge, alors il y a tout intérêt à ce que cette vérité soit reconnue »

« Une civilisation qui pour quelque raison que ce soit porte préjudice à une vie humaine, ou une civilisation qui ne peut exister qu’en portant préjudice à la vie humaine, ne mérite ni ce nom ni de perdurer »

Un livre magnifique, poignant, sans misérabilisme et des photos en noir et blancs de Walker Evans fixant des regards et des lieux. C’était il y a moins d’un siècle aux USA…

Comme le dit si bien Adam Haslett : « Appliquée à notre époque, la description minutieuse de l’existence réelle des gens, telle qu’elle fut menée par Agee dans son long reportage dans l’Alabama, permettrait certainement de dissiper un peu de ce brouillard, et nous sortirait de ce fantasme selon lequel nous pouvons tous gagner ou remporter le jackpot ».

A compléter possiblement par Studs Terkel : Hard times. Histoires orales de la Grande Dépression blessures-anciennes-et-petits-triomphes/

James Agee : Une saison de coton

Trois familles de métayers

Photographies de Walker Evans

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Hélène Borraz

Christian Bourgois éditeur, Paris 2014, 190 pages, 18 euros

Didier Epsztajn

Auteur : entreleslignesentrelesmots

notes de lecture

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :