Un rapport social ne peut pas être un peu plus vivant qu’un autre ; il est ou il n’est pas

9782296128309rEn introduction, Xavier Dunezat, Jacqueline Heinen, Helena Hirata et Roland Pfefferkorn soulignent les « points forts d’un itinéraire théorique et empirique » : les caractéristiques et l’évolution des pratiques revendicatives ouvrières, l’idée que la classe ouvrière a deux sexes, la théorisation de la division sexuelle du travail, la dimension contrainte du travail à temps partiel, la prise en compte de la subjectivité, la question du rapport à l’autre et celle de la construction d’un collectif, la coextensivité et la consubstantialité des rapports sociaux de sexe, de classe et de « race » / ethnie, le travail d’édition et présentent succinctement le contenu de l’ouvrage.

J’indique, en premier lieu, la « chaleur » qui se dégage des différents textes, dans ce livre-hommage aux travaux et la personne de Danièle Kergoat. La plupart des intervenant-e-s la nomme d’ailleurs simplement « Danièle »…

Le livre est divisé en sept parties :

  1. Rapports sociaux de sexe

  2. Division sexuelle du travail

  3. Travail et subjectivité

  4. Croiser les disciplines

  5. Par delà les frontières

  6. Mouvements sociaux et résistance

  7. Transmettre

et se termine par un poétique « Il était une fois », en guise d’épilogue.

Je n’aborde que certains points, comme invitation à se réapproprier des éléments incontournables, pour analyser les fondements matériels (incluant les dimensions idéelles) des rapports sociaux…

Rapports sociaux (« rapport signifie contradiction, antagonisme, lutte pour le pouvoir, refus de considérer que les systèmes dominants (capitalisme, patriarcat) sont totalement déterminants et que les pratiques sociales ne font que refléter ces déterminations ») et non simple juxtaposition de relations interpersonnelles, rapport social comme « contradiction vivante, perpétuellement en voie de modification, de re-création », conception non réduite de la notion de travail (« le travail comme production du ‘vivre’ et comme production de soi »), division sexuelle du travail… Et un regard tourné vers l’émancipation « si le social fabrique, il peut aussi défaire, et pas seulement les classes sociales ! » et une invitation à « détecter les germes d’utopie dans les situations présentes ».

Rapports sociaux et refus de les hiérarchiser, « La consubstantialité, c’est l’entrecroisement dynamique complexe de l’ensemble des rapports sociaux, chacun imprimant sa marque sur les autres ; ils se modulent les uns les autres, se construisent de façon réciproque », « La coextensivité quant à elle, renvoie au dynamisme des rapports sociaux puisque ce concept veut rendre compte du fait que les rapports sociaux se coproduisent mutuellement », effets sociaux du féminisme comme mouvement social, pratiques sociales collectives, stratégies de résistance des groupes dominés « saisies dans leur dynamique temporelle et spatiale »…

Les deux sexes de la classe ouvrière ou la dimension sexuée de la classe laborieuse, la dissymétrie des pratiques et des représentations sociales, le rapport à l’autre dans l’acte de travailler, la double face du travail, le travail invisible de soins et du souci des autres, le consentement et le rappel de Geneviève Fraisse que celui-ci « ne peut tenir lieu d’argument politique », les affects à l’oeuvre, « l’activité de travail est production de soi », subjectivité et travail…

Le personnel est politique, le sujet incarné dans une expérience située, la résistance du réel des rapports sociaux de sexe, les compétences invisibilisées des femmes, l’économie érotique des collègues, l’invisible qui fait mal…

Lip, Bulledor, les mouvements sociaux, les infirmières et leur coordination, le « mouvement social sexué »…

Sans oublier la collection legenredumonde à La dispute, dont certains ouvrages sont chroniqués sur ce blog…

Un invitation à lire et relire les travaux de Danièle Kergoat, à parler des rapports sociaux et de leur coextensivité et consubstantialité, à revenir sur le travail et la division sexuelle du travail, à ne jamais négliger les résistances toujours présentes…

« un potentiel émancipateur et des pratiques subversives sont bien plus présentes dans la réalité qu’il n’y paraît… »

De Danièle Kergoat : Se battre disent-elles… : travailleuse-nest-pas-le-feminin-de-travailleur/

Coordonné par Xavier Dunezat, Jacqueline Heinen, Helena Hirata et Roland Pfefferkorn : Travail et rapports sociaux de sexe

Rencontres autour de Danièle Kergoat

Editions L’Harmattan, Paris 2010, 278 pages, 25 euros

Didier Epsztajn

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s