Primat de l’émotion sur l’information, débats atrophiés, servilité à l’égard des sources officielles ou policières

une_preview2Du dossier sur L’information internationale, je souligne particulièrement le manque de suivi et de continuité, l’absence le plus souvent de contextualisation, le choix de certains pays et le silence sur d’autres, la prime au spectaculaire, l’irrésistible triomphe des généralistes auto-proclamés experts… J’ajoute le non questionnement des politiques des firmes multinationales et des traités internationaux, la focalisation sur les divisions religieuses ou « ethniques », l’oubli des dimensions genrées, sauf lorsqu’il s’agit de pays dits « musulmans ». Les auteur-e-s indiquent à juste titre que « Les femmes se battent également pour défendre leurs droits au sein des territoires où elles vivent, mais ceci n’est guère médiatisé ».

Le cas du « petit journal » est éclairant, mélange des registres, dispositifs défavorables à la réflexion, vitesse et précipitation, manque de nuances, simplifications et clichés, projections de préjugés, mise en scène valorisant le « journaliste »…

Celui du traitement du « conflit » Israël/Palestine par le « spécialiste », au moins ignorant, d’I-Télé, aussi !

Enfin, le journal propose de revenir sur des mots médiatiquement valorisés à propos de la Guerre en Libye : guerre, alliés, communauté internationale, riposte, frappes, frappes ciblées, dommages collatéraux, nos soldats, sur zone, propagande…

Dans cette livraison, je souligne aussi :

Retours sur le 13 novembre. Confusion entre compassion et voyeurisme, experts autoproclamés en questions de « sécurité », injonctions gouvernementales à « l’union nationale » largement diffusées, précipitation et racolage, violences contre celles et ceux qui font entendre des voix discordantes.

Reste que constater que des communiqués (NPA et LO), condamnant fermement les attentats (il n’y aucun doute à avoir sur ce sujet) font le lien entre « les interventions militaires françaises au Moyen-Orient et les attentats de Paris » et expriment leur refus de se joindre au concert de « l’union nationale », n’est pas suffisant.

Les attentats et plus généralement la politique de Daesh ne saurait se réduire aux interventions militaires impérialistes au Moyen-Orient. Et comme l’écrivent Pierre Rousset et François Sabado dans l’article rappelé ci-dessous : « Quel que soit le rôle de l’impérialisme, l’Etat islamique est responsable de ses actes ».

J’ajoute, en citant Claude Kowal, Patrick Le Tréhondat, Patrick Silberstein « L’EI porte un projet antagonique aux fondements de l’essentiel de la majorité des sociétés qui peuplent la planète et qui vise au fond à substituer aux principes démocratiques élémentaires peu ou prou respectés dans nombre de pays, et en tout cas dans les sociétés européennes, un ordre théocratique organique et génocidaire ».

Et ne pas commencer par cela, est une erreur politique et, à mes yeux, une « insupportable » prise de position.

Sans oublier, la politique passée de soutien et d’armement des « djihadistes » et l’actuelle de diffusion du wahhabisme par l’Arabie Saoudite, celle du gouvernement syrien qui massacre « ses » populations, les autres gouvernements qui écoulent le pétrole de l’Etat islamique et lui fournit des ravitaillements, les gestions « privées » des rentes pétrolières, les dictatures et le néolibéralisme sur place, les politiques des gouvernements irakiens hier et aujourd’hui, le soutien aux violations continuelles du droit international par l’Etat d’Israël, etc… Toutes ces « causes » se combinent aux interventions des impérialistes et de leurs alliés sur place d’hier et d’aujourd’hui…

En complément possible :

Kamel Daoud : L’Arabie saoudite, un Daesh qui a réussi, larabie-saoudite-un-daesh-qui-a-reussi/

Pierre Rousset, François Sabado : Les attentats du 13 novembre à Paris : la terreur de l’Etat islamique, l’état d’urgence en France, nos responsabilités, les-attentats-du-13-novembre-a-paris-la-terreur-de-letat-islamique-letat-durgence-en-france-nos-responsabilites/

Claude Kowal, Patrick Le Tréhondat, Patrick Silberstein : Éléments pour une politique concrète dans la situation concrète, elements-pour-une-politique-concrete-dans-la-situation-concrete/

Adam Hanieh : État islamique en Irak et au Levant, etat-islamique-en-irak-et-au-levant/

France Télés : Un management qui prétend faire mieux avec moins ?. Les contraintes étouffantes, le sous-financement du groupe, la prolifération de chaines attribuées au secteur privé « sans concession nouvelle au secteur public (ni au secteur associatif) », la réduction des ambitions en terme de qualité des programmes, la dégradation des conditions de travail des salarié-e-s, l’obligation de commander des programmes à des entreprises privés, le management, les fusions et les centralisations de rédactions, la concurrence mortifère avec TF1…

Grandes manœuvres de concentration multimédia. Le renforcement des groupes possédant des titres variés dans les divers médias, la combinaison du capital et des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC), Patrick Drahi, Bernard Arnault, Xavier Niel, Vincent Bolloré, Matthieu Pigasse et les autres. Le renforcement de « force de dissuasion » (on n’y regarde à deux fois avant d’attaquer un patron de journal), la convergence des intérêts des industriels des médias et des « acteurs » politiques, le renforcement des diffusions néolibérales et une dérégulation généralisée…

Sommaire :

Retours sur le 13 novembre

Que s’est-il passé place de la République ?

France Télés : Un management qui prétend faire mieux avec moins ?

Grandes manœuvres de concentration multimédia

Dossier : L’information internationale

  • L’international : une information maltraitée

  • L’actualité internationale dans le « Petit journal » : vous avez dit « information » ?

  • Israël, Palestine : les inepties du « spécialiste » d’I-Télé

  • Lexique médiatique de la guerre en Libye

Une nouvelle fois, l’œil et l’oreille de la critique sur des médias dominants. Nécessaire.

Médiacritique(s) N°18 janv-mars 2016

Le magazine trimestriel de l’association Acrimed

40 pages, 4 euros

Didier Epsztajn

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s