Mon congélateur est tapissé de cheveux gris couverts de givre

jaitoujourstoncuravecmoiplat1-l-572127« J’avais donc à cette époque bien des sources de tourment. Il y avait le monde des lombrics, et aussi la désillusion. Cet hiver-là, la réalité se mua en désillusion ».

Siggý est morte, « la femme qui m’avait élevée, seule et à son étrange manière, n’était plus », Hildur, la maison jaune, l’imaginaire animalier, la liberté, un autre Kafka, la douce ironie, les funérailles, les rêves qu’il faut « abreuver », Tumi, David et les autres…

Les temps de l’enfance et de l’adulte, la présence en absence, les souvenirs, le futur 2019…

Un monde un peu magique, un peu triste ou nostalgique, une chronique mélancolique et insolite…

« Tel un bateau amarré, elle gît à la surface d’un océan de cheveux gris »

Soffía Bjarnadóttir : J’ai toujours ton cœur avec moi

Traduit de l’islandais par Jean-Christophe Salaün

Editions Zulma, Paris 2016, 144 pages, 16,50 euros

Didier Epsztajn

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s