La transition énergétique n’est pas soluble dans un grand récit de l’unification de l’espèce humaine, du dépassement de tous les clivages socio-économiques


9782021160765Il nous faut « 
apprendre à vivre en laissant dans le sol des énergies fossiles dangereusement surabondantes ». Maxime Combes analyse le comment et le pourquoi du réchauffement climatique, « sans équivoque et sans précédent » et ses conséquences. Il souligne que « les promesses de l’âge des fossiles ne sont pas remplies » et que nous sommes bien dans l’Anthropocène (« nouvelle ère géologique qui prend sa source dans la révolution thermo-industrielle et qui rend les sociétés humaines extrêmement vulnérables ») et son cortège d’inégalités, « Les inégalités écologiques redoublent les inégalités sociales et font du réchauffement climatique un enjeu majeur de justice, d’égalité et de solidarité entre les populations ».

Les étude s’accumulent mais l’inaction l’emporte !, sans oublier que l’objectif affiché d’une augmentation de température limitée à 2°C reste très discutable…

L’auteur parle de l’exigence de ne pas utiliser (et donc de laisser dans le sous-sol) les fossiles, de « crimes climatiques », stopper la construction de nouvelles infrastructures liées aux fossiles, de moratoire…

« Le propos de ce livre est de montrer qu’il est temps de remettre ce moratoire international au goût du jour, et d’exiger qu’une série de gisements pétroliers, gaziers et charbonniers ne soient tout simplement pas exploités ».

Dans une première partie, « Déverrouiller la transition », puis dans une seconde « Déminer la transition » et enfin dans « Déclencher la transition », Maxime Combes détaille, entre autres :

  • Débusquer les véritables climato-sceptiques, ceux qui « atténuent l’urgence et l’ampleur des transformations économiques, sociales et politiques à mettre en oeuvre », les décisions climaticides, les accords de libéralisation du commerce et de l’investissement, les entreprises privées championnes de la pollution et les banques qui les financent…

  • Bloquer ceux qui veulent continuer à forer, les hydrocarbures non conventionnels (dont les gaz de schiste). L’auteur souligne le caractère massif des mobilisations et les alliances construites. Il serait plus que temps, que les organisations syndicales à l’intérieur des grandes entreprises concernées, prennent position pour l’arrêt et la reconversion de leurs activités ! « Ni ici ni ailleurs »…

  • Reprendre l’énergie des mains de la finance, les ressources naturelles comme « actifs financiers », le sous-investissent massif dans la transition énergétique et les énergies renouvelable, les pratiques financières des multinationales de l’énergie (dont l’utilisation des paradis fiscaux), la bulle carbone et la bulle financière…

  • Choisir entre la libéralisation du commerce et le climat, les dispositions relatives aux arbitrages privés, la subordination des droits des investisseurs à la lutte contre les dérèglements climatiques, le renforcement de l’autonomie des collectivités publiques, la place du fret international dans ls émissions de gaz à effet de serre, la réalité « guerrière » du droit de l’organisation mondiale du commerce (OMC)… « L’hégémonie du droit du commerce est donc une attaque frontale contre la capacité des populations à s’orienter vers « des sociétés plus agréables à vivre, plus conviviales, plus solidaires, plus justes et plus humaines ». »

*

« L’idéologie de la pensée unique de marché, la confiance aveugle dans les processus d’innovation technologiques et le mirage de la géo-ingénierie sont les trois pièges que nous proposons d’examiner pour les éviter une fois la transition déclenchée »

  • S’affranchir de la pensée unique, ne pas se focaliser sur les matières premières consommées mais sur l’aval de la production et des émissions, la crise climatique ne peut être réduite à la tonne carbone et encore moins à son « prix », les conceptions utilitaristes des écosystèmes…

  • Se libérer de l’emprise du progrès technique, « découplage », efficacité énergétique, le mythe de la dématérialisation de l’économie, sobriété et innovations sociales, des modes de transports « doux »…

  • Se débarrasser des mirages technologiques, les « captures » du carbone, les apprentis sorciers, et l’oubli du principe de précaution…

  • « On arrête tout et on réfléchit ? », nous ne sommes pas sorti-e-s de l’âge du charbon, croissance sans limites ou « stabilité écologique fondée sur la reproduction des ressources », contre les visions d’une transition « apolitique et sans conflits », responsabilités différenciées, inégales distribution des ressources, « les objectifs de transition se confrontent à des intérêts divergents », « il n’existe pas une communauté d’intérêt et de destin qui abolirait les catégories de responsables et de victimes », la dispute démocratique…

  • Prendre soin de notre futur énergétique, réappropriation de notre histoire et des innovations sociales, Yasuni, réviser les codes miniers, biens communs, processus de réappropriations citoyennes et déconcentration des pouvoir de décisions…

  • Expérimenter pour tout changer, des dynamiques existantes, « La sobriété énergique suppose de réduire la consommation d’énergie en modifiant les habitudes et les pratiques des populations, alors que l’efficacité énergétique vise à modifier ou remplacer les infrastructures utilisées pour réduire leur consommation unitaire d’énergie (isolation des bâtiments, covoiturage, ferroutage, etc.) », justice social et création d’emplois, villes en transition, Alternatiba, la Via Campesina, agroécologie paysanne, innovations sociales…

Un livre très détaillé, posant de multiples questions, ne contournant pas les difficultés et proposant des solutions, « des solutions démocratiques, justes socialement et à la hauteur des enjeux »

En complément possible :

Attac – 350.org : Crime climatique STOP !. L’appel de la société civile, lorsque-vous-etes-au-bord-dun-precipice-ce-nest-pas-la-poursuite-de-la-marche-en-avant-qui-permet-de-sen-sortir/

Laissons les fossiles dans le sol. Pour en finir avec les crimes climatiques : laissons-les-fossiles-dans-le-sol-pour-en-finir-avec-les-crimes-climatiques/

Noémie Klein : Tout peut changer : Capitalisme et changement climatique, sur-le-livre-de-noemie-klein-tout-peut-changer-capitalisme-et-changement-climatique/

Sous la direction de Céline Pessis – Sezin Topçu – Christophe Bonneuil : Une autre histoire des « Trente glorieuses ». Modernisation, contestations et pollutions dans la France d’après-guerre, les-implications-sociales-et-environnementales-de-la-modernisation-technico-industrielle-du-capitalisme-des-trente-glorieuses/

Sandrine Feydel, Christophe Bonneuil : Prédation. Nature, le nouvel eldorado de la finance, lensemble-de-la-planete-devient-une-marchandise-et-un-marche-financier/

Christophe Bonneuil, Jean-Baptiste Fressoz : L’événement anthropocène.  La Terre, l’histoire et nous, Politiser l’histoire longue de l’Anthropocène, penser ensemble cet âge dans lequel l’humanité est devenue une force géologique majeure

ATTAC : La nature n’a pas de prix. Les méprises de l’économie verte, note de lecture, Reconnaître la dette sociale et la dette écologique, irréductibles à la dette économique et financière

Alberto Acosta : Le buen vivir – Pour imaginer d’autres mondes : construire-collectivement-une-autre-facon-de-vivre/

De nombreux articles de la revue Alternatives Sud : category/revue/alternative-sud-revue/ et la rubrique Ecologie : coup-de-coeurs/ecologie/

et des articles de Daniel Tanuro :

Le mouvement ouvrier à la traîne dans la lutte pour le climat – S’inscrire dans la transition énergétique capitaliste ? le-mouvement-ouvrier-a-la-traine-dans-la-lutte-pour-le-climat-sinscrire-dans-la-transition-energetique-capitaliste/

L’impossible capitalisme vert : Crise historique de la relation de l’humanité et son environnement

Réchauffement climatique : le cri d’alarme du GIEC : rechauffement-climatique-le-cri-dalarme-du-giec/

Le thermostat, arme suprême du capital : le-thermostat-arme-supreme-du-capital/

Ecotaxe : leçons de France : ecotaxe-lecons-de-france/

Été pourri, changement climatique et austérité : ete-pourri-changement-climatique-et-austerite/

La bulle du carbone ou la vie ? : la-bulle-du-carbone-ou-la-vie/

Maxime Combes : Sortons de l’âge des fossiles !

Manifeste pour la transition

Anthropocène-Seuil, Paris 2015, 286 pages, 18 euros

Didier Epsztajn

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s