Le corps peut-être le lieu d’une forme de domination il peut aussi être celui d’une résistance

Rapport Congrès MPPDu rapport final du congrès international tenu en octobre 2014, je ne souligne, subjectivement, que certains points.

Nicole Rousseau revient sur l’histoire des Mères pour la paix, « Il y a plus de 20 ans, l’horreur de ce qui se passait en Ex-Yougoslavie nous conduisait à réagir. Dès 1993, des rumeurs nous parvenaient de Croatie mais surtout de Bosnie. 30 000 femmes, fillettes et vieilles femmes auraient été violées, on a vu plus tard que ce chiffre était bien supérieur. Nous ne pouvions y croire mais nous avions en main une dizaine de témoignages, plus terribles les uns que les autres. Avril 1994, l’histoire se répétait cette fois au Rwanda, à plus grande échelle encore, on parlait à l’époque de 500 000 femmes violées ».

Nicole Ameline souligne les principes et le rôle de la Convention de Cedaw.

J’ai particulièrement été intéressé par l’intervention de Dominique Fouchard « Intime et injonction nataliste après la Grande Guerre : des couples indociles ». L’auteure analyse, entre autres, la séparation comme marqueur de l’expérience de guerre, « Premier marqueur de l’expérience de guerre, la séparation, parce qu’elle s’inscrit dans la durée de cette si longue guerre, a entraîné des changements profonds dans le quotidien de milliers d’hommes et de femmes (rappelons que ce sont 8 millions d’hommes qui ont été mobilisés et 5 millions de couples qui ont été séparés durant le conflit). Cette brisure des liens familiaux et conjugaux a obligé à des adaptations qui, à leur tour, ont conduit à une reformulation de soi et à une représentation nouvelle de la relation à l’autre », le foyer devenu « le contre-espace du front et de la mort et les retours en son sein ont été anticipés, fantasmés, chargés d’attentes considérables », l’injonction « patriotique et morale » de repeupler le pays, les enjeux de la politique nataliste, l’obsession sociale de la maternité, les inquiétudes sur la continuité « d’un ordre sexué traditionnel », la réduction des femmes à un « rôle naturel et exclusif » de productrices d’enfants, l’ordre social et moral, « Le corps des femmes est un terrain privilégié des rapports de pouvoir et en privant celles-ci du contrôle des naissances par l’adoption d’une législation répressive, d’un discours culpabilisant par la référence constante aux morts de la guerre et d’une propagande valorisant le rôle de mère, de façon exclusive, cette politique est une tentative d’expropriation des femmes de leur corps pour consolider un pouvoir patriarcal perçu comme chancelant ».

L’auteure insiste sur les expériences féminines durant la guerre, parle de l’évolution de la natalité et de la fécondité dans l’entre deux guerres, la poursuite « des pratiques de limitation volontaire des naissances » dans « le secret des maisons », dans les « chambres indociles », du taux d’activité des femmes, « celles-ci ne se sont pas retirées massivement du marché du travail », de « grève du ventre », du refus de la maternité comme « choix réfléchi et conscient »… Le titre de cette note est « empruntée » à ce texte.

Zarina Khan « Les alchimistes de la Paix » propose des réflexions poétiques et philosophiques, Sarajevo 1993, un atelier d’écriture et de pratique théâtrale, « La veille, dans notre pièce, à l’extra-terrestre qui demandait : « Qui est l’ennemi ? », les adolescents avaient répondu : « Des gens comme nous. Ils parlent la même langue, ils sont allés aux mêmes écoles. Ce sont nos frères ». »

Anna Nivat relate son expérience de « reporter de guerre »en Afghanistan, Irak, Tchétchénie, des femmes piliers de la vie et de la survie, l’aspiration à l’autonomie…

Evelyne Morin-Rotureau revient sur « L’émergence d’un pacifisme féminin au cours de la première guerre mondiale », des socialistes minoritaires, des syndicalistes révolutionnaires, des instituteurs et des institutrices, des anarchistes, des activistes féministes, la Ligue internationale des femmes pour la Paix et la Liberté…

En complément possible :

Hélène Brion : « Aux féministes, aux femmes », appel d’Hélène Brion contre la guerre en juillet 1914 : « Aux féministes, aux femmes », appel d’Hélène Brion contre la guerre en juillet 1914

Pierre Monatte : Lettre de démission au Comité Confédéral de la C.G.T. (décembre 1914) : Pierre Monatte : Lettre de démission au Comité Confédéral de la C.G.T. (décembre 1914)

Manifeste adopté à la conférence de Zimmerwald (5-8 septembre 2015) : Prolétaires d’Europe ! : Prolétaires d’Europe !

Lettre de Liebknecht à la Conférence de Zimmerwald : Lettre de Liebknecht à la Conférence de Zimmerwald

Alfred Rosmer : Lettre aux abonnés de la « Vie Ouvrière » (1 novembre 1915) : Alfred Rosmer : Lettre aux abonnés de la « Vie Ouvrière » (1 novembre 1915)

Discours de Vincent Présumey (FSU) lors du Rassemblement pour la réhabilitation des fusillés pour l’exemple, à Rocles dans l’Allier (12 novembre 2013) : Guerre de 14-18 : Hommage aux fusillés pour l’exemple

Henri Goldman : Boucherie patriotique : Boucherie patriotique

Un autre 11 novembre : Interventions Rocle 8 novembre 2014 : un-autre-11-novembre-interventions-rocle-8-novembre-2014/

Colloque à Franchesse ( Allier) La résistance à la guerre de 14-18

colloque-a-franchesse-allier-la-resistance-a-la-guerre-de-14-18/

Loïc Le Bars : Première Guerre mondiale – Le pacifisme des instituteurs syndicalistes : contre-lunion-sacree-et-lhorrible-cauchemar/

Gérard Leidet (coord.) : Le mouvement ouvrier provençal à l’épreuve de la grande guerre (1909-1919) : elles-et-ils-ne-sombrerent-pas-tout-e-s-dans-l-union-sacre/

Adèle Safi-Kagarabi parle des viols comme arme de guerre, du génocide au Rwanda, des enfants issus de viol, « Quand les femmes violées reviennent dans leur communauté après si elles sont enceintes, après ce qu’elles ont connu comme tortures, comment vont-elles pouvoir accepter l’enfant qui n’a rien fait, qui n’a rien demandé mais qui est l’enfant du viol ? Beaucoup d’enfants vivent dans la rue et ceci est une véritable bombe à retardement ».

En complément possible :

Hélène Dumas : Le génocide au village. Le massacre des Tutsi au Rwanda, La construction de la et du proche en ennemi-e, en animal, à exterminer

André Rosevègue : Rwanda : proposition d’itinéraire de lecture : Rwanda : proposition d’itinéraire de lecture

Eric Toussaint : Rwanda : les bailleurs de fonds de Habyarimana et des génocidaires, Rwanda : les bailleurs de fonds de Habyarimana et des génocidaires

Renaud Duterme : Rwanda : une histoire volée, De la responsabilité du FMI, de la Belgique, de la France ou de l’Église catholique…

Survie : Rwanda : 20 ans après, la France peine à poursuivre et condamner les génocidaires et leurs complices, Rwanda : 20 ans après, la France peine à poursuivre et condamner les génocidaires et leurs complices

Communiqué MMF :Anniversaire Génocide Rwanda, Anniversaire Génocide Rwanda : Communiqué MMF

Sandrine Ricci : La parole mémorielle de rescapée du génocide des Tutsi au Rwanda : vers une (re)construction du sens, Le récit comme un arc-en-ciel en devenir

Élise Rida Musomandera : Le Livre d’Élise, un-passe-qui-nen-finit-pas-de-miner-le-present/

Je souligne particulièrement le texte de Suzanne El Kenz, « Les Palestiniennes entre luttes féminines et luttes féministes », la question de la « secondarisation » des indépendances féminines, la spécificité « du cas palestinien dont il nous faut tenir compte et il s’agit en premier lieu de relever un point important, crucial et déterminant : à savoir, l’oppression de l’Etat d’Israël qui impose son occupation à tous les Palestiniens, hommes, femmes et enfants », l’histoire des palestiniennes, les « femmes en noir »… Une autre intervenante évoque Tarabut, mouvement à la fois arabe et juif.

Suraya Parlika « Un combat sans relâche pour les droits des femmes afghanes » parle, entre autres, de l’analphabétisme, « presque 85% des femmes n’ont pas du tout accès à l’éducation », de l’absence de droit, des guerres…

Je souligne parmi les interventions de Florence Hartmann : « la France n’applique pas les principes qu’elle veut imposer ailleurs ».

Les intervenant-e-s décrivent de multiples autres situations, au Darfour, en Bosnie, en République Démocratique du Congo, au Maghreb, en Centrafrique, en France… et soulignent, entre autres, l’ethnicisation des conflits économiques, les viols comme « phénomène de masse avéré » ou comme « arme stratégique » et le « corps des femmes comme champ de bataille », la violence ordinaire « celle qui se passe dans les maisons ou les appartements », les crimes de masse, la difficulté des réfugié-e-s à « élaborer un discours », les mariages forcés, le virilisme, le patriarcat…

En complément possible

Andrée Michel : Féminisme et antimilitarisme, Le système militaro-industriel pratique une politique de genre dynamique

Cynthia Cockburn : Des femmes contre le militarisme et la guerre affinite-socialement-construite-entre-masculinite-et-militarisme/

Jules Falquet : Ce que le genre fait à l’analyse de la mondialisation néolibérale : L’ombre portée des systèmes militaro-industriels sur les « femmes globales », ce-que-le-genre-fait-a-lanalyse-de-la-mondialisation-neoliberale-lombre-portee-des-systemes-militaro-industriels-sur-les-femmes-globales/

Mères pour la Paix : Congrès 2014. Rapport final

Rapport Congrès MPP

Didier Epsztajn

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s