Polar (mars 2016)

Un délicat hommage.

9782264066411WEBMark Frost, le créateur de Twin Peaks, Américain de surcroît, s’est lancé, pour son premier roman « La liste des sept », à la poursuite de Conan Doyle. Le procédé littéraire est connu. Se servir de la matière des romans et nouvelles pour faire vivre à l’auteur les aventures imaginaires de son héros.

En 1884, Doyle est un jeune médecin sans véritablement de clientèle. Il écrit un roman qui fait la part belle à l’occultisme, en dénonçant les faux médiums, avec ce qu’il faut d’appels au diable sous toutes ses formes et à un complot pour se saisir du pouvoir dans cette Grande-Bretagne de la Reine Victoria dont le règne s’éternise. Son manuscrit est refusé. On sait qu’il obtiendra la consécration avec les enquêtes de Holmes. Qu’il fera mourir puis ressuscité sous la pression du public et même de sa mère. Holmes avait « mangé » Doyle.

Mark Frost a décidé de lui redonner vie. En lui faisant vivre la vie du Dr Watson. Il fallait donc trouver un personnage acceptant de prendre à son compte la biographie de Sherlock. Ce sera Jack Sparks. La figure classique de Moriarty sera celle du frère de Jack, Alexandre. Tous les lecteurs fidèles de Conan Doyle ont reconnu les figures du Bien et du Mal, faces d’une même médaille, issues du même moule.

Pour Frost, tout part du livre – il faudrait, peut-être, mettre une majuscule pour faire penser au « Good Book », la Bible -, de ce manuscrit envoyé par Doyle à tous les éditeurs. La fiction rejoint la réalité. Une thèse qui se défend. Les romanciers ont quelque fois la prescience de l’avenir. Il fait la preuve qu’il connaît l’univers du père de Holmes et de ce curieux Dr Watson, un univers qu’il a visité de fond en comble. Il n’a pas fréquenté que les avenues mais aussi les ruelles, les impasses pour rendre compte à la fois de cette Grande-Bretagne bousculée par le colonialisme, les progrès technologiques et la révolution industrielle.

La description de ces « zombies » travaillant le regard vide dans des conditions proches de l’esclavage dans des mines de charbon ou d’autres est proche de la réalité de ces temps que l’on voudrait anciens. Il n’est pas besoin de lobotomiser les cerveaux… Il passe sans s’arrêter sur le travail des enfants qui les fait vieillir rapidement.

Pour le reste, le public de cette tentative se partagera en deux. Ceux et celles qui ont lu les aventures de Sherlock et du bon docteur et les autres. Les premiers auront l’impression du « déjà lu » et rechercheront les correspondances, les références, les autres liront une aventure bien écrite mais d’un intérêt limité. Pour ces derniers, les développements apparaîtront un peu longs, bloquant l’action.

C’est la limite de l’exercice. Faire vivre à l’auteur la vie de ses fictions suppose que le lecteur soit un habitué des œuvres de Doyle pour sourire et même rire de cette mise en situation.

Mark Frost : La liste des sept, traduit par Jean-Michel Dulac, 10/18 Grands détectives.

L’enquêteur humaniste.

9782264067401_1_75Marco Vichi a construit sa figure de détective privé dans le contexte de la ville de Florence qu’il met en scène en même temps que son commissaire, Bordelli. Un célibataire de 53 ans qui attend la femme de sa vie. En 1963, les souvenirs de la guerre ne sont pas encore effacés. Ils structurent le présent. Une guerre qui a partagé l’Italie entre les partisans de Mussolini, les Résistants et tous les autres. L’auteur s’est servi des histoires que lui racontait son père pour les offrir à son commissaire. Le nom n’est sans doute pas choisi au hasard. Il faut dire que cet homme n’enferme pas les petits délinquants, ni les auteurs de petits délits. Il a une conscience sociale développée sans être, apparemment du moins, membre du PCI, parti communiste italien, bien qu’il puisse emprunter la via Gramsci.

Choisir 1963 est une bonne idée pour raconter Florence et l’Italie. L’espoir est encore présent de la possibilité de construire une autre société. En même temps, on sait que des cellules dormantes ont été constituées par la CIA et autres officines anticommunistes dans ce monde de la « guerre froide » qui partage le monde en deux. Politiquement.

L’enquête est secondaire même si l’auteur fait preuve d’une astuce intelligente pour la conclure. L’important, ce sont les personnages, le mois d’août, la chaleur, la camaraderie de la guerre et le présent.

Une réflexion sur l’Histoire via des histoires de flics, de petits délinquants, de bouffe aussi et des petits bonheurs que la vie peut apporter. Longue vie au commissaire – désormais principal – Bordelli !

Marco Vichi : Le commissaire Bordelli, traduit Nathalie Bauer, 10/18

Nicolas Béniès

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s