S’armer face aux questions qui piquent !

Livret_A5_-_Questions_qui_piquent-diffusion_enligneCela fait quelques temps que vous bouillonnez, convaincuE de l’injustice du système dette et de l’impérative nécessité de s’en débarrasser ! Mais voilà… vous aimeriez bien transmettre aux autres cette conviction que le monde ne tourne pas rond et que ce n’est pas une fatalité. C’est décidé : vous évoquerez dimanche prochain la question de la dette grecque lors du traditionnel repas familial (vous attaquez fort…).

Le jour J arrive, vous êtes remontéE à bloc ! D’un verbe indigné vous proposez à l’auditoire une toute autre analyse de la situation grecque et affirmez avec conviction l’illégitimité des prêts accordés par les Institutions européennes. Mais c’était sans compter l’oncle Lulu… qui vous rétorque : « Oui, mais effacer la dette grecque, c’est faire payer le contribuable belge ! ».

Aïe ! Ça fait mal…

Toujours persuadéE que tout cela est dégueulasse, vous ne vous découragez pas et remettez le couvert dès le lendemain matin, au travail, lors de la pause-café. Vous expliquez l’aberration que représente le système de financement des États européens, l’endettement qu’il provoque et qui est répercuté sur les plus modestes. Vos collègues semblent intéresséEs, mais certainEs demeurent dubitati-f-VE-s et vous répondent qu’elles et ils ne comprennent pas vraiment… « Pourquoi les gouvernements prendraient des décisions qui vont contre leurs intérêts ? ».

Ouille, moment de solitude…

Au CADTM, on sait trop bien ce que c’est d’être flippéE, voire découragéE, par toutes ces questions sur lesquelles on sèche. Du coup, inspiréEs par nos meilleurEs piqueurs et piqueuses (notre famille, nos potes, le pizzaiolo d’en face, les gens que l’on rencontre en animation), nous avons organisé plusieurs sessions d’élaborations collectives d’éléments de réponse à ces piques (qu’elles soient d’ordre technique ou plus « politique »).

La dernière de ces sessions, qui a eu lieu les 11 et 12 avril 2015, a engendré la brochure que vous tenez entre les mains. Il a bien sûr fallu faire des choix, et nous avons retenu 12 questions pour les traiter correctement en un week-end.

D’autres sont encore sur le grill…

Préalablement préparée par unE participantE, chaque question a pu être « traitée » lors de différents ateliers collectifs tout au long du week-end. Leur contenu ne reflète donc pas nécessairement la position du CADTM mais bien les échanges et résultats collectifs de ce week-end.

Notons que ce petit livret a été pensé comme une boîte à outils et non comme un argumentaire clé en mains ! Libre à vous d’y piocher, retravailler, réadapter certains éléments pour affûter vos démonstrations.

En espérant qu’à la prochaine question sur laquelle on vous piquera, vous pourrez dire « même pas mal ! ».

Un gros big up à toutes celles et tous ceux qui ont contribué à la réalisation de ce petit livret épineux ! Avec un remerciement tout particulier à : Alice, Aline, Anouk, Benoît, Cécile, Christine, Emilie, Gilles, Jérémie, Laïla, Mahité, Manon, Mariella, Maud, Najla, Noémie, Oualid et Renaud.

Les militantEs du CADTM Liège.

Questions_qui_piquent-diffusion_enligne.pdf

*****

Table des matières

  1. Qui décide au FMI, à la Banque mondiale et à la BCE ?

  2. Que fait le FMI de l’argent des intérêts qu’il perçoit ?

  3. Quelles différences il y a-t-il entre une dette odieuse, insoutenable, illégale, illégitime ?

  4. Ce sont des gouvernements élus démocratiquement qui se sont endettés en notre nom. Comment remettre leurs engagements en cause ?

  5. L’Islande a refusé de payer pour les dettes de la banque privée Icesave et a poursuivi en justice des responsables de la débâcle financière. Est-ce un exemple d’alternative ?

  6. À Chypre on a instauré un contrôle des mouvements de capitaux et fait payer les déposantEs pour assumer les dettes de plusieurs banques. Est-ce un exemple d’alternative ?

  7. Bonus : Quelles sont les options pour assumer les pertes d’une banque ?

  8. Comment éviter de se ré-endetter après une annulation ?

  9. « La crise, c’est bon pour la planète ! » .

  10. « Annuler la dette de la Grèce coûtera 1.000 euros à chaque contribuable belge qui a payé pour sauver les GrecQUEs »

  11. Sortir ou pas de l’euro ? Telle est la question

  12. Les agences de notation, késako ? Sont-elles fiables et légitimes pour évaluer les entités publiques (ou privées) ?

  13. Comment est-ce possible que les dirigeantEs prennent de telles décisions ?

  14. Bonus : Copion

    Dette au Sud

    Dette de la Belgique

    Dette de la Grèce

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s