Nouveautés mars 2016 – C

Un batteur américain à Londres

Outlier-Album-Cover.jpgJeff Williams, batteur découvert, quant à moi aux côtés de Dave Liebman, de Stan Getz et de Joe Lovano, est né dans l’Ohio. Il tombe dans l’amour, comme disent les Québécois, épouse la romancière britannique Lionel Shriver qui a remporté une multitude de prix littéraires. Jeff, de ce fait, enseigne la batterie à la Royal Academy Of Music de Londres tout en continuant de vivre, en partie, à New York. « De ce fait, écrit-il dans les notes de pochette d’où sont tirées toutes ces informations, je suis devenu Transatlantique », une sorte de pont au-dessus de l’Atlantique à lui seul. Une situation idéale pour enregistrer pour le label britannique Whirl Wind avec ses musiciens américains. Peu d’informations disponibles sur ce musicien à la discographie pourtant importante. Raison de plus pour le découvrir…

Qu’il faut découvrir : Josh Arcoleo au saxophone ténor qui a visiblement beaucoup écouté Joe Lovano, Phil Robson à la guitare plutôt dans la lignée de Pat Martino, Kit Downes, pianiste qui a entendu Keith Jarrett mais essaie de s’en sortir et Sam Lasserson contrebasse et basse électrique. Le tout forme un groupe sur les compositeurs du batteur. Elles n’échappent pas toujours à la déformation professionnelle d’un enseignant d’être un peu trop démonstratives. Elles baignent dans le modal post bop et n’arrivent pas toujours à décoller. Lorsque c’est le cas, sur « Hermeto » par exemple hommage à Hermeto Pascoal, on sent que ces musiciens ont de la ressource et gardent la mémoire de tous les jazz. Il faudrait qu’ils acceptent de déraper un peu plus…

Le titre de cet album, « Outlier », est la concrétisation de sa situation étrange entre deux mondes, deux pays dont la langue est le plus grand diviseur – comme disait George-Bernard Shaw. Un terme qui signifie dans le langage des statisticiens, une observation aberrante mais aussi un cas unique. Deux sens qui collent parfaitement à Jeff Williams.

A découvrir.

Jeff Williams : Outlier, Whirl Wind Records. www.whirlwindrecordings.com

Comme un nouveau départ ?

Robin_McKelle_The_Looking_GlassBDRobin McKelle, Irlandaise d’origine, chanteuse de jazz, de soul aussi avait intitulé l’un de ses premiers albums « Modern Antique », une sorte de définition qui lui allait bien. Rien de révolutionnaire mais une joie communicative de chanter, d’être sur scène.

Avec cet album, « The looking glass », elle s’éloigne de ses origines et s’oriente résolument vers la pop la plus répandue où la concurrence est rude. Elle a dû se dire – ou son agent – qu’elle pouvait se faire reconnaître plus facilement que dans les mondes confinés du jazz. Elle en a toutes les possibilités. Et ses compositions en compagnie de son pianiste, Ray Angry, essaient de se sortir de toutes les ornières.

Mis à part quelques réussites dont « Stand Up », un appel qu’il faut entendre et « Get Back Yesterday », le reste provoque un ennui léger tellement le rythme, le son d’ensemble est semblable. Dommage. On attendra le prochain.

Robin McKelle : Looking Glass, Doxie Records, Membran.

Nicolas Béniès

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s