Le programme de La Falda, Córdoba, 1957

couvdesueurAvec l’aimable autorisation
des Editions Syllepse

Assemblée nationale des délégations régionales de la CGT et de « 62 organisations ».

Pour l’indépendance économique

Dans le commerce extérieur

– contrôle étatique du commerce extérieur sur les bases de la forme d’un monopole d’État ;

– liquidation des monopoles étrangers d’importation et d’exportation ;

– contrôle des producteurs sur les opérations commerciales dans un sens de défense du revenu national ;

– planification du processus, avec pour objectif les nécessités du pays en fonction de son développement historique et en tenant compte des intérêts de la classe ouvrière ;

– amplification et diversification des marchés internationaux ;

– dénonciation de tous les pactes nuisibles à notre indépendance économique ;

– planification de la commercialisation en tenant compte de notre développement intérieur ;

– intégration économique avec les peuples frères d’Amérique Latine sur les bases des expériences réalisées.

D’un point de vue intérieur

– politique de haute consommation interne : hausse des salaires, majorité de la production pour le pays dans une optique nationale ;

– développement de l’industrie légère en accord avec les nécessités du pays ;

– renforcement de la politique économique visant à obtenir la consolidation de l’industrie lourde, base de tout développement futur ;

– politique énergétique nationale : pour ce faire, il est indispensable de nationaliser les sources naturelles d’énergie et leur exploitation en fonction des nécessités du développement du pays ;

– nationalisation des frigorifiques étrangers, afin de rendre -possible un contrôle efficace du commerce extérieur en soustrayant des mains des monopoles étrangers ces ressorts basiques de notre économie ;

– solutions de fond et nationales apportées aux problèmes économiques régionaux sur la base d’intégration de ces économies aux nécessités réelles du pays et en dépassant la division actuelle entre « provinces pauvres » et « provinces riches » ;

– contrôle centralisé du crédit en partie par l’État, en le mettant en accord avec un plan de développement intégral de l’économie prenant en compte l’intérêt des travailleurs ;

– programme agraire, résumé par : mécanisation, […], expropriation des grands propriétaires terriens et extension du coopérativisme agraire, dans le sens où la terre appartient à celui qui la travaille ;

Pour la justice sociale

– contrôle ouvrier de la production et de la distribution de la richesse nationale, prenant en compte la participation effective des travailleurs : dans l’élaboration et l’exécution du plan économique général au travers des organisations syndicales ; dans la participation à la direction des entreprises privées et publiques […] ; dans le contrôle populaire des prix ;

– salaire minimum, vital et mobile ;

– prévision sociale intégrale : unification des bénéfices et extension de ceux-ci à tous les secteurs du monde du travail ;

– réforme de la législation du travail afin de la mettre en adéquation avec le moment historique et en accord avec le plan général de transformation populaire de la réalité argentine ;

– création d’un organisme étatique qui, grâce au contrôle ouvrier, assurera la réalisation des conquêtes et des législations sociales ;

– sécurité de l’emploi ;

– législation syndicale.

Pour la souveraineté politique

– élaboration d’un grand plan politique, économique et social […] qui reconnaisse la présence du mouvement ouvrier comme force nationale fondamentale au travers de sa participation hégémonique à son élaboration et à sa direction ;

– renforcement de l’État national populaire visant à la destruction des secteurs oligarchiques antinationaux et ses alliés étrangers et reconnaissant que la classe ouvrière est l’unique force argentine qui représente, à travers ses intérêts, les aspirations du pays […] ;

– porter l’action vers un accord intégral (politique et économique) avec les nations sœurs latino-américaines ;

– action politique qui remplace les divisions artificielles intérieures, basées sur un fédéralisme libéral faussé ;

– liberté d’élire et d’être élu, sans aucune habilitation et renforcement […] de la volonté populaire ;

– solidarité de la classe ouvrière avec les luttes de libération nationale des peuples opprimés. Politique internationale indépendante.

couvdesueur

Guillaume de Gracia : De sueur et de sang

Mouvements sociaux, résistances populaires et lutte armée dans l’Argentine de Peron

Editions Syllepse,

http://www.syllepse.net/lng_FR_srub_37_iprod_666-de-sueur-et-de-sang.html

Paris 2016, 286 pages, 15 euros

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s