Fatigue

La France me fatigue.

Ce pays me fatigue. Ces polémiques stériles me fatiguent. Ces intellectuels médiatiques et leurs jérémiades ridicules me fatiguent. Leur obsession du voile me fatigue. Leurs propos misogynes me fatiguent. Cette façon de vouloir simultanément incarner la « patrie des Droits de l’homme » sans regarder Calais en face me fatigue.

Je crie, mais je ne crie pas assez fort et ils et elles sont toujours là avec leurs médiocrité, et je m’impatiente et je m’use et ils et elles sont toujours dans mon poste de télé, à enchaîner confortablement installés dans leurs sièges leurs insanités.

Ce silence sur les problématiques raciales me fatigue. La réécriture de l’histoire sur le passé colonial me fatigue. Cette tromperie d’universalisme républicain m’a fatigué. FATIGUÉ, je vous dis ! Menteur, menteuse, menteuuuurs ! L’histoire montre que ce concept abstrait n’est que mensonge. Il n’a pas protégé du code de l’indigénat, du double collège et du travail forcé. Il n’a pas protégé d’une vision colonialiste de « l’Africain », grand enfant qui aurait continuellement besoin d’un tu(t)eur.

Je suis fatiguée en lisant les découvertes sombres qui lient le Cameroun et la France.

Fatiguée !

Je suis fatiguée. Lasse. Lasse parce que je veux fuir mais fuir sans moteur, sans argent, fuir pour aller où, fuir pour faire quoi ? Fuir pour laisser qui derrière, fuir, fuir, fuir. Fuir, c’est loin, fuir c’est l’inconnu et j’ai peur de l’inconnu, mais j’ai aussi peur de demain, peur de 2017, peur de 2018, peur des gens qui veulent courir après les électeurs du Front National et qui veulent nous écraser au passage, peur de ceux qui n’ont pas eu besoin du Front National pour montrer leurs vrais visages.

J’ai peur, je veux fuir, je veux m’échapper, m’évader. J’avais perdu l’insouciance, mais à ce stade je ne veux plus rien ressentir. Et j’ai honte d’être faible, honte de craquer alors qu’avant moi, personne ne craquait, certainEs ont pris pire avant, certain(e)s prennent pire maintenant.

Je suis fatiguée. Je dois rester forte, devenir forte, pour ne pas me noyer, m’inspirer des autres, mais c’est difficile. Je suis déjà fatiguée.

Kiyémis, 17 avril 2016

https://lesbavardagesdekiyemis.wordpress.com/2016/04/17/fatigue/

Une réponse à “Fatigue

  1. Je pense comme toi… tu n’es pas toute seule. Je suis éreinté pour ma part. J’aurais pu écrire ce billet, je n’aurais rien changé. A part une chose : je ne suis pas une femme… c’est donc le point de vue d’un homme.

    Fred !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s