Le poids des silences compacts

9782021181692Le père mort. Des soeurs jumelles dans l’appartement (re)trouvé de l’enfance. Des silences, des non-dits. La géographie des lieux et des sentiments. La froideur de l’une. Le silence de l’autre. « Un silence compact figea cet instant. On aurait dit qu’il n’y avait plus de phrases, qu’il n’y avait plus de mots nécessaires pour ces phrases, ni de lettres nécessaires pour ces mots ». Une voisine. Une visite cachée. Sommes-nous nos lieux ? Une autre histoire, d’autres histoires.

Se taire. Dire. « Contrairement à ce que tu penses, les confidences ne sont pas faites pour attirer la pitié. Elles servent uniquement à prononcer devant quelqu’un ce qu ‘on se dit depuis toujours sans produire de son… ». La mémoire, ces passés recomposés. Qu’est-ce qui suffit ?

Trois femmes, des cris, des murmures, des silences, des rugissements, l’ombre portée d’hommes absents.

Une question en marge de ce roman. Et si les personnages avaient été des jumeaux, quelles auraient été les vérités, les mensonges et les vengeances ?

« L’obscurité mélancolique d’une autre fin d’après-midi les submergea lentement »

Marcello Fois : Cris, murmures et rugissements

Traduit de l’italien par Nathalie Bauer

Seuil, Paris 2015, 154 pages, 16,50 euros

Didier Epsztajn

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s