OUZBÉKISTAN : Libérez Uktam Pardaev !

L’ancienne république soviétique d’Ouzbékistan est bien connue pour son utilisation du travail forcé et même le travail des enfants. Les citoyens qui tentent de le documenter et l’exposer sont arrêtés et parfois torturés.

L’un de ces courageux citoyens est Uktam Pardaev, militant des droits de l’homme de Jizzakh et membre d’un groupe indépendant de suivi de la récolte de coton.

Uktam a été arrêté il y a 6 mois. Pendant huit semaines, il a été placé en détention provisoire dans une cellule froide et humide avec seulement un tapis sale pour dormir, et peu de nourriture. Il a été témoin de la torture et de la maltraitance d’autres détenus pour leur extorquer des aveux. Il a été lui-même contraint d’avouer et sévèrement tabassé à une occasion.

Human Rights Watch et Amnesty International ont demandé sa libération. Le 11 janvier 2016, il a été condamné à une peine de trois ans avec sursis. Cela signifie qu’il est sous surveillance constante des services de sécurité, ses mouvements et activités fortement limités. Les fonctionnaires continuent de harceler ses parents et amis, qui ont également été surveillés, interrogés et menacés.

S’il vous plaît, prenez quelques secondes pour dire aux autorités ouzbèkes d’annuler immédiatement la condamnation d’Uktam Pardaev et d’ordonner une enquête rapide, indépendante, efficace et impartiale sur ses allégations crédibles de mauvais traitements par le personnel pénitentiaire. Le gouvernement ouzbek doit permettre aux journalistes indépendants, aux défenseurs des droits de l’homme et aux ONG de documenter et signaler le non respect des droits humains sans crainte de représailles, conformément au droit international.

Si ce n’est pas déjà fait, vous pouvez participer à la campagne en ligne en cliquant ce lien.

Labourstart, info@labourstart.fr

*****

En complément possible :

Triste constat, 11 ans après le massacre d’Andijan

Le 13 mai 2005, à Andijan, les forces de l’ordre ouzbèkes tiraient sur une centaine de manifestants. Aujourd’hui, 11 ans plus tard, en dépit des revendications des victimes, de leurs proches, de la société civile ouzbèke, des ONG internationales et de quelques appels de la communauté internationales, les autorités continuent de nier ce massacre. Les victimes et leurs proches demandent la vérité et la justice.

En juin 2004, les autorités ouzbèkes arrêtent et torturent 23 personnes, qu’elles accusent de d’extrémisme religieux et de complot visant à renverser l’État. En février 2005, elles sont jugées et condamnées à de lourdes peines de prison. Leur procès est largement dénoncé comme inéquitable et suscite quelques manifestations.

Dans les premières heures du 13 mai 2005, des hommes armés attaquent plusieurs bâtiments publics à Andijan, ville située dans l’est de l’Ouzbékistan, dont la prison centrale pour libérer les 23 condamnés. Ils appellent ensuite la population à se mobiliser contre la pauvreté et le gouvernement et à rejoindre les manifestants sur la place principale. Plusieurs milliers de personnes manifestent.

Vers 17H00, lorsque les forces gouvernementales entourent la place, les manifestants se sont déplacés. Ils se retrouvent pris en étau entre plusieurs barrages. Les forces de l’ordre et l’armée tirent sur les manifestants, des centaines d’entre eux sont tués. C’est l’un des massacres de civils les plus sanglants de l’histoire de l’Asie centrale. En Juillet 2005, le Procureur d’Andijan a établi que 187 personnes avaient été tuées mais a accusé les « terroristes » de leur mort. D’autres sources estiment qu’il y aurait eu entre 500 et 1000 victimes. Plusieurs centaines de personnes fuient au Kyrgyzstan voisin.

Dès mai 2005, l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE) et l’Union Européenne appellent les autorités ouzbèkes à autoriser une commission internationale indépendante sur les évènements d’Andijan. Des journalistes et défenseurs des droits de l’homme ouzbèkes qui rapportent les évènements de la journée du 13 mai sont arrêtés et torturés. Fin mai, le président rejette les appels à la mise en place d’une commission d’enquête internationale.

Contexte :

Une situation des droits de l’Homme particulièrement préoccupante

Depuis l’indépendance de l’Ouzbékistan à la suite de la dissolution de l’URSS en 1991, le président de l’Ouzbékistan, élu et réélu avec des scores colossaux n’a cessé de jouer de la menace islamiste pour justifier la répression.

Depuis le massacre d’Andijan, les autorités ouzbèkes ont mené une politique de répression de toute forme d’opposition. Elles ont multiplié les mesures visant à fermer les frontières et à empêcher toute critique du régime ou de la situation des droits de l’Homme, qu’elles viennent de l’intérieur ou de l’extérieur du pays. Une vingtaine de défenseurs des droits de l’homme sont détenus et nombre d’autres ont été contraints à l’exil. La torture, l’impunité, les arrestations arbitraires de tous ceux qui osent critiquer ou s’opposent au gouvernement, le contrôle des médias, l’absence de liberté d’expression et de manifestation…, sont largement dénoncés par les ONG mais aussi par les mécanismes internationaux de protection des droits de l’Homme.

L’absence totale de suivi des recommandations internationales

L’Ouzbékistan ne respecte pas ses obligations en matière de droits de l’Homme et ne suit aucune recommandation des mécanismes internationaux tels que le Comité contre la Torture ou le Comité des droits de l’Homme des Nations Unies ni des organisations internationales telles que l’Organisation pour la Coopération et la Sécurité en Europe (OSCE). Depuis 2002, il rejette systématiquement toutes les demandes de visite de la part des procédures spéciales dans le pays. En 2013, le CICR a dû cesser de mener toute visite des centres de détention. Plus aucune ONG internationale indépendante ne peut travailler dans le pays.

Dans ce contexte, les appels et observations de la communauté internationale à ce que soit menée une enquête impartiale sur les évènements d’Andijan sont demeurés lettre morte. L’Union Européenne avait demandé une enquête sur ce massacre et engagé des sanctions contre le régime. Néanmoins, en dépit de l’absence d’avancées, ces sanctions ont été levées en 2009.

Téléchargez la lettre

8 mai 2016, publié sur le site de l’ACAT

http://www.acatfrance.fr/actualite/triste-constat–11-ans-apres-le-massacre-dandijan

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s