Urgence : les communautés Penan au secours des dernières forêts primaires du Sarawak

James Lalo Keso, membre de la communauté Penan Penghulu basée à Long Lamai, dans la zone supérieure de Baram, exhorte le ministre Adenan Satem, protecteur et bienfaiteur du Sarawak, à appuyer l’approbation de la réserve forestière dans la région Baram. Voici sa déclaration.




Nous, les Penan, sommes une tribu nomade vivant dans la forêt tropicale du Sarawak, un État malaisien sur l’île de Bornéo.

Nos vies dépendent beaucoup de cet environnement sain, une forêt tropicale humide fournissant tout ce dont nous avons besoin ; notre identité et bien-être social dépendent particulièrement de nos terres ancestrales, ces territoires où nos pères et grands-pères vécurent. Ces forêts font partie intégrante de notre histoire, de notre présent et sont destinées à jouer un rôle essentiel pour notre avenir.


Ces forêts font partie intégrante de notre histoire, de notre présent et sont destinées à jouer un rôle essentiel pour notre avenir.



Notre mode de vie traditionnel est actuellement menacé par les activités d’exploitation forestière incontrôlée ayant débuté dans les années 1960. Depuis l’indépendance, nous luttons pour la reconnaissance de nos droits autochtones coutumiers à la terre.

Nous sommes des peuples de la forêt : nous disposons de peu moyens pour faire entendre nos voix. Nous savons qu’il existe des règlementations internationales nous donnant droit à l’information et nous permettant d’être représentés. Le monde est de plus en plus conscient des conséquences sociales et environnementales négatives qu’a l’exploitation forestière et qui – si l’on ne l’arrête pas – mettra fin à notre mode de vie.


Demande de moratoire

Plusieurs membres de nos communautés ont écrit des lettres au gouvernement. Elles sont restées sans réponses : personne n’a jamais pris la peine de répondre à nos inquiétudes. Comme nous ne disposons pas des moyens pour responsabiliser le gouvernement, nous plaçons nos espoirs chez notre ministre en chef, Tan Sri Datuk Patinggi Haji Adenan Satem Adenan Satem, pour renforcer la démocratie et écouter nos voix.



Nous sommes des peuples de la forêt : nous disposons de peu moyens pour faire entendre nos voix.

Nous, les communautés Penan de la zone supérieure Baram, demandons un moratoire sur les activités d’exploitation forestière dans notre région. Nous sommes très heureux de l’intérêt du gouvernement dans la réalisation d’un parc dans notre région d’origine et, c’est pour cette raison qu’il y a deux semaines, nous avons remis une proposition pour une aire protégée gérée par la communauté dans la zone supérieure Baram.


Bien que ces dernières zones forestières encore intactes constituent des atouts non-négligeables pour ce projet de parc, nous pouvons d’ores et déjà observer leur destruction en cours. Il n’y a pas de temps pour l’hésitation : ces zones doivent être protégées au plus vite. Début mai, nous avons envoyé une lettre officielle à notre ministre en chef, l’honorable Tan Sri Datuk Patinggi Haji Adenan Satem, et lui avons suggéré un moratoire sur l’exploitation forestière et les plantations dans la zone supérieure Baram.

Seulement cinq ans après le début de l’exploitation forestière, notre région est sévèrement dégradée.

Dans cette lettre, nous expliquons nos craintes que les dernières zones de forêt primaires dans le Haut-Baram soient complètement détruites avant l’officialisation de cette aire protégée et l’expiration des concessions d’exploitation.


Nous insistons sur l’extrême urgence de notre demande avant la disparition rapide des forêts de notre région.

Derniers îlots

Les derniers îlots de forêt primaire disparaissent progressivement dans notre région de Ba Jawi : en 2010, la forêt primaire de Ba Jawi était encore intacte ; en 2015 – seulement cinq ans après le début de l’exploitation forestière – la région est sévèrement dégradée et la diversité biologique considérablement réduite. Seules quelques zones de la région de Selungo demeurent intactes à l’heure actuelle avant d’être en danger immédiat dans les mois à venir.

Nous appelons notre ministre en chef à soutenir ce projet de réserve forestière de Baram, la dernière forêt tropicale intacte restante au Sarawak. Nous espérons qu’il entendra nos voix et pourra arrêter toutes les activités d’exploitation forestière dans la zone supérieure de Baram afin de sauver dernières parcelles de forêts primaires des îles du Sarawak encore non exploitée.

Traduction : Aliénor Simon

Source : Penan communities request urgent logging moratorium

Publié sur AlterAsia

http://www.alterasia.org/201605271505/urgence-communautes-penan-secours-dernieres-forets-primaires-sarawak/?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s