Importance du renouvellement des questionnements et des vocabulaires

219-C1_webDans son avant-propos, Frank Barat, souligne, entre autres, le devenir militant par les livres, la transformation par des lectures… Il revient sur ce passé, volontairement mis en silence dans « le processus de paix », la Nakba, l’exode forcé – le nettoyage ethnique – des deux tiers de la population palestinienne. Il souligne aussi l’essor de la campagne Boycott, désinvestissement et sanctions (BDS)…

Une discussion divisée en trois parties : « le passé, où nous concentrerions notre attention sur le sionisme en tant que phénomène historique, le présent, où nous nous questionnerions en particulier sur la pertinence d’appliquer le modèle de l’apartheid à Israël et sur l’efficacité de la campagne BDS en tant qu’importante stratégie de solidarité avec le peuple palestinien, et l’avenir, où nous mettrions en balance la solution à deux Etats et celle à un Etat »

Je souligne particulièrement le premier texte d’Ilan Pappé « Débats d’hier et d’aujourd’hui », sa critique de l’Etat d’Israël qui n’en reste pas aux politiques menées mais aussi à « l’idéologie qui les sous-tend et la nature même du régime ». L’auteur parle de colonialisme et de dépossession, du renouveau historiographique, de 1948 et de « décolonisation, changement de régime et solution à un Etat ». Il critique l’« orthodoxie pacifiste » et soutien la campagne BDS s’inspirant du mouvement anti-apartheid…

Il insiste, entre autres, sur l’histoire de la colonisation de peuplement, le caractère ouvertement raciste de l’Etat d’Israël, la source idéologique de l’assujettissement des populations palestiniennes à savoir le sionisme et préconise « la décolonisation de l’ensemble du territoire israélo-palestinien et la substitution de l’actuel régime israélien par la démocratie pour tous ».

Si cette approche me semble en effet la plus enrichissante politiquement, je me garderai cependant de trancher entre les « solutions » à un ou deux Etats. Seules les mobilisations concrètes, les modifications des rapports de force, la désagrégation de ce qui forge l’unité (derrière les divisions sociales) de la population « juive » israélienne, les choix politiques autonomes des populations palestiniennes… détermineront les évolutions et les ruptures, les calendriers des possibles et la forme que pourront prendre les organisations institutionnelles… En tout état de cause, seules des solutions démocratiques pour toutes et tous – Etat de toutes et tous les citoyen-ne-s, respect des droits et égalité de traitement des minorités (ce qui pourrait nécessiter des politiques de positive action), séparation du politique et du religieux, parité homme-femme, etc. – inséparables de la construction de l’égalité sociale et de politiques de réparation permettront de faire du futur un possible commun.

Ilan Pappé parle de « l’orthodoxie pacifiste », la campagne BDS, le droit au retour des réfugié-e-s palestinien-ne-s. Il analyse le sionisme sous l’angle de la colonisation de peuplement. Il conviendrait de rappeler le refus de droits collectifs pour les populations juives en Europe notamment (et les propositions des austro-marxistes ou du BUND) sur lequel a pu se construire le sionisme. L’auteur parle au présent de régime d’apartheid, du régime foncier et des procédés juridiques à l’intérieur de l’Etat israélien, des politiques juridiques, économiques et culturelles qui tendent à « devenir les mêmes des deux cotés de la ligne verte », des discriminations fondées sur l’« ethnicité », du nettoyage ethnique et des réparations, de « désarabisation » des populations juives originaires des pays « arabo-musulmans », du confinement des palestinien-ne-s et de leurs villages étranglés, de l’émergence d’une nouvelle « élite politique en Palestine », de déshumanisation et de corruption morale, « La déshumanisation es le fruit amer de la corruption morale induite par la militarisation de la société israélienne ».

Je souligne la qualité des analyses sur les effets du « processus de paix », l’histoire de la partition et de destruction de la Palestine. (Je ne partage cependant pas l’utilisation de la notion de « politiques génocidaires »), Israël comme Etat voyou, la question du droit au retour, « La Nakba s’est déroulée à l’endroit où se trouve aujourd’hui Israël, et non en Cisjordanie ou dans la bande de Gaza ». Sans oublier « l’absence de tout discours socialiste dans le débat sur la Palestine »

Les dialogues entre Noam Chomsky, Ilan Pappé, les questions interventions de Frank Barat permettent d’aborder, sous des angles différents et quelques fois divergents, les liens entre passé et avenir, « Oublier le passé implique d’oublier l’avenir », l’idéologie sioniste, les effets « mentaux » de la colonisation de peuplement, la construction de l’Etat comme « processus de violence extrême », l’absence de nationalité israélienne, le sionisme (antisémite) chrétien, les lois très restrictives sur l’immigration aux Etats-unis dans les années 20, « la préséance à l’expansion sur la sécurité », les différences avec l’apartheid en Afrique du sud, les questions des classes sociales, le soutien des Etats-Unis à l’Etat d’Israël et ses conséquences, la fragmentation de la société palestinienne, la campagne BDS, le boycott culturel, l’accaparement de l’eau, le Printemps arabe et le rôle des organisations syndicales, les 45 ans d’occupation gommant la distinction entre « ici » et « là », le principe d’égalité des droits de la personne et des droits civils, la société israélienne « très endoctrinée », le Hamas et l’OLP, l’absence d’économie productive en Palestine, etc.

Des textes individuels des deux auteurs regroupés dans une partie « Reflexion » complètent les thématiques traitées, en particulier, sur les opérations militaires à Gaza, la situation en Cisjordannie, les crimes de guerre…

En complément possible :

Palestine : les conversations de Noam Chomsky et d’Ilan Pappé rapportées par Frank Barat, palestine-les-conversations-de-noam-chomsky-et-dilan-pappe-rapportees-par-frank-barat/

Noam Chomsky, Ilan Pappé : Palestine l’état de siège, le-sionisme-est-une-atrocite-inachevee-contre-le-peuple-palestinien/

Ilan Pappe :

Le nettoyage ethnique de la PalestineAbîme entre réalité et représentation

Une terre pour deux peuples, Histoire de la Palestine moderne, Une histoire refusant la primauté des points de vue nationaliste, ethnique ou religieux

Conversation avec l’historien israélien Ilan Pappe, conversation-avec-lhistorien-israelien-ilan-pappe/

et la rubrique /israel/ et /palestine/

Noam Chomsky – Ilan Pappé : Palestine

ouvrage dirigé par Frank Barat

Traduit de l’anglais par Nicolas Calvé

Ecosociété, Montréal (Québec) 2016, 182 pages, 19 euros

Didier Epsztajn

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s