« Le jugement dernier », Jerôme Mesnager, église Saint-Merry, Paris, juin 2016

Amoureux de ma ville, Paris, passionné de photographie, comme mes glorieux aînés, maîtres de la photo humaniste, je sillonne les rues de ma ville à la recherche de l’«instant décisif ». Au hasard des rues, en 1983, j’ai rencontré « l’homme blanc » de Jérôme Mesnager. Cet homme blanc était pour moi un fantôme qui laissait sa trace là où il se posait. Il s’appuyait contre un mur, il s’asseyait sur un banc, il s’accrochait aux rebords d’une fenêtre et une forme blanche témoignait de son existence et de son passage. Je l’ai suivi à la trace pendant des dizaines d’années toujours heureux de retrouver les preuves de sa coexistence avec ses frères humains. Ce corps blanc interagissait avec son environnement, un peu à la manière du travail de Levalet aujourd’hui. C’était un clin d’œil souvent drôle, tendre ; toujours poétique. L’idée d’un fantôme (tout le monde sait que les fantômes sont blancs) parcourant ma ville et laissant sa trace comme autant de petits cailloux blancs me ravissait. Voilà quatre ans, rue Bourret, dans le XIXème arrondissement de Paris, j’ai découvert peinte sur le mur extérieur de l’école Saint Georges, une immense fresque composée quasi uniquement d’hommes blancs. Ces formes étaient des hommes et des femmes; les scènes désambiguïsaient le genre des personnages. Hommes blancs et femmes blanches donc, faisaient des rondes. Saint-Georges monté sur son destrier terrassait la bête immonde. Mon fantôme avait disparu. Les traces s’étaient incarnées et étaient devenues des personnages.

DSCN7053 (2)

DSCN7054 (2)

Dans la presse, début juin, je lis que Jérôme Mesnager, invité par le Centre paroissial de l’église Saint-Merry, expose un tableau dans la nef. J’y cours et découvre une toile de grandes dimensions (environ 4 mètres sur 7). Sur un fond bleu « Klein » des personnages blancs représentent le jugement dernier. Le tableau de Mesnager est une « appropriation » de la célèbre fresque de Michel-Ange, peinte sur un haut mur de la chapelle Sixtine. Les points communs sont pourtant fort peu nombreux. Le plus évident (quoique ?) est la composition. Dans une position centrale un grand corps blanc représente Jésus. C’est à partir de lui que la scène s’organise. Les élus sont en haut, les damnés en bas. D’un côté le paradis, de l’autre l’enfer. Pour reconnaître dans le grand corps blanc Jésus, il est nécessaire de connaître « Le jugement dernier » de Michel Ange. Les autres personnages n’ont pas d’identité, dans le sens que le spectateur ne peut savoir si ce sont des hommes ou des femmes et a fortiori si ces corps blancs représentent la Vierge, les martyrs, les personnages de « L’enfer » de Dante introduits par Michel-Ange. La composition de la fresque est plus complexe. Alors que d’aucuns y voient une spirale, j’y vois plutôt 3 cercles concentriques. Dans le premier cercle, central, Michel-Ange représente Jésus et sa mère Marie. Le second cercle, les saints se reconnaissent aux symboles de leur martyre. Le troisième est un cercle rompu en son milieu ; d’un côté les morts ressuscités aidés par des anges accèdent au paradis, de l’autre les damnés subissent les tourments de l’enfer (on comprend la parenté avec l’œuvre de Dante). Entre les deux, des anges et des démons se disputent les âmes des défunts. Les deux compositions ont des ressemblances (Un Christ en figure centrale, axe fondamental et organisateur, une partition des élus et des damnés) mais la fresque de Michel-Ange est non seulement d’une plus grande complexité mais sa composition est également symbolique de l’idée que les contemporains du peintre avaient des limbes, du purgatoire, de l’intercession des saints martyrs et de la Vierge (au contraire des Protestants), de la lutte que se livrent les armées d’anges et d’archanges contre les légions de démons. Par ailleurs, les contemporains reconnaissaient les personnages (le pape commanditaire de l’œuvre y est représenté par exemple) et la nudité des corps fit scandale (à tel point que des papes firent recouvrir les corps nus par de pudiques voiles jusqu’au XXème siècle, en commençant par le corps de du Christ!). La fresque de Michel-Ange est une illustration des dogmes du temps et avait une fonction d’édification (la résurrection de Jésus, le retour du Messie pour juger les vivants et les mots, le culte marial et celui des saints, la pesée des âmes etc.)

DSCN7055 (2)

DSCN6985 (2)

Mesnager n’a évidemment pas cherché à se confronter à Michel-Ange. Son tableau y fait respectueusement référence mais la comparaison s’arrête là. Il n’en demeure pas moins que son œuvre est un acte de foi. Elle illustre un courant peu connu parce que peu développé du street art dans notre pays : l’inspiration religieuse.

Richard Tassart

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s