Nous nous sommes réveillés. Nous n’allons plus jamais dormir

Couverture_Nkrumah-600x980Cette nouvelle collection « Pensées d’hier pour demain » se propose d’offrir au public, jeune en particulier, de courts recueils de textes de divers-e-s actrices/acteurs qui, hier, furent au cœur de la lutte des peuples pour l’émancipation et dont, aujourd’hui, la pensée s’impose toujours comme de la plus grande actualité.

Dans son introduction « Kwame Nkrumah », Amzat Boukari-Yabara parle, entre autres, de la nouveauté qu’un pays d’Afrique « est enfin dirigé par des Africains » avec l’accession du Ghana à l’indépendance, de la Conférence d’Accra, du panafricanisme, « Faisant du panafricanisme sa doctrine de politique étrangère, Nkrumah est convaincu que seule l’union des Etats Africains, dès leur accession à l’indépendance, leur permettra d’achever leur libération », des rapports entre souveraineté individuelle et continentale, du dépassement des « clivages géographiques, ethno-religieux et linguistiques », de gouvernement « continental et représentatif », de diversification de la production, de fondations d’une industrie lourde, d’agriculture d’autosuffisance, du coup d’état au Congo et du renversement de Patrice Lumumba, d’exil…

Des extraits de textes proposés, je souligne les liens permanents que fait Kwame Nkrumah entre indépendance et libération totale de l’Afrique, la mise en avant du « nationalisme des Africains », l’union des Etats et des territoires, « Cette unité africaine est tellement chère à nos cœurs que, dans la constitution républicaine que nous avons proposée, une disposition précise et concrète a été inscrite à ce sujet : que ce soit en tout ou en partie, la souveraineté du Ghana se veut subordonnée à la réalisation de ce grand objectif », le panafricanisme…

J’ai aussi été intéressé par son analyse de la place du Congo dans l’Afrique et son texte sur la philosophie de l’histoire.

Des textes pour rappeler les nécessaires luttes d’indépendance et reprendre les débats sur des apports et des limites des révolutions « anti-coloniales »…

Dans la même collection :

Patrice Lumumba : Entre la liberté et l’esclavage il n’y a pas de compromis

Frantz Fanon : Aussi notre revendication est-elle d’emblée totale et absolue

Amilcar Cabral : La lutte de libération est un fait essentiellement politique

Mehdi Ben Barka : Seul a un sens progressiste ou non le contenu politique et économique de l’indépendance

Thomas Sankara : Affirmer que nous sentons sur notre joue tout coup donne a n’importe quel homme du monde

Julius Nyerere : la-lutte-contre-la-colonisation-devait-aller-de-pair-avec-la-lutte-contre-la-balkanisation-de-lafrique/

Voir aussi l’ouvrage de Saïd Bouamama : Figures de la révolution africaine. De Kenyatta à Sankara, Zones 2014, Sortir l’Afrique de la nuit coloniale

Kwame Nkrumah: Recueil de textes introduit par Amzat Boukari-Yabara

CETIM, Pensées d’hier pour demain, Genève 2016, 96 pages, 8,50 euros

Didier Epsztajn

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s