Le prostitueur moderne et sa nounou Queer

Il y a quelque chose de très singulier dans le débat sur la prostitution. Alors que la majorité absolue des acheteurs de sexe sont des hommes, une écrasante majorité des intellectuels qui défendent la prostitution sont des femmes. C’est un phénomène étrange qui mérite sans aucun doute sa propre analyse.

Le prostitueur devrait, en théorie, avoir toutes les raisons de s’inquiéter en ce moment. Il est, pour la première fois, au centre du débat. Les législateurs prennent de plus en plus pour cible l’acheteur de sexe, ou « la demande » comme disent les ONG. Le Modèle nordique a été salué par le parlement de l’Union Européenne comme étant la législation la plus efficace pour lutter contre le trafic. Et le mouvement des survivantes du système prostitutionnel grandit dans le monde entier. Les femmes prennent la parole sur ce que les prostitueurs leur ont fait, comme dans le livre récemment publié, Prostitution Narratives : Stories of Survival in the Sex Trade. C’est la première fois dans l’histoire que tant de femmes révèlent collectivement ce qui se passe dans le monde de la prostitution – un monde où, jusqu’à présent, un homme pouvait presque tout faire à une femme sans que personne n’en sache rien. Ces temps sont révolus – l’acheteur de sexe devient visible. La tension monte. Sommes-nous arrivés à ce moment de l’Histoire où un homme doit effectivement être apprécié par une femme pour pouvoir coucher avec elle ?

Malgré tout, le prostitueur reste, en général, silencieux. Il n’a pas besoin de parler. Comme toujours, quand un homme est menacé, une femme vient à ses côtés pour l’aider. Dans le discours du « travail du sexe » au niveau international, nous ne trouvons généralement pas sur le devant de la scène un acheteur de sexe, mais plutôt une femme universitaire. Dans n’importe quel magazine, à n’importe quelle conférence, à n’importe quel évènement, où le prostitueur va être vaguement critiqué – une universitaire pro-prostitution est là pour le défendre.

Qui est-elle ? Eh bien, elle se nomme elle-même « subversive », « révolutionnaire », même « féministe ». Voilà exactement pourquoi le prostitueur a besoin d’elle en tant qu’ambassadrice. Une défense de la prostitution par cette femme rend celle-ci queer, pro-LGBT, moderne, équitable, socialiste – la quintessence même de la libération des femmes. Mais surtout, quand elle parle, nous oublions que l’acheteur de sexe existe.

L’accord tacite entre le prostitueur et la femme universitaire pro-prostitution est qu’elle fera tout pour défendre ses actes à lui, tout en veillant à ce qu’il reste dans l’ombre. Elle parlera indéfiniment de la prostitution, mais ne le nommera jamais lui. Sa tâche est de veiller à ce que la prostitution apparaisse comme une affaire de femmes uniquement. L’universitaire queer utilisera la femme prostituée tel un bouclier, protégeant les prostitueurs des feux de la rampe. Elle utilisera la femme prostituée de toutes les façons possibles – l’analysant, la reconstruisant et la déconstruisant, la proposant comme modèle d’identification, et se servant d’elle comme d’un mégaphone (c’est-à-dire un accélérateur de carrière), et ainsi elle se positionne, elle, en tant que « bonne féministe », en opposition aux « mauvaises » féministes.

Ce mouvement singe parfaitement la prostitution elle-même : la prostituée est visible, debout dans la rue ou dans un bar, alors que l’acheteur va et vient – il n’y a pas de honte qui se colle à lui, ni aucun mythe qui ne l’entoure. La fonction de l’universitaire queer est d’assurer que les choses restent ainsi.

Ce à quoi nous avons affaire ici est une défense de la prostitution constituée d’un double verrouillage. Toute personne désireuse de débattre de la prostitution aura bien du mal à discuter du prostitueur, car la femme universitaire pro-prostitution et la « travailleuse du sexe » se tiennent devant lui. Toute tentative pour parler de ce que fait, dit ou pense le prostitueur va ricocher en discussion sur les identités féminines et devenir une querelle de bonnes femmes dans une allée de miroirs.

Cet universitaire a sa propre définition du débat intellectuel. Quand elle parle, elle appelle cela « être à l’écoute ». Selon elle, sa parole n’est pas à proprement parler en faveur de la prostitution, elle est simplement « à l’écoute des travailleuses du sexe ». Plus elle parle fort, plus c’est la preuve qu’elle « écoute ». Lorsqu’une personne opposée à la prostitution parle, par contre, elle appelle cela « censurer ».

L’émergence du mouvement des survivantes a toutefois montré que cette « écoute » est tout sauf universelle. Lorsque les survivantes de la prostitution se prononcent contre la prostitution, l’universitaire queer ne les écoute pas, ou leur apporte sans relâche la contradiction. On voit ici que la personne qu’elle défend réellement n’est pas du tout la « travailleuses du sexe », mais le prostitueur.

Elle est du genre à déclencher une tempête sur Twitter si un homme est pris en flagrant délit de « mecspliquer » ou de « pèresévérer » ou si on l’appelle « ma chérie » ou si quelqu’un ose dire que les femmes, et non les « gens », tombent enceintes. On peut alors raisonnablement se demander comment son indignation sur ce genre de détails peut coexister avec son insensibilité complète à l’égard d’une industrie qui est, selon les études, la plus meurtrière pour les femmes.

Nous ne devons pas oublier que, pour elle, comme pour le prostitueur, une femme dans la prostitution est et demeure un type de femme « autre ». Bien sûr, elle va adopter un ton d’admiration là où le prostitueur a un ton de mépris, mais l’acception reste la même.

Voici la vérité : la fonction de cette universitaire n’est pas celle d’une révolutionnaire ni d’une féministe – elle ne cherche pas à défendre les femmes – elle est plutôt la nounou de l’acheteur de sexe. Une des plus anciennes fonctions patriarcales qui existent. Elle l’apaise quand il est inquiet et se charge de ses ennemis. Elle fait en sorte que personne ne lui retirera ses jouets, quoi qu’il leur fasse.

Rappelez-vous de la nounou d’antan qui traitait toujours le fils de la maison à la fois comme un maître et un enfant – lui obéissant, nettoyant après lui, et consolant ses pleurs sur ses genoux. La nounou, plus que tout autre personnage issu du patriarcat, est la femme compréhensive. Elle ne supporte pas de voir son jeune maître avoir faim – il mangera toujours avant elle – et elle ne le traite pas comme un homme responsable. Peu importe son âge ni ce qu’il fait, il restera toujours le garçon qui n’y est pour rien. Cette fonction a permis aux hommes des classes supérieures d’être tout à la fois des patrons et des enfants imprudents. On ne peut pas comprendre le patriarcat sans comprendre comment la nounou a modelé les échelons supérieurs de la masculinité.

Le prostitueur incarne exactement ce type personnage. Il est l’homme qui va commander et s’attendre à ce que tous ses caprices soient satisfaits, mais ne prendra jamais la responsabilité des conséquences de ses actions. S’il ruine la vie des autres, s’il contamine de MST aux femmes dans la prostitution et à son épouse, s’il participe à la traite organisée d’esclaves – eh bien quoi ? Ce n’est pas son problème.

Le prostitueur peut aujourd’hui ne plus avoir une nounou au sens littéral, mais ce qu’il a trouvé chez les femmes universitaires pro-prostitution s’en rapproche beaucoup : une nounou « queer » qui apaise ses inquiétudes, prend soin de ses besoins, et le défend contre le monde extérieur.

Le prostitueur peut continuer à se vanter de ses voyages d’affaires et de toutes les « putes » qu’il va s’y taper, mais il n’accepterait jamais que sa fille devienne l’une d’elles (il ne se marierait d’ailleurs pas non plus avec l’une d’elles). Il peut mater du porno et interdire à sa copine d’être aguicheuse mais jamais sa nourrice ne lui demandera de rendre des comptes. Elle ne s’inscrira jamais sur les forums en ligne – où les clients discutent et évaluent les femmes et les filles qu’ils achètent – pour informer ces prostitueurs que, « En fait, le juste terme c’est « travailleuse du sexe » et non pute. » Elle n’ira jamais les gronder pour leurs formules stigmatisantes ou leurs doubles standards. Les hommes sont comme ça, après tout…

Eh bien, si tel est le cas, laissez-les grandir et parler pour eux-mêmes. Si acheter du sexe est une si belle chose, que ces hommes sortent au grand jour et disent ce qu’ils font et pourquoi – avec leurs propres mots, les mêmes mots qu’ils utilisent quand ils vont au bordel. Et quand les survivantes sortent de l’ombre ces prostitueurs, restez à l’écart. Ne laissez pas ces hommes s’accrocher à votre jupe pour se protéger. Nounous queer du monde entier, êtes-vous même payées pour agir en tant qu’ambassadrices des acheteurs de sexe ? Ou alors êtes-vous leurs bénévoles – en les protégeant des comptes qu’ils ont à rendre ainsi que des conséquences de leur irresponsabilité et immaturité – comme les femmes l’ont fait depuis toujours ?

Nounou Queer, il est l’heure de démissionner – vous aussi, vous méritez un sort meilleur. »

KAJSA EKIS EKMAN

article publié sur FEMINIST CURRENT le 24 août 2016

http://www.feministcurrent.com/2016/08/24/modern-john-got-queer-nanny/

Traduction : Collectif Ressources Prostitution

https://ressourcesprostitution.wordpress.com/2016/09/19/le-prostitueur-moderne-et-sa-nounou-queer/

De l’auteure :

La puta y la virgen representan a dos industrias en el mercado, kajsa-ekis-ekman-la-puta-y-la-virgen-representan-a-dos-industrias-en-el-mercado/

L’être et la marchandise – Prostitution, maternité de substitution et dissociation de soi, voir note de lecture : La transgression fétichiste des frontières se différencie de la dissolution révolutionnaire des mêmes frontières

Extrait de l’ouvrage « L’être et la marchandise. Prostitution, maternité de substitution et dissociation de soi », extrait-de-louvrage-de-kajsa-ekis-ekman-letre-et-la-marchandise-prostitution-maternite-de-substitution-et-dissociation-de-soi/

Entretien : Être et être achetée: Une entrevue avec Kajsa Ekis Ekman

Le site de KAJSA EKIS EKMAN :

http://kajsaekisekman.blogspot.fr/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s