Une Ténébreuse Affaire… Les ossements étaient bien humains

(Col de l’Espigoulier – Massif de la Sainte-Baume – Aubagne – Bouches-du-Rhône, 2 Décembre 2016)

images

Une Ténébreuse Affaire ! Nous ne voulons pas, chers lecteurs, vous ramener à l’évocation du roman, fragment de la Comédie Humaine d’Honoré de Balzac relatant un épisode obscur de l’époque napoléonienne et les manœuvres de l’ombre du traître Fouché.

images-2

Notre ténébreuse affaire est toute récente et non encore totalement élucidée. Notez bien la date. Nous sommes le 2 Décembre 2016. La grande primaire du parti Les Républicains s’est close il y a huit jours. Le quotidien régional La Marseillaise rapporte à ses lecteurs, dans son édition d’aujourd’hui, l’énigmatique découverte, il y a quelques jours, par un groupe de randonneurs, aux abords du col de l’Espigoulier, dans le Massif de la Sainte-Baume, à quelques kilomètres à vol d’oiseau de la petite ville d’Aubagne, découverte au milieu des éboulis rocheux d’une carcasse entièrement rongée par les busards et les renards. Il n’existe plus depuis longtemps de loups dans cette région escarpée et boisée de la montagne provençale, ceci malgré les quelques tentatives de réintroduction de ces dernières années. Ainsi nous est épargnée l’habituelle accusation du maléfique animal que ne manquent jamais de brandir les bergers lors de la découverte d’ossements dans la garrigue.

Carcasse rongée et pas encore blanchie, qu’un peloton spécialisé de gendarmerie a immédiatement transporté à l’Institut médico-légal de Marseille pour les besoins d’identification. Et elle ne s’annonce pas simple.

images-3

À la vue du crâne et des énormes mâchoires analogues à celles du requin-bouledogue, les premiers enquêteurs s’interrogeaient sur le possible échouement d’un grand squale sur le relief escarpé des abords de l’Espigoulier. Hypothèse rapidement balayée par le simple calcul de la distance à la côte, environ 25 km à cet endroit.

Abandon d’un animal malade par un cirque ou un aquarium ambulant ? Aucun élément tangible sérieux ne venait là non plus étayer cette hypothèse.

Elle était finalement totalement invalidée après la visite à l’Institut médico-légal de Marseille de deux experts du Musée Océanographique de Monaco diligentés par le Prince Albert Ier en personne, ainsi que par les premières conclusions des légistes marseillais : les ossements étaient bien humains. Le processus d’identification pouvait enfin commencer.

Taille, environ 1,58m, assertion étayée par la découverte dans le périmètre immédiat de la carcasse de bottines à hautes talonnettes ; sexe masculin ; corpulence moyenne ; âge d’environ 60 ans ; absence de signes de carence ou de maltraitance au premier examen des pièces squelettiques dont la morphologie attestait l’origine, non pas gauloise, très fréquente dans cette région, mais magyare.

Le décès serait relativement récent, remontant à huit jours. Accidentel ou criminel ?L’enquête ne fait que commencer dans cette Ténébreuse Affaire, et le Procureur de la République François Collins a bien voulu en faire le point lors d’une conférence de presse.

images-4

Le magistrat s’est longuement attardé sur un élément important relevé par le premier constat de gendarmerie, la découverte à proximité immédiate de la carcasse d’un vanity-case contenant quelques effets courants de toilette et surtout un petit post-it affiché sur le miroir intérieur de la valisette, post-it porteur de l’énigmatique message : « Aubagne, sinon au bagne ».

Rien dans ce message, nous a indiqué le Procureur Collins, ne peut nous permettre de répondre à la question : accident, crime ou suicide ?

unknown

Comme d’ailleurs dans l’affaire encore récente, en 2012, a-t-il rappelé, celle du décès de l’ancien ministre libyen Choukry Ghanem retrouvé noyé dans le Danube. L’affaire avait mis en alerte de nombreux services secrets qui n’avaient jamais cru sérieusement à la thèse d’un suicide ou d’une mort naturelle. 

Dans notre certes ténébreuse affaire, a répété le Procureur Collins, décrypter le sens de ce message – Aubagne, sinon au bagne – ne nous livrera peut-être pas la clé complète de l’énigme, mais nous aura certainement fait beaucoup progresser.

« Aubagne, sinon au bagne » ! Mystérieux message ! Et c’est là qu’il faut saluer la sérendipité de nos gendarmes, a tenu à saluer le Procureur.

(Sérendipité, de l’anglais serendipity, signifie « le don de faire des trouvailles ». Le mot fut forgé par le linguiste anglais Horace Walpole en 1839. Le terme est illustré par la formule française « Quand on ne cherche pas, on trouve ».)

Aubagne ! Mais oui, s’est exclamé le Procureur Collins. Aubagne et sa caserne de la Légion Étrangère.

images-6

(La Légion Étrangère est un corps de l’armée de terre française, dont une des grandes caractéristiques est, depuis l’origine, son mode de recrutement. Formée en 1831 pour permettre au départ l’incorporation de soldats étrangers, longtemps noyau de l’Armée d’Afrique et des aventures coloniales, la Légion Étrangère est rentrée dans la légende, tout autant que par ces héroïques faits d’armes, à Camerone, Bir Hakeim et El Alamein, par son mode de recrutement. Car l’attrait de nombreuses recrues pour ce corps militaire, loin d’être le patriotisme reste encore bien souvent en rapport avec le désir d’échapper à la justice. Nous voulons parler là de cette population interlope où se croisent tous les « indésirables » : meurtriers, évadés, repris de justice, mendiants, criminels de droit commun, tous personnages en fuite et en rupture de ban.)

Nous voilà, Mesdames et Messieurs, a repris le Procureur Collins, au clair sur la signification de ce court message – Aubagne, sinon au bagne -. Notre homme cherchait à gagner Aubagne pour éviter le bagne.

L’enquête devrait maintenant rapidement progresser, nombre d’éléments s’assemblant comme ceux d’un puzzle : mâchoires de squale, morphologie osseuse magyare, bottines à talonnettes, fuite éperdue la justice aux trousses.

Nos enquêteurs pensent pouvoir aboutir dans les prochains jours à l’identification définitive.

Restera encore à percer le caractère accidentel ou criminel de cette Affaire de moins en moins Ténébreuse.

unknown-2Perte d’équilibre et chute dans la semi-obscurité, à la nuit tombée, encore à quelques kilomètres à marche forcée de la caserne d’Aubagne, sur des bottines à talonnettes peu propices au cheminement dans les éboulis rocheux de l’Espigoulier ? La probabilité est forte.

Liquidation maquillée en accident ? Par une diaspora libyenne vindicative ? Par un groupe de nervis d’une milice patronale chargé d’écarter toute possibilité de témoignage compromettant lors d’une comparution en justice ? Règlement de compte au sein d’un clan mafieux ? Vengeance après empiètement sur les plates-bandes d’un clan rival soucieux de ménager son pré carré identitaire ? On peut et on doit tout envisager, a conclu le Procureur Collins.

Mesdames, Messieurs, nous devrions aboutir rapidement. La séance est levée. Je vous remercie de votre attention.

Jean Casanova

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s