Coulrophobie

(Académie Annie Fratellini – 1, rue des Cheminots – La Plaine Saint-Denis – Seine-Saint-Denis – 15 Octobre 2016)

images

Nous sommes aujourd’hui en visite privée à l’Académie du Cirque Annie Fratellini. Venus dire toute notre sympathie à Florence Fratellini, sa directrice, après la disparition de Pierre Étaix. Ce clown si tendre et délicieux ! Ils ne le sont pas tous.

La farce serait-elle allée trop loin ? Depuis l’été dernier, aux États-Unis, lors de réunions publiques qui se tiennent tous les quatre ans et que l’on appelle Primaires, l’apparition d’un clown sinistre sème l’inquiétude aux quatre coins du continent, de la Californie au Minnesota, du Tennessee au Dakota.

À l’approche d’Halloween, l’inquiétude grandit et avec elle courent les rumeurs les plus folles : des clowns monstrueux terroriseraient les enfants en cherchant à les attirer dans les bois ; d’honnêtes et vertueuses mères de famille se plaindraient d’attouchements de la part de sinistres personnages à la chevelure peroxydée. Rumeurs relayées par les réseaux sociaux et amenant les autorités à faire part qu’elles allaient prendre toutes mesures nécessaires. Soucieux de son image commerciale, Mac Donald a annoncé lui-même que sa mascotte, le gentil Ronald, allait limiter ses apparitions dans les fast-foods.

Une véritable épidémie de coulrophobie, ont diagnostiqué les spécialistes.

(La coulrophobie est une phobie, une peur exagérée des clowns. Le préfixe coulro vient du grec ancien kôlobathristês, signifiant « acrobate qui est sur des échasses ». Les personnes sujettes à la coulrophobie sont effrayées à la vue d’un clown et peuvent même se mettre à pleurer ou avoir des réactions très fortes caractéristiques d’un état de terreur tels que spasmes ou difficultés respiratoires.)

Même au pays d’Halloween, où l’on en a vu bien d’autres, l’émotion est considérable.

images

(Halloween est une fête originaire des pays celtiques, célébrée le 31 Octobre, à la veille de la Toussaint. Son nom est une contraction de l’erse, le celte écossais, All hallow even qui signifie The eve of All Saints Day en anglais contemporain. On peut le traduire par « la veillée de la Toussaint ». Ce sont les émigrants irlandais et écossais arrivés en Amérique du Nord après la Grande Famine d’Irlande, aux environs de 1850, qui ont introduit cette tradition quasi païenne aux États-Unis. Les enfants s’y déguisent avec des costumes effrayants de sorcières, de monstres, de clowns ou de vampires, pour aller sonner aux portes, à la nuit tombée, en demandant des friandises. Avec la formule ricanante et menaçante : Trick or treat qui signifie « des bonbons ou un sort ».)

Les spécialistes soulignent volontiers la prégnance, osons ce néologisme, de cette forme de terrorisation dans la culture populaire anglo-saxonne. Prégnance attestée par sa mise en scène répétée à la télévision et au cinéma. De Bienvenue à Zombieland à Buffy contre les Vampires, en passant par la figure du Colonel Sheppard, le héros de Stargate Atlantis, avouant sa trouille des clowns et expliquant : « Je les déteste depuis que je suis tout petit. Ils s’entraînent à combattre sous d’immenses chapiteaux, et cela me fait peur. »

unknown-2

Nous en resterons là, chers lecteurs, en vous indiquant malgré tout que la mobilisation de l’opinion publique Outre-Atlantique est telle que d’ici le 8 Novembre, date de l’élection présidentielle au pays de la bannière étoilée, tout sera mis en œuvre pour traquer, démasquer et mettre hors d’état de nuire l’angoissant personnage.

Notre inquiétude porte, il fallait s’y attendre, tant l’Outre-Atlantique est souvent précurseur, mais jamais avec une telle rapidité de contagion, nous en restons confondus, sur la propagation en France du phénomène.

Encore qu’il faille probablement les interpréter comme symptomatiques de notre lourde dépendance vis-à-vis de la culture anglo-saxonne, nous ne nous attarderons pas sur ces quelques menus événements signalés à Béthune, dans le Pas-de-Calais, et à Péronne, dans la Somme voisine, où des jeunes gens déguisés en clowns monstrueux et armés de tronçonneuses en matière plastique ont été arrêtés, ces derniers jours, par la police, alors qu’ils terrorisaient les enfants à la sortie des écoles.

L’événement était clos par la publication d’une circulaire officielle du Ministère de l’Intérieur : « Les clowns qui s’inspirent de Massacre à la tronçonneuse ne sont pas bienvenus devant les écoles ».

unknown-3

En quoi, vous posez vous la question, seraient donc bienvenus, sinon devant les écoles, mais sur les plateaux télévisés, d’autres clowns, eux aussi grimés et menaçants, pour un massacre à la tronçonneuse du Code de la Nationalité, celui du Travail a déjà bien souffert, massacre et tronçonnement de l’État Social, de nos libertés et de la Magistrature, des services publics et de bien d’autres choses qui font encore le ciment de notre République ?

Vous n’avez certes pas manqué leur apparition, l’autre soir à la télévision, dans un grand show de cirque, rivalisant dans la menace et la grimace, toutes deux propres à réveiller chez vous les pires angoisses, celles que les spécialistes nomment précisément coulrophobie.

unknown-5Tout particulièrement devant l’un d’entre eux, le plus petit mais pas le moins atroce, auprès duquel ses différents comparses apparaissaient blanches colombes, tant le monsieur était vilain. Allusion, vous l’aviez saisie, à Blanches colombes et vilains messieurs, le film musical de Joseph Mankiewicz des années 50.

La chose est établie, les spécialistes en coulrophobie vous le confirmeront : l’atrocité du grimage de l’un a souvent pour conséquence de vous jeter dans les bras de l’autre, au masque moins hideux et moins tapageur. Comportement très Primaire, soulignent-ils.

images-2

Aujourd’hui donc, à La Plaine Saint-Denis, en visite à l’Académie Fratellini, première École du Cirque fondée en France par la regrettée Annie Fratellini, visite amicale pour y rencontrer sa fille Florence, la directrice actuelle, à laquelle nous venions présenter nos condoléances attristées après le décès survenu le 14 Octobre de Pierre Étaix, mari d’Annie et cofondateur de l’Académie, un clown tendre et poète dans l’âme, aujourd’hui donc, nous nous sommes interrogés.

À Florence Fratellini, nous avons posé la question, toute dénuée d’arrière-pensées, de son interprétation du surgissement aujourd’hui d’un tel phénomène, et, par phénomène, nous entendons d’un tel personnage, ce clown monstrueux prénommé Nicolas, dans un pays où la tradition d’Halloween ne s’est jamais pourtant vraiment implantée.

En spécialiste du monde du Cirque, Florence nous a expliqué que le rappel des clowns sur la piste est depuis longtemps un procédé bien connu de tous les directeurs de spectacle. Lorsque l’attention du public fléchit après un numéro raté, décevant, fatiguant, voire consternant, lorsque les applaudissements ont cessé depuis longtemps dans des gradins qui commencent à se vider, il faut faire revenir les clowns.

Leur arrivée sur la piste est censée relancer l’attention et la ferveur du public. Mais, a-t-elle concédé, l’effet de scène doit être centré sur le rire et non sur la peur.

Et, comprenant bien le sens de notre question – pourquoi ces clowns maintenant – c’est vrai, a-t-elle remarqué, le numéro précédent, il a duré presque cinq ans, était particulièrement affligeant. N’aurait-il pas ouvert la voie à toutes ces clowneries ? 

images-3

Jean Casanova

2 réponses à “Coulrophobie

  1. Et comment nomme-t-on celui qui a peur des coulrophiles ?
    Un coulrophilephobique ?
    Un clown seul n’est jamais qu’un clown , c’est à plusieurs qu’ils deviennent dangereux … c’est inquiétant cette contagion planétaire de clowneries .
    Même enfant , je n’aimais pas le cirque et aux images avais une préférence pour le clown triste .

  2. BRAVO POUR LA COULROPHOBIE.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s