Deux annonces du Centre Audiovisuel Simone de Beauvoir


18bbcb90-abdd-44e7-a404-de8ba973b6b2

SÉMINAIRE TRAVELLING FÉMINISTE

Dans le cadre du projet d’exposition et de recherche

Exposer Delphine Seyrig ?

Nous avons le grand plaisir de recevoir

Ulrike Ottinger

bc05ce8c-6f63-4d6e-a668-a216573e18ae

Delphine Seyrig dans « Dorian Gray im Spiegel der Boulevardpresse » 1984

Jeudi 1er décembre 2016 à 18h

au Forum des images (Paris)

Salle 50

Ulrike Ottinger est cinéaste, peintre, photographe, metteuse en scène, figure de la scène underground berlinoise et du nouveau cinéma allemand. Née en 1942, Ulrike Ottinger débute comme peintre à Paris avant de retourner l’Allemagne, où elle tourne son premier film en 1972. Son œuvre, singulière et anticipatrice, donne à voir un univers queer dans lequel la fiction et le documentaire s’entremêlent dans un défi constant aux normes sexuelles et genrées. Son travail ne se limite pas à la réalisation : photographe, scénariste, productrice, opératrice, décoratrice, costumière, Ottinger prépare ses tournages en composant des storyboards qui sont des livres d’artiste. Les oeuvres de Ulrike Ottinger ont été montrées notamment à la 3e biennale de Berlin (2004), à la Documenta11 à Kassel (2002) et à la Biennale de Venise (1980). Des expositions personnelles et rétrospectives de ses films ont notamment eu lieu au Centre Pompidou à Paris (2010), au Musée Reina Sofia, Madrid (2004), et au MoMA de New-York (2000).

Lors de ce séminaire en forme d’entretien, Ulrike Ottinger reviendra sur sa collaboration avec Delphine Seyrig dans les années 1980, sur son travail avec les actrices, ses choix de décors, costumes, mascarades et scénarios, ainsi que sur la question de l’archive qui sont au cœur de son travail. Ulrike Ottinger a tourné plusieurs films avec Delphine Seyrig : Freak Orlando (1981), Dorian Grey im Spiegel der Boulevardpresse (1984), Johanna d’Arc of Mongolia (1990) et le court-métrage Superbia (1986).

 

Le séminaire Exposer Delphine Seyrig ? a lieu dans le cadre du projet de recherche et d’exposition éponyme à venir qui vise à repenser la personne et les œuvres de Delphine Seyrig (1932-1990) dans le présent. Actrice, réalisatrice, féministe et co-fondatrice du Centre audiovisuel Simone de Beauvoir, Seyrig est une figure singulière dont la trajectoire croise celle de l’histoire du cinéma, du théâtre, de la vidéo et du féminisme.

 

Ce projet du Centre Audiovisuel Simone de Beauvoir est organisé par Nataša Petrešin-Bachelez, Nicole Fernández Ferrer et Giovanna Zapperi avec le soutien de Travelling féministe, le Forum des Images et la Fondation de France.

******

Jacqueline Kalimunda

Floris

Rwanda France, 2016, 53 min,

version originale kinyarwanda, française et anglaise sous-titrée en français.

238e7d6e-248e-4285-9121-cc694c1bef1a

De l’amour au Rwanda

Rwanda France, 2016, 6×10 min,

version originale kinyarwanda, française et anglaise, sous-titrée en français.

8effd61b-de4f-41ed-8782-bee91d9c7029

Mardi 13 décembre 2016 à 21h

au Forum des images (Paris)

En présence de la réalisatrice.

Floris

Floris est le dernier magasin de fleurs à Kigali. Depuis 15 ans, les habitants de toute la ville y viennent pour organiser un mariage et d’autres, quelquefois les mêmes, pour fleurir un enterrement ou un mémorial.

De la Saint Valentin à la saison des mariages, en passant par la période de deuil au mois d’avril, Donatille, la propriétaire, accueille ses clients avec entrain et générosité, aidée en cela par une équipe de jeunes employés, qui appartiennent tous à une nouvelle génération qui n’a pas connu le génocide.

Alors que la question de la survie du magasin se pose, Floris est une histoire d’amour et de survie dans un pays qui oscille entre le poids d’un passé traumatisant et l’appel à la vie.

De l’amour au Rwanda

Dans l’effervescence de la reconstruction, parce qu’ils ont besoin d’aller de l’avant et de se sentir vivants, les Rwandais cherchent l’amour. Pour cela, la nouvelle génération utilise les résaux sociaux et les sites de rencontres.

Mais cette nouvelle génération doit aussi vivre avec les conséquences du génocide, un événement tragique qui façonne l’intime et le quotidien, même si nombreux sont ceux qui ne l’ont pas vécu.

En empruntant aux codes du site de rencontre, De l’amour au Rwanda,  est une web serie romantique qui parle de célibataires, de couples et de familles en quête d’amour au Rwanda aujourd’hui.

Jacqueline Kalimunda

Jacqueline Kalimunda est une auteure-réalisatrice et productrice de films franco-rwandais, née à Kigali.

Issue des universités Dauphine à Paris et Westminster à Londres, Berlinale Talent et lauréate de la bourse Africa First du studio américain Focus Features, elle a produit et réalisé lors de ces 12 dernières années de nombreux films avec des partenaires tels que Canal Plus, Focus Features, South African Broadcasting network (SABC) ou TV5 Monde…

Son travail est ouvert sur la fiction (Histoire de Tresses, 2002, Lala & les gaous 2009, Burning Down, 2012) et le documentaire (Homeland, 2006, Imagine Africa 2007…).

La séance sera suivie d’un débat avec la réalisatrice.

Rendez-vous sur l’Agenda du site du Centre en cliquant ici.

Billetterie en ligne

18bbcb90-abdd-44e7-a404-de8ba973b6b2

Pour en savoir plus sur les futures programmations,

rendez-vous sur l’Agenda du site du Centre en cliquant ici.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s