Un caïd en cavale

(Le Lavandou – Var, 23 Novembre 2016)

cavale-du-caid_1

Les habitants de la petite commune du Lavandou, aux abords du Cap-Nègre, dans le Var, ainsi que les riverains des petites criques voisines se sont réveillés ce matin, à 7 heures, dans le bruit du grondement des rotors d’hélicoptères tourbillonnant dans l’aube du ciel azuréen encore gris à ces premières heures du jour.

Les ninjas du RAID et du GIGN donnaient l’assaut et investissaient les abords de la somptueuse villa-bunker Carla Mia, ses palmiers alignés le long des pelouses dallées, sa majestueuse piscine à débordement face aux Îles d’or et ses terrasses en bois précieux.

cavale-du-caid_2

Le terme de ninja vient du japonais moderne ; il désigne celui qui a été formé au ninjutsu, discipline martiale des périodes guerrières du Japon médiéval. Par extension, ce terme désigne aujourd’hui les hommes des commandos d’élite dans de nombreuses gendarmeries du monde.

Objectif du RAID et du GIGN, l’arrestation, avant sa fuite prévisible à l’étranger, du propriétaire des lieux, le caïd Paul Manganèse, dit Paulo le Magyar.

cavale-du-caid_3Défonçant les vitres blindées des portes-fenêtres, dans le tonnerre assourdissant de l’explosion des grenades paralysantes, les gendarmes investissaient la villa qu’ils redoutaient piégée, et ceinturaient et menottaient les huit occupants des lieux, non sans que certains d’entre eux, gardes du corps surarmés, n’aient dégainé et tenté de résister.

Le neuvième, réfugié au dernier étage dans une panic room, où il restait barricadé pendant une heure, était plaqué au sol et ceinturé au moment où il allait s’échapper par une lucarne.

Une panic room (le mot anglais, signifiant littéralement « pièce de panique ») est une pièce fortifiée et sécurisée, telle une chambre forte, dans laquelle il est prévu de se réfugier en cas d’intrusion à son domicile d’individus menaçants.

Les identités vérifiées, il fallait se rendre à la terrible et cruelle évidence : ni Paul Manganèse, ni son épouse Chlora, ne faisaient partie du coup de filet.

cavale-du-caid_4« Que du menu fretin », textait immédiatement au Ministère de l’Intérieur le Commandant Brouteau, qui dirigeait l’opération. Parmi les acolytes menottés de Paulo le Magyar, maigre consolation, Pierrick Valkany, lui aussi d’origine hongroise, mais surnommé l’Africain en raison de son implication dans de nombreux dossiers Outre-Méditerranée, celui de la firme UraNim au Niger, celui de sa luxueuse villa dissimulée au fisc à Marrakech et celui de ses relations très étroites et monnayées avec un dictateur tchadien.

« Bien joué ! Je le veux dans mon bureau, dès cet après-midi. » C’était là le câble immédiat du juge Erik Vansteenbergen, en charge du dossier de blanchiment de fraude fiscale de l’Africain. « Pour Paulo le Magyar, ramassez tout ! Je veux tout ! Portables, agendas, ordinateurs, cartes bancaires… »

Pour en revenir à Paulo le Magyar et à « la mise de paquet » de la force publique que constituait l’assaut de sa villa-bunker, sachez, chers lecteurs, que ce dernier n’est pas un petit loubard de banlieue. Les enquêteurs ont à son encontre une liste de charges digne de celle du FBI lorsque Eliot Ness procéda à l’arrestation d’Al Capone en 1931.

Participation à de nombreuses organisations frauduleuses, notamment en Libye et en Bygmalie, extorsion de fonds, blanchiment, escroquerie en bande organisée, rétrocommissions sur vente de matériel militaire, tentative de corruption de magistrats…

Il aura fallu cinq ans d’investigation au juge Erik Vansteenbergen pour mettre un coup d’arrêt à ce parcours stupéfiant, on craint que ce terme n’aboutisse encore à incriminer d’autres agissements, mais ce n’est pas établi. Parcours stupéfiant longtemps protégé par une immunité garantie par des mandats politiques, dont on soupçonne maintenant qu’ils n’étaient qu’une façade.

La saisissante clôture de la Primaire du 20 Novembre dernier rebattait les cartes et décidait hier le juge Erik Vansteenbergen à délivrer le mandat d’arrêt et la gigantesque opération d’interpellation.

Trop tard ! Paulo le Magyar et son épouse Chlora avaient déjà prit la poudre d’escampette. Un probable exil lointain, certainement préparé à l’avance de longue date.

cavale-du-caid_5

Mendeliev, l’auteur de la classification périodique

Des informations de sources autorisées, mais encore confidentielles, feraient état de l’acquisition ces derniers mois, par un prête-nom, Paul Bismuth – toujours dans la classification de Mendeliev (noms de code, Bismuth Bi 83 et Manganèse Mn 25) – d’une hacienda sur les bords de l’Orénoque, à Cali, en Colombie.

Renforçant le plausible de cette hypothèse, le siège dans cette ville, Cali, la troisième de Colombie, de la Clinique Alba Diaz, considérée comme la Mecque de la chirurgie esthétique. Vous savez déjà, chers lecteurs, que celle-ci ne sert pas uniquement à remonter les seins et à effacer les brioches.

cavale-du-caid_6

Comparaison qui pourra choquer, nous le regrettons sincèrement, espérons que la traque sera moins longue que celle de 30 ans, menée par Beate Klarsfeld, pour retrouver et faire arrêter dans la Bolivie voisine le Hauptstürmbahnführer Klaus Barbie.

Jean Casanova

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s