Et à partir de là, elle et il sont des pirates

cache_52838578Réalité, fiction, romanesque, récit, réel et travail d’écriture…

Plus qu’une histoire de détournement d’avion, plus que le parcours sur un chemin caillouteux, la rencontre avec des « personnages », des êtres humains comme vous et moi. Des faits et des gestes dont ils sont responsables. Et ces éléments de contextualisation qui permettent d’approcher la complexité. (Lire par exemple : Bernard Lahire : Pour la sociologie. Et pour en finir avec une prétendue « culture de l’excuse », regarder-avec-lattention-de-la-connaissance/). Ici, avec les formidables moyens d’évocation de l’écriture, une histoire de pirates après un roman de pirates…

« C’est l’histoire de Jean et Melvin McNair, l’histoire d’un temps où détourner un avion était plus facile que braquer une banque, où il ne serait venu l’idée à personne de le précipiter contre une tour, ni à le faire exploser. Deux Africains-Américains devenus pirates de l’air, inextricablement inscrit dans leur époque.

Une destinée qui relie la France et les Etats-Unis, être noir ici et là-bas »

Un détournement d’avion, « Un acte sans rémission, donc. Ils l’ont payé, par la prison et l’exil ». Le travail d’écriture pour boucher les trous, essayer de comprendre pour celles et ceux qui n’ont pas connu la ségrégation raciale, et regarder en face le trop long chemin de l’émancipation…

Le temps et la ligne de couleur, cette ligne invisible et si visible, elles et ils sont noir-e-s. Sylvain Pattieu parle du mouvement pour les droits civiques, de la ségrégation scolaire, des sit-ins, mêlant sans les emmêler les combats et les situations individuelles, comme cette montée d’adrénaline donnant l’énergie nécessaire à l’action.

Une histoire d’avion, une histoire d’Afro-américain-e-s, le Ku Klu Klan, Martin Luther King, le boycott des bus, la Nation of Islam, Malcom X, le Black Panther Party, Black is beautiful, le FBI et les assassinats, une histoire de relation amoureuse, la caserne et toujours la ségrégation, l’Europe et le Vietnam, les combats pour la dignité et l’égalité, la « litanie d’être noir aux Etats-Unis à ce moment-là », les incroyables histoires, Palestine, Algérie, le détournement et la suite…

Le procès, hier-aujourd’hui, le mouvement Black Lives Matter, « Ils ont recommencé par le milieu, on recommence toujours par là, jamais totalement vierge, jamais complètement affranchi, on fait avec l’héritage qu’on nous a donné, qu’on s’est construit ». Il n’y a jamais de table rase. Il n’y a aucun silence sur les actes.

De l’auteur :

Et que celui qui a soif, vienne. Un roman de pirates, le-temps-a-joue-avec-elles-et-avec-eux-au-trictrac/

Beauté parade, alors-ce-jour-la-on-peut-le-dire-oui-la-beaute-est-dans-la-rue/

Le bonheur pauvre rengaine, le-bel-instant-etait-passe/

Des impatientes, un-moment-ou-tout-reste-possible-et-ou-tout-est-improbable/

.

Sylvain Pattieu : Nous avons arpenté un chemin caillouteux

Editions Plain jour – les invraisemblables, Paris 2017, 158 pages, 13 euros

Didier Epsztajn

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s