François Fillon à l’ombre de la croix celtique

Il semble intéressant de se pencher sur la « team » de François Fillon

Dans l’entourage de celui-ci flotte comme un léger parfum d’extrême droite.

Passons rapidement sur Patrick Stefanini, son directeur de campagne, qui a été le concepteur du Ministère de l’Immigration et l’Identité nationale installé par Nicolas Sarkozy. Stefanini est à l’origine du ralliement de « Sens Commun » (courroie de transmission de LR dans la Manif pour Tous) à Fillon.

Quant à Valérie Boyer, députée des Bouches du Rhône et ardente supporter de la Manif pour Tous, elle veut inscrire « les racines chrétiennes de la France » dans la Constitution.

Terminons par « le Chouan » Bruno Retailleau, ex membre du MPF de Philippe de Villiers, qui considère que la loi Taubira cache « un projet de destruction de la société » et dénonce le « nouveau tournant libéral-libertaire » de la gauche à travers « la théorie du genre et la banalisation de l’IVG ». Retailleau est également opposé à une « société multiculturelle forcément multi-conflictuelle » et à l’immigration : « les gens qui viennent et notamment l’immigration africaine, ce sont des gens qui n’ont pas la même culture que nous, ce sont des gens qui viennent non pas pour être Français mais souvent pour profiter des droits sociaux français ». Grand défenseur de « l’École libre », il est actuellement président de la région des Pays de Loire et président du groupe LR au Sénat.

Trois personnes retiennent particulièrement notre attention. Gérard Longuet, Hervé Novelli et Anne Méaux.

A tout seigneur, tout honneur : Gérard Longuet. Plus qu’un simple militant, il a été, dans sa jeunesse, la tête pensante d’Occident. Groupuscule d’extrême droite, plus connu par ses agressions musclées sur les campus universitaires contre des militants d’extrême gauche et anticolonialistes que par son élaboration théorique et doctrinale.

photo01

BOULEVARD SAINT-GERMAIN GERARD LONGUET SE PORTE AU SECOURS D’UN MILITANT D’OCCIDENT (CERTAINEMENT PATRICK GELINET) INTERPELLE PAR LA POLICE LORS DE LA MANIFESTATION DU 20 MAI 1966 « CONTRE LE VIETCONG »

Occident tient sa première réunion publique à Paris le 4 mai 1964. A la tribune, aux côtés de Pierre Sidos, ex dirigeant de Jeune Nation (organisation dissoute en mai 1958 par le gouvernement) se trouvent Patrick Lemaire (président d’Occident) et Gérard Longuet (porte-parole du mouvement). Gérard Longuet annonce qu’Occident va mener la vie dure aux communistes. Le mot d’ordre d’Occident était « Tuez tous les communistes où ils se trouvent… Mort au bolchévisme ».et « Occident vaincra ». Occident se présente comme «  la formation de combat de l’opposition nationale ».

photo02

1964 PREMIERE GRANDE REUNION PUBLIQUE D’OCCIDENT A LA MAISON DE BRETAGNE À PARIS : GERARD LONGUET (LUNETTES), PIERRE SIDOS ET PATRICK LEMAIRE.

Rapidement, le mouvement va passer de la théorie à la pratique et le « style Occident » va se caractériser par une longue série d’actions commandos d’une extrême violence, comme le 12 janvier 1967 sur le campus de Rouen-Mont Saint-Aignan (un étudiant membre de la JCR a dû subir une intervention chirurgicale à la suite d’une fracture du crâne). En 1967, Longuet est condamné à une amende pour « complicité de violence et voie de fait avec arme ».

Quant à Alain Madelin, il sera arrêté et embarqué par les forces de l’ordre. Longuet a déclaré au journal Le Monde qu’il assume pleinement ce CV d’extrémiste « on se spécialise dans la relation conflictuelle et musclée avec l’extrême gauche. On a pris des raclées (…) Nous étions jeunes et libres. Il s’agissait de rites initiatiques de jeunes gens, un folklore d’aspect paramilitaire ». Auteur de la plate-forme du GUD et rédacteur du programme du Front national en 1973. Il considère que Marine Le Pen est « une interlocutrice » pour l’UMP. Après avoir été Ministre de la Défense, il est actuellement sénateur LR de la Meuse.

Hervé Novelli, avant d’être Secrétaire d’État chargé du commerce en 2007 dans le gouvernement Fillon et de lancer le statut d’auto-entrepreneur, l’actuel maire de Richelieu (Indre-et -Loire) a fait ses premières armes en politique à Occident puis à Ordre Nouveau.

photo03

HERVE NOVELLI RESPONSABLE PARISIEN D’ORDRE NOUVEAU

En 2005, il a déclaré au Monde qu’il se retrouve toujours dans l’idéologie d’Occident : « je n’ai pas un regret. Occident était un engagement anticommuniste dans lequel je me reconnais toujours ». Comme son compère Alain Madelin, Novelli a fréquenté l’Association pour la Liberté économique et le Progrès social (ALEPS) néolibérale et patronale dont un des fondateurs en 1966 était Guy Lemonnier dit Claude Harmel, ex secrétaire général adjoint du Rassemblement national populaire (RNP) parti collaborationniste de Marcel Déat. Novelli et Madelin considèrent Harmel comme « un père spirituel ».

Anne Méaux dirige Image7, entreprise de conseil en stratégie de communication dont les principaux clients sont des entreprises du CAC 40. Celle que les médias qualifient de « grande prêtresse de la communication » a conseillé Lakshmi Mittal au moment de la reprise d’Arcelor en juin 2006 et l’ex PDG de la Société Générale, Daniel Bout, pendant l’affaire Kerviel.

En mai 68, la jeune lycéenne Anne Méaux avait monté un comité anti grève dans son lycée, puis on la retrouve à Ordre Nouveau. En 1974, elle devient présidente du GUD à la faculté d’Assas. Elle intègre la direction du Parti des Forces Nouvelles (PFN), grand rival du Front national.

photo04

9 NOVEMBRE 1974 CONGRES CONSTITUTIF DU PARTI DES FORCES NOUVELLES (PFN) A BAGNOLET – COMPOSITION DU COMITE CENTRAL

photo05

ANNE MEAUX DIRIGEANTE DU PFN

En décembre 1974, le premier bulletin de liaison du PFN, dont le directeur de publication était José Bruneau de la Salle (nommé en 1977 maire du XVe arrondissement par Jacques Chirac, proche de Charles Pasqua, il réunit actuellement le très confidentiel Cercle Iéna qui regroupe des ex membres d’Occident et d’Ordre Nouveau).

Puis comme nombre de militants d’extrême droite, elle se tourne vers les partis de la droite officielle, en l’occurrence les Républicains Indépendants de Giscard d’Estaing. Elle intègre le secrétariat de Giscard ayant en charge la Cellule évaluation dont la fonction est d’évaluer la tonalité des médias par rapport à la politique menée par le Président de la République. De 1976 à 1981, elle occupe le poste d’attachée de presse de l’Élysée. En 1977, elle est élue (sans étiquette) conseillère municipale du Touquet sur la liste du député-maire Léonce Deprez du Parti Républicain. De 1981 à 1986, elle est chargée de la communication du groupe parlementaire de l’UDF à l’Assemblée nationale. Dans les années 80, son nom apparait comme actionnaire de la société d’édition de disques Veronica-SA aux côtés du gratin de l’extrême droite : Gérald Penciolelli (ex directeur de Minute), Jean-Pax Méfret « le chanteur de l’Occident », Gérard Ecorchevile (ex Occident, Ordre Nouveau, GUD, PFN et RPR proche de Charles Pasqua). Veronica avait comme actionnaire un certain Fernand Loustau, ex Algérie française et patron de la société de gardiennage Normandy qui s’est illustrée dans l’attaque des piquets de grève (1982 laiterie Claudel d’Isigny). Il a été également un des actionnaires de National-Hebdo publication du Front national. Il est le père d’Axel Loustau1. Sur son site officiel Anne Méaux fait l’impasse sur son passé d’extrême droite…

Jean-Paul Gautier, historien.

De l’auteur :

Xème journée de Synthèse nationale : plongée dans le marigot de l’extrême droite radicale, xeme-journee-de-synthese-nationale-plongee-dans-le-marigot-de-lextreme-droite-radicale/

Une Pme familiale devenue « républicainement compatible », une-pme-familiale-devenue-republicainement-compatible/

Les Faux semblants du Front national : sociologie d’un parti politique, les-faux-semblants-du-front-national-sociologie-dun-parti-politique/

Ruptures et continuités De Le Pen à Le Pen : un-visage-respectable-a-la-demagogie-xenophobe-et-nationaliste/

L’héritage antisémite de Dieudonné : lheritage-antisemite-de-dieudonne/

Les extrêmes droites en France. De la traversée du désert à l’ascension du Front national (1945- 2008)Méandres pestilentiels

Michel Briganti, André Déchot Jean-Paul Gautier La galaxie Dieudonné – Pour en finir avec les imposturesLes ennemis de mes ennemis ne sont pas toujours nos amis

1 Axel Loustau, ex gudard, patron de la société de gardiennage Vendôme sécurité, actionnaire de la société Riwal de Frédéric Chatillon, trésorier de « Jeanne » le micro-parti de Marine Le Pen, a été mis en examen pour « escroquerie ». Il est actuellement conseiller régional du Fn en Ile-de-France.

Advertisements

Une réponse à “François Fillon à l’ombre de la croix celtique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s