Saint François aux Assises 

Le jour de la Saint-François est le 24 Janvier, il y a moins de 10 jours, autant dire une éternité.

(Abbaye Sainte-Pénélope de Solesmes – Solesmes – Sarthe — 2 Février 2017)

images

Le jour de la Saint François est le 24 Janvier, il y a moins de 10 jours, autant dire une éternité.

En cette pieuse année 2017, dérogation à la règle du caractère uniquotidien de la fête dédiée à un saint, la fête de Saint-François est prorogée pour encore de longues semaines. C’est toujours sa fête, nous ont informé les gazettes. Et Saint-François le méritait bien. Le dicton de la Saint-François le laissait d’ailleurs présager : « Si Janvier est rude, rude aussi sera Février ».La liste est longue des Saint-François : Saint François de Paule, patron de la Calabre et pieux protecteur de la Mafia ; Saint-François de Tulle, le dévoué initiateur de la COP 21, disparu dans la tourmente de la déchéance de nationalité ; Saint-François-d’Assise, ami des oiseaux, entré en religion après une jeunesse dorée et tumultueuse et fondateur de l’Ordre des Franciscains. Mais, plus encore, Saint-François de Sablé, dans la Sarthe, de l’Ordre des Républiscains, à la sainte hagiographie duquel nous allons puiser aujourd’hui.

Que nous dit de François la prénominologie, la prétendue science des prénoms ? Tout comme le veut l’étymologie, François est d’une grande franchise. Il va droit au but. Il parle beaucoup, certains disent trop et le taxent de bavard. L’on ne s’ennuie jamais avec lui, il y a toujours des rebondissements. Les François sont réputés tolérants et indulgents vis-à-vis de ceux qui travaillent pour eux, surtout s’ils sont des leurs. Généreux et gratifiant, François n’exige pas des siens force activités, surtout s’ils lui sont attachés. Le signe astrologique de François est le Bélier. Que ne renverserait-t-il ou ne défoncerait-il pas, placé sous ce signe zodiacal ?

Qu’était-il donc advenu pour que Saint-François de Sablé soit encore à la fête, plus de 10 jours après le 24 Janvier ? Interrogeons les hagiographes.

(L’hagiographie, du grec ancien hagios (saint) et graphein (écrire) est l’écriture de la vie et de l’œuvre des saints. Le texte hagiographique est en général destiné à être lu, soit lors de l’office des moines républiscains, soit en public, dans les étranges lucarnes, dans le cadre de la prédication. On lui donne également le nom de légende, du latin legenda, gérondif du verbe lego, ce qui doit être lu.)

FrançoisCharlesAmand (ses deux autres prénoms) était né en 1954 au Mans, au pays non des risettes, mais des rillettes, d’un père notaire, déjà militant à cette époque de l’ancienne confrérie UDR, devenue des années plus tard celle des Républiscains. C’était un homme d’ordre, comme d’ailleurs bien souvent les notaires. Du régime du Général Franco, un autre général, il disait : « au moins, ça marche. »

Rébellion adolescente, collégien à l’Institut Saint-Michel, à 14 ans, en 1968, le jeune François fit le mur en compagnie de quelques gais lurons de sa classe. Les gendarmes ramèneront le petit monde le soir même à l’Institut. François chantant l’Internationale. Turbulente et émouvante jeunesse.

Conseillé par un père avisé, Francois entreprit des études de droit pour devenir avocat. Comme son épouse Pénélope qu’il rencontra à la Sorbonne lors des mêmes études. La fibre avocassière était grande dans la famille, car des cinq enfants de François et Pénélope, deux devinrent également avocats, un seul banquier, un autre encore consultant, mais la consultature n’est-elle pas proche de l’avocature ?

François résidait en famille au Manoir de Beaucé, à Solesmes dans la Sarthe. Le manoir, au village on parlait du château, était une modeste demeure de 14 chambres et de 6 hectares de domaine.

xvme35be4f4-b328-11e6-b27f-7a21f37b2c6a-1

Élu à 30 ans maire de Sablé et député de la Sarthe, François poursuivit alors une longue carrière dévouée à la chose publique. Il enchaînait tous les mandats de la République : maire, député, conseiller général, jusqu’à président de Conseil Général, puis de Conseil Régional, enfin ministre et Premier Ministre. Dans tous ces mandats et ces fonctions, son nom est resté attaché, était-ce prémonitoire, nous vous parlerons plus loin de la sienne, attaché à la question de la réforme des retraites, retraite pour les autres qu’il voulait toujours de plus en plus tardive.

La Confrérie des Républiscains le portait toujours en grande estime pour sa droiture et son intégrité. Et, l’Homme du Cap Nègre, grand traîneur de casseroles, ayant été chassé, François fut choisi, lui le Bourreau Sarthois après avoir terrassé l’Ange Blanc du Médoc, choisi pour guider la confrérie à la conquête du Graal présidentiel.

images-3

« Ralliez-vous à mon panache blanc et à ma probité ! » avait-il lancé, tel Henri IV à Ivry-la-Bataille. « Mes compagnons, Dieu est avec nous. Voici ses ennemis, SS, CDI et 35 heures, ce sont les nôtres. Je suis votre Roi. Ralliez-vous à mon panache blanc, vous le trouverez toujours au chemin de la victoire et de l’honneur ».

Las ! Une sournoise cellule de l’ombre, Élysée, place Beauvau ou place Vendôme, avait tissé et ourdi contre lui les plans d’une conjuration. Elle ferait que, sitôt désigné pour la quête du Graal, il serait voué aux gémonies. On pense que cette conjuration avait été organisée pour être le tremplin du rebond d’un autre François, François de Tulle, resté dans la pénombre et attendant son heure. Les pires intentions ne profitent pas toujours à leurs inspirateurs. François de Tulle, contraint entretemps à l’abdication, c’était son fils secret Emmanuel qui récolterait plus tard les fruits de la déconfiture républiscaine. L’hypothèse était raisonnable mais n’allait pas au fond des choses. Le véritable coup de génie de la manœuvre était quelle fut le déclencheur de l’irréversible décomposition de l’Ordre des Républiscains au profit d’ordres rivaux à l’affût depuis longtemps, dans l’attente de la chute finale.

En quelques jours, les gazettes et les canards déchaînés firent de celui dont le prénom descendait du mot franchise, un menteur, un dissimulateur, un vénal, un imposteur, un tricheur, un faussaire, un fabulateur et que sais-je encore. Il fut cloué au pilori des gazettes, le supplice le plus cruel et le plus dévastateur de l’époque. 

unknown

Le mot était facile et l’on ne se gêna pas : Saint-François bientôt aux Assises. Ses amis l’abandonnaient, craignant la perte de leurs prébendes électorales. Et non des moindres. À Levallois, même le moine Balkany, en attente de béatification et craignant qu’elle ne puisse aboutir, même le moine Balkany s’était dit « choqué et déçu ».

Saint-François de Sablé décida alors de se retirer. Il rentrait dans les ordres et gagnait quelques jours plus tard l’Abbaye Sainte-Pénélope de Solesmes, toute proche de Sablé, pour s’y consacrer à la prédication et au conseil, gagnant son pain par le travail manuel et l’aumône. Il choisissait ainsi de rejoindre un ordre mendiant. Saint-François avait effectivement fondé il y a plusieurs années une florissante société de conseil, baptisée 2FConseil, laquelle prêchait et conseillait nombre de sociétés multinationales pour la marche de leurs affaires. Il apparut que cette pratique courante dans les ordres mendiants, lui aurait été sonnante et gratifiante. Malheureusement également trébuchante.

Son ancienne confrérie, les Républiscains, était en grand danger. On cherchait un nouveau prieur. Il fallait aller vite, car les conversions à l’hérésie mariniste et à l’ubiquisme de l’apôtre Emmanuel, ces conversions se propageaient à grande allure. Ce que certains prévoyaient depuis longtemps, la dissolution-recomposition était imminente. Moines et croyants cherchaient maintenant refuge dans la foi mariniste ou rejoignaient la chapelle macroniste. L’ancienne confrérie allait mourir. C’était la volonté du Seigneur.

Jean Casanova

Advertisements

2 réponses à “Saint François aux Assises 

  1. Pourrait-on parler de crucifixion?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s