Nous, melons, bamboulas, ritals, espingouins, portos, niakoués, polaks, youpins, romanos, métèques…

Nous sommes les filles et les fils de ce que Louis-Ferdinand Céline désignait comme « ce grand ramassis de miteux, de chassieux, puceux, transis, qui ont échoué ici poursuivis par la faim, la peste, les tumeurs et le froid, venus vaincus des quatre coins du monde ».

Nos parent-e-s et nos grands-parent-e-s ont figuré sur l’affiche rouge un jour de 1944 ou ont été jetés dans la Seine un jour de 1961. Nous sommes les enfants de celles et ceux que les Papon ont arrêté-e-s, déporté-e-s, raflé-e-s, ratonné-e-s, interné-e-s aux Milles, à Argelès ou à Drancy.

Ici, un jour, nos grands-parent-e-s et nos parent-e-s ont choisi de construire leur avenir et le nôtre. Il n’y a nulle usine, nul chantier ou atelier qui ne soit empreint de leur sueur et de leur sang. Il n’y a nul combat social ou politique auquel elles et ils n’ont été mêlé-e-s. Mais l’avenir auquel elles et ils pensaient n’avait rien à voir avec l’apartheid urbain, la chasse au faciès et à l’enfant.

Ce dont elles et ils rêvaient, c’était de liberté, d’égalité et de fraternité. 

Ce dont nous avons besoin, nous qui avons un nom à coucher dehors avec un billet de logement, nous habitant-e-s de ce pays, nous, melons, bamboulas, ritals, espingouins, portos, niakoués, polaks, youpins, romanos, métèques et autres racailles, c’est d’un grand ministère de la citoyenneté et de l’égalité. 

Nous avons besoin, de mesures concrètes et précises pour combattre les assignations identitaires, les discriminations, les ségrégations, les rejets. Nous n’avons besoin, en revanche, ni de mots creux sur la République, ni de commisération, ni bien sûr d’évacuation musclée, de contrôle au faciès, de violences policières.

Nous voulons l’égalité et la justice, ici et maintenant, tout de suite, pour toutes et tous.

Didier Epsztajn et Patrick Silberstein

Texte soumis à discussion et signatures

Publicités

21 réponses à “Nous, melons, bamboulas, ritals, espingouins, portos, niakoués, polaks, youpins, romanos, métèques…

  1. Evident pour moi de signer, Sarah Katz

  2. Beau texte !
    je signe, bien sûr, et je me souviens de slogans : « 1ère, 2ème, 3ème génération ! Nous sommes touTEs des enfants d’immigrés », n’avions nous pas affirmé « Plus jamais çà » ?
    N’oublions jamais que la lecture « identitaire, religieuse et raciste » qui nous est largement et violemment proposée pour décoder les « crises », masque la réalité d’une société où ce sont les pauvres et les chômeurs-ses de toutes couleurs qui sont de plus en plus ouvertement relégué-e-s, stigmatisé-e-s et enfin criminalisé-e-s.
    Les « délinquant-e-s, les casseurs-ses » seraient-ils-elles des « révolt-é-es », des « insoumis-e-s », des « résistant-e-s » en mal d’un mouvement politique portant réellement et sincèrement leurs-nos aspirations de « petites gens » ?
    Voir sur ce même blog (https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2017/02/14/femmes-engagements-non-tenus/#comment-15025)
    le texte de Christiane Marty (Fondation Copernic : Un président ne devrait pas faire ça ! Inventaire d’un quinquennat de droite, Editions Syllepse, Paris 2017, 228 pages, 8 euros).
    Il nous montre, entre autres, l’enjeux de l’existence d’un ministère et des objectifs s’y rapportant pour affirmer une volonté politique et à la fois se donner les moyens d’agir concrètement.
    Une « visage pâle » au coeur rouge !

    • Le viol de Théo par la matraque d’un représentant de l’ordre est puissamment symbolique de l’humiliation sexuelle des êtres qui subissent encore et toujours la colonisation. La violence sexuelle est la matrice des violences colonisatrices.
      Ce viol soulève l’indignation des jeunes concernés par ces humiliations physiques infligés par des racistes représentants de l’ordre.
      Il m’est arrivé quant à moi de m’arrêter dans une gendarmerie pour porter plainte et de me faire traiter comme un objet sexuel par un mâle hégémonique en uniforme et en position de force. C’est un fait banal hélas pour les femmes. Des centaines de milliers de femmes en France et de par le monde se font violées par des hommes en uniformes, dans les prisons , lors des conflits armés et en maintes occasions.
      Je suis solidaire de la mobilisation pour que soit jugés les violeurs de Théo, et que soit réaffirmée l’inviolabilité des êtres humains. J’aimerais en même que tous les hommes révoltés par ces humiliations sexuelles hautement symboliques du mépris de la personne humaine cessent de minimiser celles que subissent les femmes ; J’aimerais qu’ils s’indignent autant pour le viol d’une fille que le viol d’un garçon et qu’ils cessent de dire que les femmes violées l’ont bien cherché.
      Je ressens l’urgence de faire connaître mes travaux sur la colonisation sexiste de la moitié de l’humanité sexuée femelle. Le choix politique et épistémique d’appliquer le concept de colonisation à l’oppression que subissent les femmes dans le monde entier est extrêmement éclairant. Je suis particulièrement intéressée par des débats et des échanges avec tous les mouvements anticolonialistes et antiracistes. Mes travaux commencent à trouver un échos auprès des féministes qui connaissent la double colonisation, j’espère avancer dans cette direction.
      Nicole Roelens

  3. Je signe, on est toujours l’étranger de quelqu’un, la liste « d’insultes » est inépuisable, dire qu’un parti en fait un programme politique !

  4. Comment on signe ?

  5. Comment pourrais je ne pas être d’accord avec ce texte ? C’est exactement impossible, j’en partage et l’esprit et les termes ! Je ne peux qu’y joindre ma signature en appui !

  6. Sacré beau texte !

    ________________________________

    • Catherine Destom-Bottin

      Catherine Destom-Bottin, je signe !
      Et Mely, ma trisaïeule, née esclave, pose sa main délabrée tremblante et douce sur mon épaule…

  7. Victor Borgogno retraité

    Addendum enthousiaste

    ÉTRANGES ÉTRANGERS, Jacques Prévert

    Kabyles de la Chapelle et des quais de Javel
    Hommes de pays loin
    Cobayes des colonies
    Doux petits musiciens
    Soleils adolescents de la porte d’Italie
    Boumians de la porte de Saint-Ouen
    Apatrides d’Aubervilliers
    Brûleurs des grandes ordures de la ville de Paris
    Ébouillanteurs des bêtes trouvées mortes sur pied
    Au beau milieu des rues
    Tunisiens de Grenelle
    Embauchés débauchés
    Manœuvres désœuvrés
    Polacks du Marais du Temple des Rosiers
    Cordonniers de Cordoue soutiers de Barcelone
    Pêcheurs des Baléares ou du cap Finistère
    Rescapés de Franco
    Et déportés de France et de Navarre
    Pour avoir défendu en souvenir de la vôtre
    La liberté des autres.

    Esclaves noirs de Fréjus
    Tiraillés et parqués
    Au bord d’une petite mer
    Où peu vous vous baignez
    Esclaves noirs de Fréjus
    Qui évoquez chaque soir
    Dans les locaux disciplinaires
    Avec une vieille boîte à cigares
    Et quelques bouts de fil de fer
    Tous les échos de vos villages
    Tous les oiseaux de vos forêts
    Et ne venez dans la capitale
    Que pour fêter au pas cadencé
    La prise de la Bastille le quatorze juillet.

    Enfants du Sénégal
    Départriés expatriés et naturalisés.
    Enfants indochinois
    Jongleurs aux innocents couteaux
    Qui vendiez autrefois aux terrasses des cafés
    De jolis dragons d’or faits de papier plié
    Enfants trop tôt grandis et si vite en allés
    Qui dormez aujourd’hui de retour au pays
    Le visage dans la terre
    Et des hommes incendiaires labourant vos rizières.
    On vous a renvoyé
    La monnaie de vos papiers dorés
    On vous a retourné
    Vos petits couteaux dans le dos.

    Étranges étrangers

    Vous êtes de la ville
    Vous êtes de sa vie
    Même si mal en vivez
    Même si vous en mourez.
    Plumes

  8. Bravo pour ce beau papier. Je signe plutôt deux fois qu’une

  9. Je rougis de honte et de rage à avoir encore aujourd’hui à revendiquer ce minimum vital pour tout individu-e-s l’égalité de droit. Je signe D.lemaire

  10. J’aime bien la forme et le fond .Tout à fait d’accord .
    Quel enrichissement pour la « bonne blanche  » que je suis ! Manque de pot dirait Nougaro

  11. 49.3 on n'oubliera pas

    Merci pour ce texte tonique et très juste. Je crois que vous avez oublié les paysans, les « pèquenots » qui ont été progressivement rayés de la carte dans le grand élan de la machine à broyer capitaliste et résolument moderne. Les ploucs des campagnes méprisés eux aussi, chair à canon et relégués.

  12. évidement d’ accord

  13. Je signerais avec enthousiasme, mais ne vois pas de pétition proprement dite. Je laisse à tout hasard ce commentaire qui est peut-être le moyen choisi.

  14. Je signe, Pierre Conscience, secrétaire de solidaritéSaint (CH)

  15. Je signe… Jean Batou, historien.

  16. A reblogué ceci sur Joelle Palmieriet a ajouté:
    Née à Clichy-sous-bois, de parents immigrés, ayant acquis leur nationalité française par la guerre et le mariage, et de grands-parents apatrides ou étrangers, je me sens comme vous… et je veux comme vous, égalité et justice ici et maintenant, tout de suite… je revendique également pleinement mon libre-arbitre et ma liberté

  17. Florence Montreynaud

    BRAVO ! Je cosigne avec enthousiasme Florence Montreynaud, écrivaine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s