Dégager du commun du point de vue de la dénonciation et d’axes de solution

ct32Comme pour les précédents numéros, je n’aborde, choix très subjectif, que certains articles et certains points traités.

Un premier dossier : Vie intellectuelle et politique, composé de quatre textes. « Il s’agit de proposer quelques analyses qui toutes interrogent la définition même du travail intellectuel dans son lien à la politique, en s’attachant à élargir l’approche habituelle ».

Ludivine Bantigny aborde, entre autres, la distribution instituée des savoirs, la politique comme rapport fort à l’égalité, « elle passe par la conflictualité et la lutte pour l’émancipation », comme consensus brisé. Elle souligne que bien des critiques du néolibéralisme font l’impasse sur la logique même du capitalisme, que la  révolution semble avoir été jetée aux oubliettes du passé. L’auteure parle aussi du réel de l’utopie, du commun des savoirs, de « reculs intériorisés en échec historique de longue durée » en citant Isabelle Garo et d’un maillon « essentiel et devenu un impensé » : une perspective stratégique.

Isabelle Garo se penche sur quelques analyses du néolibéralisme, le déplacement des questions politiques sur le terrain de la culture et des mœurs, les tendances à la marchandisation généralisée et la non prise en compte de la spécificité de la force de travail, le rôle de l’idéologie néolibérale et la nécessité de « rendre compte de sa fonction et du paradoxe qui la caractérise », l’hégémonie historiquement inédite et les conditions matérielles de son expansion, « Dans tous les cas, la focalisation de la critique sur la culture néolibérale et les mentalités qu’elle engendrerait inévitablement prend la place d’une approche plus globale et complexe, celle d’une critique de l’économie politique, dialectisant le rapport aux idées aux pratiques et prenant acte du heurt croissant entre le discours néolibéral et le rejet populaire montant que suscitent ses choix politiques, ainsi que le rôle du contrefeu réactionnaire et néoconservateur », l’unification artificielle des différents niveaux des rapports sociaux, l’écrasement du réel, l’oubli de l’existence d’alternatives, « la construction en idées et en actes d’un autre monde ».

Comme le souligne l’auteure, ignorer les contradictions supprime à la fois les causes des crises et « les ressorts des protestations sociales et celui de la critique théorique ». Isabelle Garo a raison de mettre l’accent sur la place du salariat, du rapport salarial. Reste que ce rapport salarial ne peut être appréhendé sans prise en compte de la division sexuelle du travail, de la production du vivre donc du travail domestique, de l’imbrication des rapports sociaux. La « construction en idées et en actes d’un autre monde, fédérant les exploité-e-s et les dominé-e-s, et partant des individus tels qu’ils sont, contradictoires et vivants » pour reprendre sa formule implique de ne pas négliger la matérialité (y compris les dimensions idéelles) de tous les rapports sociaux et en particulier les « rapport de classe, de sexe, de racisation » pour utiliser la formule de Roland Pfefferkorn.

De l’auteure :

Sous la direction de Jean-Numa Ducange et Isabelle Garo : Marx politique, produire-une-theorisation-densemble-de-notre-present-mutant-ouverte-mais-coherente/

L’Or des images. Art – Monnaie – Capital, penser-lactivite-artistique-comme-formatrice-de-lindividu-humain-lui-meme/

Marx et l’invention historique, Des formes collectives d’innovation et d’invention au cœur du processus historique

L’idéologie ou la pensée embarquée, , Chambre noire et perspectives radieuses

Michel Husson revient sur les « paradis artificiels du revenu », les postulats erronés, la soit-disant fin du travail, la redistribution des gains de productivité sous forme de temps libre, la fascination exercée par les nouvelle technologies, la non-interrogation des modèles d’entreprises nommées à tort « numériques », la surexploitation « de petites mains éparpillées » derrière les « merveilles » de la technologie…

L’auteur rappelle la différence entre transfert et création de valeur, que le transfert de revenu entre individus ne crée pas de valeur. Il montre le caractère fantasmatique du « digital labor » comme du « capitalisme cognitif », la transformation des réalités en monde parallèle « où tout devient possible » et insiste sur la régression sociale « qui consiste à remarchandiser ce qui a été socialisé ».

On ne passera pas au socialisme sans transition, sans affrontement avec les institutions du capitalisme, avec les pouvoirs constitués. Il faut pour cela, condition par ailleurs non suffisante, « une trajectoire crédible de transformation sociale » et des alternatives concrètes : réduction importante du temps de travail, version radicalisée de la Sécurité sociale professionnelle, logique d’Etat « employeur en dernier ressort », dans le cadre d’une transition écologique assumée. J’ajouterai, le développement de l’auto-organisation, du contrôle des salarié-e-s et des citoyen-ne-s, et plus généralement de faits autogestionnaires.

En complément possible :

Michel Husson : Le monde merveilleux du revenu universel, le-monde-merveilleux-du-revenu-universel/ et un argumentaire en réponse peu habituel, Michel Lepesant : Débat. Les mondes fantômes des adversaires de l’égalité, debat-les-mondes-fantomes-des-adversaires-de-legalite/

Quelques éléments sur les articles présentés sur la Loi travail et les mobilisations, « réfléchir au contenu politique de ce mouvement et aux formes critiques (du travail, de la représentation) dont il a été porteur ». Capacité à durer, renouvellement des participant-e-s, présence massive mais ponctuelle de salarié-e-s du secteur privé, Merci Patron, Nuit debout, articulation entre « le social et le politique », pétition en ligne, nouvelles formes fédératives, formes de conflictualité souterraines, défense politique des droits, mobilisation interprofessionnelle, place d’Internet, #OnVautMieuxQueÇa, « une nouvelle légitimité quand au moyen de faire société ensemble », temporalités décalées de mobilisation, intersyndicale réduite mais durable, répression, « la multiplication des cas démontre qu’il ne s’agit pas simplement de « bavures individuelles », et cela nous oblige à une riposte coordonnée et nationale », demande de démocratie…

Le réseau pour l’autogestion interroge, entre autres, l’élection présidentielle et sa compatibilité avec la démocratie, la concentration du pouvoir, la République et la République sociale, le personnalisation démultipliée par les primaires, l’ouverture de nouvelles potentialités de « pouvoir populaire et citoyen », le processus constituant, l’articulation des échelles de débat et de représentation – et les nouveaux lieux possibles de démocratie -, les verrous institutionnels, ce que pourrait être une nouvelle la citoyenneté…

Dans la rubrique culture, je souligne l’article sur Kandiski et l’« élan tempéré ».

.

Sommaire

Edito / Sous le signe de l’imprévisible (edito-et-sommaire-de-contretemps-n32-sous-le-signe-de-limprevisible/)

Dossier : Vie intellectuelle et politique

  • Ludivine Bantigny Intellectuels, fonction critique et rapports au pouvoir

  • Isabelle Garo Le néolibéralisme et son monde. Remarques sur quelques analyses récentes

  • Michel Husson Les paradis artificiels du revenu

  • Darren Roso Daniel Bensaïd, intellectuel marxiste et stratège communiste. Entretien

  • Alberto Toscano Le nom d’Algérie. La philosophie française et le sujet de la décolonisation

Societe : Loi travail, retours sur mobilisation (1ère partie)

  • Louis-Marie Barnier et Sophie Béroud La mobilisation contre la loi Travail :

  • analyser un épisode aigu de la lutte des classes en France

  • Jean-Claude Mamet Les trois défis du mouvement contre la loi Travail

  • Louis-Marie Barnier Un mouvement contre le néolibéralisme

  • Sophie Binet Loi travail : Quand le web rencontre la rue. 

  • Quelques enseignements de 5 mois d’une mobilisation innovante

  • Eric Beynel Un mouvement social, et après ?

  • Danièle Linhart La subordination, une clause archaïque

Réseau pour l’autogestion, les alternatives, l’altermondialisme, l’écologie et le féminisme

  • Guy Giani L’élection présidentielle est-elle compatible avec la démocratie ?

  • Marie-ChristineVergiat Présidentielle et démocratie

  • Arthur Leduc Renverser l’ordre présidentiel ! Une nécessité pour ouvrir des potentialités de pouvoir populaire et citoyen

  • Pierre Zarka Subvertir la règle du jeu

Culture

  • Gilles Bounoure Baudelaire et « le miroir de l’art »

  • Gilles Bounoure Kandinsky, l’« Élan tempéré »

  • Gilles Bounoure « Art et Liberté » : une exposition, un catalogue, une profession de foi

    Mise en page 1

Contre Temps N°32 : Dossier :Vie intellectuelle et politique

Janvier 2017, Editions Syllepse,

https://www.syllepse.net/lng_FR_srub_22_iprod_695-vie-intellectuelle-et-politique.html

Paris 2017, 192 pages, 13 euros

Didier Epsztajn

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s