Marchons le 19 mars pour résister aux violences policières


marche-dignite

Depuis de trop longues années, les actes et discours racistes se banalisent et structurent de plus en plus le discours dominant en France. C’est dans ce contexte qu’il faut analyser le viol en réunion par 4 policiers sur Théo, un jeune de 22 ans de la cité des 3000 à Aulnay Sous-Bois.

Même si une fois de plus, les faits ont été requalifiés et qu’un seul des policiers est poursuivi pour viol, la violence physique et psychologique n’en reste pas moins confinée dans le champ de la barbarie. C’est dans ce même contexte que plusieurs familles ayant perdu un membre suite à des violences policières ont initié un appel pour une marche pour la Justice et la Dignité.

Cet appel initial des premiers concernés par le caractère brutal du racisme structurel, le plus brutal qui soit, a été rejoint par d’autres familles victimes de violences policières, de nombreuses organisations et des personnalités. Le processus d’élargissement ne s’est pourtant pas arrêté là. Afin de constituer la base la plus large possible, un texte de soutien distinct en quatre points synthétisant l’essence de l’appel initial a été rédigé :

« Nous appelons à manifester le 19 mars pour la Justice et la Dignité parce que :

  • La revendication légitime de Vérité et de Justice portée par les familles victimes de violences policières doit être soutenue.

  • La banalisation des discours, des actes racistes et leur caractère structurel sont inacceptables.

  • Les droits démocratiques doivent être défendus face à l’Etat d’urgence et aux mesures liberticides qui touchent particulièrement celles et ceux qui subissent le racisme.

  • L’accueil des migrant-e-s dans des conditions dignes et la régularisation de tous les sans-papiers doivent être opposés à l’Europe forteresse. »

Ces quatre points et l’appel à manifester constituent la base du Collectif 19 mars. Un texte initié par le réseau « Sortir du Colonialisme », partie prenante du Collectif, reprenant les mêmes points et ajoutant des points portant sur le colonialisme français, a été un autre vecteur d’élargissement. Au final, le périmètre des organisations, collectifs et personnalités appelant à cette marche pour la Justice et la Dignité est devenu particulièrement significatif et ne cesse de se développer. Cet élargissement est également géographique puisque de nombreuses initiatives sont prévues ou en voie de constitution en région dans l’optique de cette marche. Et on peut également d’ores et déjà noter la présence de délégations étrangères à cette mobilisation.

Tandis que Donald Trump enflamme les Etats-Unis par ses mesures discriminatoires en intensifiant des dynamiques déjà en cours dans la société américaine, partout en Europe, est convoquée la grille de lecture du choc des civilisations pour exacerber les peurs et légitimer la stigmatisation et la répression contre une partie de la population parce que noire, arabe, rom, musulmane. Cette même grille de lecture est utilisée pour perpétuer des situations de guerre, dans lesquelles les grandes puissances portent une lourde responsabilité, à l’origine d’une grande partie des migrations. En France,  du fait de l’agenda politique,la démagogie raciste prend une résonance toute particulière et nous convoque du même coup, nous qui voulons entrer en résistance.

Il est temps de constituer un mouvement large  unitaire antiraciste, combatif et solidaire qui fasse le lien avec les autres résistances sociales en œuvre. Un mouvement qui s’inscrive dans cette période électorale et au-delà.

Alors soyons nombreux à marcher dans les rues de Paris le 19 mars pour la Justice et la Dignité !

Liste des organisations, collectifs et personnalités inscrits dans la démarche du 19 mars, à ce jour :

 

Via l’appel « Le 19 mars, une Marche pour la Justice et la Dignité » initié par les familles de victimes de violences policières :

Famille de Lahoucine Ait Omghar – Famille d’Amine Bentounsi – Famille de Hocine Bouras – Famille d’Abdoulaye Camara – Famille de Lamine Dieng – Famille de Wissam El Yamni – Famille d’Amadou Koumé – Famille de Mourad Touat – Famille d’Ali Ziri – Famille de Jean-Pierre Ferrara – Famille de Rémi Fraisse – Famille de Babacar Gaye –

Comité Vérité et Justice pour Lamine Dieng – Comité Vérité et Justice pour Mamadou Marega – Comité Vérité et Justice pour Abou Bakari Tandia – Collectif Justice pour Babacar

Action-antifasciste Paris-Banlieue (AFA) – Alternative Libertaire (AL) – Assemblée Citoyenne des Originaires de Turquie (ACORT) – Association Black is really beautiful – Association contre le racisme (ACOR, Suisse) – Association citoyenneté active (Chauny) – Association Égalité Toulouse Mirail – Association pour l’Intégration et l’Invention Républicaines (AIIR) – Association Femmes plurielles – Association KÂLÎ – Association de lutte contre l’islamophobie et les racismes (ALCIR 20eme) – Association des Travailleurs Maghrébins de France (ATMF) – Assemblée des Blessés, des Familles et des Collectifs contre les violences policières – ASTI Annonay – Brigade Anti Négrophobie (BAN) – Bruxelles Panthères – Candidatura d’Unitat Popular (CUP – Països Catalans) – Cedetim/Ipam – Centre d’études postcoloniales de Lyon – CGT-Culture Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration – CISPM (Coalition Internationale des Sans-Papiers et Migrants) – Collectif décolonial lyonnais – Collectif enseignant pour l’abrogation de la loi de 2004 (CEAL) – Collectif James Baldwin – Collectif Parisien pour la Protection des Jeunes et Mineurs Isolés Étrangers (CPMJIE) – Collectif Ni Guerres ni état de guerre – Collectif 20ème solidaire avec les migrants – Comité contre les violences policières à Pantin – Comité ZAD de Rennes – Convergence Citoyenne Ivryenne (CCI) – Coopérative écologie sociale – CRI Rouge – CSP75 (Coordination 75 des Sans-Papiers) – D’ailleurs nous sommes d’ici » 67 (DNSI) – Désarmons-les! – DIEL (Droits Ici Et Là-bas) – Emancipation Tendance intersyndicale – Fédération SUD-PTT –  Fondation Frantz Fanon – Front antiraciste alsacien – FUIQP – FUIQP Saint Denis – FUIQP Saint Etienne) – Historical materialism (Toronto) – Groupe anarchiste Alhambra – Identité plurielle – IJAN (Argentina) – IJAN International – Islamic Human Right Commission (IHRC) – Les habitants des la ZAD de Notre Dame des Landes – LKP – London Campaign Against Police and State (Grande-Bretagne) – Marche des Femmes pour la Dignité (MAFED) – Mwasi – Organisation Communiste Libertaire (Paris) – New socialists (Toronto) – Ontario Coalition Against Poverty – MDDM (Mouvement pour la Dignité et les Droits des Maliens) – Nouveaux Cahiers du Socialisme (Montréal) – Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) – Organisation de femmes Egalité – Osons causer – Paris Against Trump – Paris Debout – Parti communiste des ouvriers de France (PCOF) – Plateforme de la voix des prisonniers – Parti des Indigènes de la République (PIR) – Pas sans nous (Bouches du Rhônes) – Pride de nuit – Réseau pour une gauche décoloniale – Revue Contretemps-Web – Le Seum collectif – Socialist Project (Toronto) – SolidaritéS (Suisse ) – Sortir du colonialisme – Sud CT Mairie de Saint Denis – Union Antiraciste et Populaire de Toulouse – (UAPU31) – Union des Démocrates Musulmans de France (UDMF) – Union Juive Française pour la Paix (UJFP) – Urgence Notre Police Assassine (UNPA)

 

Via le texte de soutien en 4 points :

ATTAC – DAL – Ensemble! – SNPES PJJ de la FSU – UNEF – Union Syndicale Solidaires

 

Via le texte du réseau « Sortir du Colonialisme » :

Réseau Sortir du colonialisme, AFASPA, Survie, Droits devant!!, association culturelle Les  Oranges, MRAP, PCF, Conseil National Représentatif des Associions Noires de France ( CRAN) , Comité d’Organisation du 10 Mai, Debout l’Afrique, collectif Fathy Koumba, Maison du Tamil Eelam,Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis contre la Guerre (4 ACG,) Comité pour le respect des libertés et des Droits de l’homme au Sahara Occidental (Corelso), Association  des familles de Prisonniers et Déportés Saharaouis (AFAPREDESA), CDISCOM (Collectif de Défense de l’Intégrité et de la Souveraineté des Comores), Comité Maoré (Comores), USTKE, Collectif Solidarité Kanaky, AISDPK, MJKF (mouvement des jeunes kanak en France).

 

Signatures individuelles de l’appel « Le 19 mars, une Marche pour la Justice et la Dignité » initié par les familles de victimes de violences policières :

Hamé, du groupe La Rumeur (artiste) – Kery James (artiste) – Youssoupha (artiste) – Opal Tometi (co-fondatrice de Black Lives Matter et Executive Director of Black Alliance for Just Immigration-BAJI) – Eli Domota (LKP) – Medine (artiste) – Samy Amara (humoriste) – Sihame Assbague (militante antiraciste) – Djamel Attalah (marcheur de 83) – Ludivine Bantigny (historienne) – Elsa Bardeaux (maire adjointe de Villeneuve Saint Georges à la jeunesse et de la vie des quartiers) – Benaili Mounia (Conseillère Municipale PG Juvisy sur Orge) – Ben Amar Youssef (adjoint au maire Allones 72) – Mohamed Benkhelouf (maire adjoint à Aubervilliers) – Mohamed Ben Yakhlef, Insaf Chebaane, Omar Cheriguene (conseillers municipaux de Vileneuve Saint Georgges) – Judith Bernard (metteur en scène) – Olivier Besancenot (NPA) – Félix Boggio Éwanjé-Épée (revue Période) – Ahmed Boubeker (sociologue) – Rachid Bouchareb (réalisateur) – Alima Boumediene Thiery (avocate) – Houria Bouteldja (PIR) – Pierre Cours-Salies (Sociologue, professeur émérite Paris 8, Membre d’Ensemble !) – Gerty Dambury (écrivaine) – Christine Delphy (Féministe) – Rokhaya Diallo (auteure et réalisatrice) – Eva Doumbia (artiste) – Mireille Fanon Mendès-France (Fondation Frantz Fanon et experte ONU) – Patrick Farbiaz (Sortir du colonialisme) – François Gèze (Editeur) – Alain Gresh (journaliste) – Nacira Guénif-Souilamas (sociologue) – Hadj Chikh Haouaria (conseillère départementale 13) – Olivier Le Cour Grandmaison (universitaire) – Franco Lollia (BAN) – Frédéric Lordon (économiste) – Stella Magliani-Belkacem (La fabrique éditions) -Philippe Marlière (universitaire) – Madjid Messaouden (élu St Denis 93) – René Monzat (militant antiraciste) – Océane Rosemarie (comédienne) – Philippe Poutou (Porte-parole du NPA) – Saadane Sadgui (Co-fondateur des JALB et du MIB) – Catherine Samary (Militante altermondialiste) – Maximilien Sanchez (conseiller municipal délégué à la jeunesse de Gentilly) – Anzoumane Sissoko (porte-parole de la CISPM) – Omar Slaouti (membre du collectif Ali Ziri), Odile Tobner (auteure de « Du racisme français) – Enzo Traverso (universitaire) – Françoise Vergès (politologue) – Marie-Christine Vergiat (Députée européenne, Front de Gauche) – Catherine Wihtol de Wenden (universitaire) – Youkoff (Artiste)

 

Signatures internationales :

Jabir Puar (Associate Professor, Women’s and Gender Studies, Rutgers University, USA), Jin Haritaworn (professor, University of Toronto), Rabab Abdulhadi (Director, Arab and Muslim Ethnicities and Diasporas (AMED) Initiative, Race and Resistance Studies, San Francisco State University, USA) , Inderpal Grewal (professor, Yale University, USA), France Winddance Twine (professor, Sociology, University of California, Santa Barbara, USA), Minoo Moallem (professor, Department of Gender and Women’s Studies,  University of California, Berkeley, USA), Sirma Bilge (Associate Professor, Sociology Department, Université de Montréal), Lisa Duggan (Professor of Social & Cultural Analysis, NYU, USA), Nelson Maldonado-Torres (Associate Professor, Latino and Caribbean Studies, and Comparative Literature, Rutgers University, New Brunswick, NJ USA), Paola Bacchetta (professor, Berkeley), Hatem Bazian (director, Islamophobia Documentation Center, and lecturer, University of California, Berkeley, USA), Huma Dar (Co-founder, Muslim Identities and Cultures, and lecturer, Race & Resistance Studies, Department of Ethnic Studies, San Fransisco State University, USA), Malkia Cyril (Black Lives Matter, Bay Area, California, USA) Dina M Siddiqi, (professor, Anthropology, BRAC University, Bangladesh), Cheba Chhachhi, Artist, New Delhi, India, Kavita Krishnan, women’s rights activist, Delhi, India, Carla Trujillo, novelist, also Assistant Dean, UC Berkeley, USA, Donna Murch, Associate Professor, Rutgers University, New Brunswick, New Jersey, USA, Ramon Grosfoguel, professor, UC Berkeley – Stefan Kipfer (York University, Canada) – Greg Albo, Professeur, York University, Toronto – Minoo Moallem, Professor, Department of Gender and Women’s Studies, UC Berkeley- Pratibha Parmar, Filmmaker & Associate Professor, Film. California College of Arts – Chela Sandoval, Professor of Chicano and Chicano studies, university of California, Santa Barbara – Inderpal Grewal, Professor, Yale University – Ruthie Wilson Gilmore, Professor and Director, Center for Place, Culture, and Politics, CUNY

https://blogs.mediapart.fr/marche19mars/blog/080217/marchons-le-19-mars-pour-resister-aux-violences-policieres

******

Le 19 mars, contre les violences policières, les discriminations, le racisme. Partout en France, marchons pour la justice.

Appel de : la LDH, le Mrap, la CGT, la FSU

 Le 19 mars aura lieu, à Paris place de la Nation à 14h, pour la deuxième année consécutive, une marche pour la justice et la dignité. Nos organisations appellent à la solidarité et à cette manifestation qui se tient à l’appel des familles de victimes de violences policières. Elle se tient après l’agression insupportable dont Théo a été, après beaucoup d’autres avant lui, la victime.

Parce que les violences policières ne sont pas commises qu’en Ile-de-France, parce que les victimes de ces violences sont de toutes origines, c’est partout en France que nous appelons à manifester le 19 mars 2017.

Avec ces marches, nous crions notre colère.

Colère face à des violences policières dont le caractère répétitif trahit une conception pervertie de la sécurité publique et de la protection des citoyens ; colère face à une impunité manifeste et à un « deux poids, deux mesures » qui minent l’égalité des citoyens devant la justice ; colère devant des décisions gouvernementales qui visent à renforcer le poids de la police vis-à-vis de la justice, de la jeunesse et de la population.

Avec ces marches, nous signifions : alerte !

La police exerce un métier difficile. Il lui arrive d’en payer chèrement le prix et de dénombrer ses victimes, tombées parfois dans d’atroces conditions. La France ne manque pas d’en porter le deuil. C’est donc une énorme responsabilité que d’être policier, de porter arme à la ceinture, d’incarner la force de la loi et, au-delà, la République. Cette responsabilité n’autorise aucun passe-droit ; au contraire, elle oblige. D’où notre alarme : manifestations de racisme, discriminations, comportements humiliants, violences et indulgences coupables marquent aujourd’hui les interventions policières.

Avec ces marches, nous disons : une autre police est nécessaire.

Cette situation relève certes d’un contexte politique dégradé, marqué d’inégalités, d’injustices et d’invocations à un ordre qui se retourne contre les libertés individuelles et collectives. Pour autant, elle n’est pas fatale et il est impératif d’adopter des mesures qui recentrent la police sur ses missions de protection, bannissent les comportements agressifs, punitifs et humiliants, créent les conditions de confiance entre police et population.

Avec ces marches, nous portons des demandes précises.

La police doit retrouver sa vocation de protection dans une relation de proximité exercée dans le respect des personnes et de leurs droits. Ses agents doivent recevoir une formation conforme à ces objectifs.

Le gouvernement doit rouvrir le dossier du récépissé pour les contrôles d’identité. Sa fonction n’est pas du même ordre que celle des caméras, dont il a seul décidé la généralisation et dans des conditions discutables.

Les méthodes d’interpellation à hauts risques déjà interdites dans nombre d’autres pays européens doivent être bannies.

Aujourd’hui, le gouvernement doit prendre les mesures qui s’imposent et ouvrir les discussions nécessaires.

Avec ces marches c’est la liberté, l’égalité et la fraternité que nous défendons.

Les violences policières, dès qu’elles font – ou semblent – faire système, sont un coup de poignard plongé dans le cœur de la République : elles foulent les libertés aux pieds, mettent à bas l’égalité des citoyennes et des citoyens devant la police et la justice, substituent les stigmatisations haineuses et les enfermements identitaires aux valeurs qui fondent notre réalité plurielle, laquelle est aussi notre identité collective.

C’est pour ces raisons et pour ces objectifs que nous appelons les citoyennes et les citoyens, toutes celles et ceux qui vivent, étudient et travaillent en France, à marcher le 19 mars.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s