Contestation démocratique d’une fantasque « rationalité » économique

f1f013c0f1Un petit livre sur les grands projets inutiles et les moyens d’y faire face. Contre une société « faisant fi des contraintes écologiques, énergétiques et climatiques » (il faudrait ajouter les dimensions sociales), il ne suffit de contester les « inconvénients » de chaque projet, mais bien aussi de critiquer le mode de production et les idéologies qui les font naître.

Le Larzac, Plogoff, Notre-Dame-des-Landes, Sivens, Bure, Drucat, Lyon-Turin… Ces noms résonnent comme autant de contestation, de mobilisation, et aussi, comme le soulignent les auteur-e-s de « rencontres et d’espoir »

Il ne s’agit pas simplement de luttes pour que les projets ne soient « pas dans mon jardin », mais de luttes à la fois locales et globales.

Les désobéissants abordent les liens entre les entreprises privées lucratives et les élu-e-s locaux, le copinage, la corruption, les conflits d’intérêts. Ils analysent les « partenariat public-privé » (PPP), la privatisation des bénéfices et la socialisation des pertes, le secret des affaires et les clauses abusives de droit.

Discussions autour de l’intérêt pour les populations, des usages pour certains, du « désir consumériste insatiable », de la destruction des écosystèmes, des choix démocratiques et des alternatives plus respectueuses de l’environnement et des besoins sociaux.

Les désobéissants proposent une petite histoire de la désobéissance aux grands travaux inutiles et imposés, Camp militaire du Larzac, Centrale nucléaire de Plogoff, Aéroport de Notre-dame-des-Landes, Routes et autoroutes, Ferme-usine des 1000 vaches, Barrage de Sivens…

Actions possibles, éducation populaire, expertise, mobilisation citoyenne, question de la violence (« la question de la violence est toujours posée à ceux qui en sont les principales victimes »)… Au final, un petit livre réjouissant sur la non acceptation de l’ordre-désordre du monde, les débats et les actions possibles, les moyens démocratiques et efficaces pour construire des alternatives démocratiques aux grands travaux inutiles.

Les désobéissants : Désobéir aux grands projets inutiles

Le passager clandestin, Neuville-en-Champagne 2017, 64 pages, 5 euros

Didier Epsztajn

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s